COMMUNIQUE CONJOINT DE LA DYNAMIQUE DE L’OPPOSITION ET DU G7

communique conjoint de la dynamique et g7

1. Le mercredi 24 février 2015, la Dynamique de l’Opposition et le G7 ont rencontré Monsieur Ban-Ki-Moon Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, O.N.U, en visite de travail à Kinshasa, République Démocratique du Congo, RDC.

2. Au cours de cette rencontre, la Dynamique et le G7 ont réitéré leur opposition farouche à toute tentative de modifier ou de changer la Constitution du 18 février 2006 et dénoncé le blocage du processus électoral orchestré par le Président Kabila et ses partisans dans l’unique but de se maintenir à tout prix au pouvoir. Ils ont, ensuite, réaffirmé leur rejet catégorique du dialogue national convoqué par le Président Kabila et stigmatisé les restrictions des libertés individuelles et collectives, les violations organisées des droits de l’homme et les actions de laminage de l’Opposition politique qui remettent progressivement la RDC dans un régime totalitaire et de parti unique de fait.

3. La Dynamique de l’Opposition et le G7 ont démontré à Monsieur le Secrétaire Général de l’O.N.U qu’il est encore possible d’organiser les élections présidentielle et législatives dans le délai constitutionnel et que la révision du fichier électoral ne peut constituer un obstacle à cet effet.

4. La Dynamique et le G7 et ont appelé l’attention particulière de la Communauté internationale sur le fait que la non-tenue de l’élection présidentielle dans ce délai plongerait la RDC dans une crise institutionnelle grave dont le Président Kabila portera seul la responsabilité. En effet, aux termes de la Constitution, le 19 décembre 2016 le mandat légal et légitime du Président Kabila à la tête de la République Démocratique du Congo arrivera à son terme. 

5. De la réponse du Secrétaire Général des Nations Unies au cours de cette rencontre et de la conférence de presse qu’il a donnée aux médias nationaux et étrangers à l’issue de ses contacts tant avec les représentants de la classe politique et de la société civile qu’avec les animateurs des institutions politiques de la République, la Dynamique de l’Opposition et le G7 ont noté principalement ce qui suit :

5.1. La démocratie et l’Etat de droit doivent être respectés ;

5.2. Le respect des libertés fondamentales et des droits humains est une condition de paix et de stabilité. Il est indispensable à une vie politique dynamique et démocratique ;

5.3. L’appel aux Congolais à tout mettre en œuvre pour l’organisation des élections crédibles, inclusives et conformes à la Constitution ;

5.4. Aux Présidents africains :

  • «ne vous accrochez  pas au pouvoir »

  • «  écoutez la voix du Peuple » ;

  • « écoutez la voix de vos citoyens » ;

  • « répondez aux problèmes auxquels se heurtent vos populations » ;

  • « mettez l’accent sur la bonne gouvernance » ;

  • « il faut lutter contre la corruption » ;

  • « il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas d’impunité » ;

  • « il faut qu’il y ait Etat de droit, qu’il y ait transparence ».

6. La Dynamique de l’Opposition et le G7 remercient Monsieur le Secrétaire Général pour sa disponibilité et les efforts qu’il ne cesse de déployer depuis sa nomination à la tête de l’ONU pour la paix, la sécurité, la stabilité et la promotion de la démocratie et de l’Etat de droit en République Démocratique du Congo.

7. La Dynamique et le G7 qui souscrivent, par ailleurs, à la résolution 2211 adoptée par le Conseil de sécurité le 26 mars 2015, particulièrement en ses points 19, 20 et 21, rassurent le Secrétaire Général de l’ONU de tout leur soutien pour sa mise en œuvre.

8. Au moment où le pouvoir est en désarroi au point de se livrer au jet des tracts, alors que les médias d’Etat sont à son service, la Dynamique de l’Opposition et le G7 appellent le Peuple congolais à doubler de vigilance et à rester attentif au mot d’ordre de mobilisation qu’ils donneront dans les jours à venir.

LA LIBERTE S’ARRACHE !

YEBELA !

 Fait à Kinshasa, le 27 février 2016

Pour le G7

Le Président en exercise

Charles MWANDO NSIMBA

Député National

Pour la Dynamique de l’Opposition

Le Modérateur

Joseph OLENGHANKOY

«RDC : le mois de mars s’annonce chaud !»

Jean-Pirre-Bemba

Revue de presse du lundi 29 février 2016

Les journaux parus à Kinshasa reviennent sur le processus électoral, les grands dossiers qui attendent la RDC au mois de mars et le lancement du programme gouvernemental pour lutter contre le chômage des jeunes diplômés.

La Prospérité fait du mois de mars un mois de grands enjeux pour la RDC. Pour le journal, le  Dialogue politique national, la rentrée parlementaire, le processus électoral, la fixation de Jean-Pierre Bemba sur son sort à la CPI vont animer ce mois en RDC. La rentrée parlementaire s’annonce fracassante avec le dédoublement des partis, indique le quotidien.

« C’est en principe en ce début du mois que le Conseil de Sécurité de l’ONU examine le rapport de Ban Ki-moon sur la situation sociopolitique du pays. A cette occasion, le Conseil de Sécurité devrait prendre une nouvelle Résolution pour renouveler, d’une année, le mandat de la Monusco. La Résolution 2211, prise en 2015, recommandait la tenue d’un dialogue politique en RDC, lequel réunirait autour d’une table,  le Gouvernement, l’Opposition ainsi que les partenaires aux élections », rapporte le quotidien.

La rentrée parlementaire, rappelle La Prospérité,  est fixée au 15 mars 2016. « Depuis le dédoublement des partis du G7, les exclusions et sanctions, la traversée de certains Hauts cadres de la Majorité  à l’Opposition, c’est pour la première fois que l’Assemblée nationale, en tant qu’institution, doit faire face à cette situation », constate le quotidien.

Au sénat, révèle le journal, on annonce des bouleversements au Bureau. Dans l’entourage du Président du Sénat, on craint des coups bas, depuis que certaines forces politiques parlent de l’éventualité d’une Présidence intérimaire. Tous ces faits relevés font croire au quotidien que le mois de mars sera un mois chaud.

Le Phare relaie l’appel lancé par le président de la Ceni qui met le Gouvernement et les partenaires, avec qui ils ont évalué le niveau des préparatifs de l’opération de révision du fichier électoral, devant  leurs responsabilités.  Corneille Nangaa invite les partenaires au processus électoral à mobiliser les moyens logistiques, financiers et humains nécessaires à travers le projet d’Appui au Cycle électoral de la RDC.

L’Avenir pour sa part rend compte du lancement officiel, par le gouvernement, du programme emploi-diplômé. Ce programme, indique le quotidien, est destiné aux jeunes diplômés des universités et instituts supérieurs sans expérience professionnel. Ces derniers seront «mis en immersion » dans le monde du travail, avec la possibilité de signer un contrat de travail après avoir conclu un stage professionnel, explique le journal.

Le programme Emploi-Diplômé, fait remarquer le journal, vient en réponse aux employeurs, qui exigent  quelques années d’expérience professionnelle aux jeunes diplômés, demandeurs d’emploi avant l’embauche. Désormais, renseigne L’Avenir, avec le concours de l’Office national de l’emploi (Onem) qui exécute ce programme, il y aura des stagiaires qui seront suivis par le Gouvernement.

Forum  des As précise que la Banque Africaine de développement (Bad) finance le projet à hauteur de 10 millions de dollars pour les six premiers mois. Les bénéficiaires de ce programme pourront à la fois être formés et apprendre d’une manière pratique grâce aux bourses octroyées en étant directement sur le terrain. Six mois durant, précise le quotidien,  les jeunes en formation seront encadrés par les cadres de l’Onem qui tâcheront de mettre à profit leurs potentiels et développer leurs aptitudes professionnelles.

L’Agence congolaise de presse (ACP) revient sur la visite officielle de Joseph Kabila au Congo Brazzaville ce week-end et fait remarquer que dans le communiqué final, les deux Chefs d’Etat ont exprimé leur préoccupation sur la situation notamment dans l’Est de la RDC, au Burundi, en République centrafricaine. Ils ont exprimé la nécessité d’un dialogue inter burundais.

L’Avenir consacre certaines de ses pages à la mort du député Christian Badibangi Anu Webe, chef du parti politique de l’opposition, Union socialiste congolaise (USC),  qui a pris une part active aux pourparlers entre le Gouvernement de Kinshasa et les ex-rebelles du M23 à Kampala en Ouganda, mort survenue vendredi 27 février, à l’âge de 63 ans des suites d’une longue maladie au Centre hospitalier Monkole à Kinshasa.

Le quotidien rappelle que l’élu du territoire de Dimbelenge était le deuxième vice-président de la Commission Politique Administrative et Juridique de l’Assemblée nationale.

Source: Radio Okapi

 

«Dialogue : Joseph Kabila invité à prendre ses responsabilités»

joseph kabila

Revue de presse du vendredi 26 février 2016

Les journaux kinois sélectionnés reviennent sur les retombées de la visite du secrétaire général des Nations Unies en RDC et de la suite à donner au dialogue. Ils abordent aussi les séances de travail que la Commission électorale nationale indépendante(Ceni), organise avec les acteurs politiques.

Pour Forum des As qui consacre sa une au dialogue politique, le président Joseph Kabila n’a plus d’autres choix que d’impulser la tenue du dialogue politique. Avec un ton moralisateur, le journal appelle les différents protagonistes de la scène politique à prendre l’exacte mesure du danger qui guette le pays à l’horizon 2016. Car, estime le quotidien, en cas de naufrage, pas sûr qu’il y ait de survivants.

Selon le quotidien, dans un propos clair et calibré, le Secrétaire général de l’ONU a rappelé aux politiciens congolais qu’il n’ya pas de solution à l’impasse actuelle qui puisse être  trouvée en dehors du dialogue.

Au journal de conclure, en sa qualité de garant constitutionnel de la Nation, le Président Joseph Kabila est appelé à créer des conditions nécessaires, préalables à la tenue du dialogue dans de meilleur délai.

«Processus électoral : les Alliés de Tshisekedi débarquent à la Ceni», rapporte La Prospérité. Une délégation du Front du Peuple, la nouvelle plateforme qui soutient Etienne Tshisekedi, conduite par Lisanga Bonganga a discuté du processus électoral avec le Bureau de la Ceni qui subordonne l’organisation des élections à la révision du fichier électoral.

Selon le quotidien, à  cette occasion, la Ceni a fait des aveux d’impuissance ; Elle n’est pas en mesure d’organiser les élections en 2016. La révision du fichier pourrait prendre 14 à 16 mois à partir de la date d’acquisition des kits d’enrôlement des électeurs, estime le journal qui projette la tenue probable de premières élections en 2018.

Les opposants, de leur côté, ont insisté sur le respect des délais constitutionnels, quelles que soient les contraintes soulevées par la Centrale électorale, rapporte le quotidien.

L’Avenir rapporte de son côté que les opposants du Front du Peuple ont, au cours de l’échange avec le bureau de la Ceni, informé les membres de la centrale électorale de la plainte qu’ils comptent déposer contre le Gouvernement sur l’argent reçus lors du dépôt des candidatures à l’élection des députés provinciaux. Selon eux, la population a donné son argent, sans connaître ni sa destination ni son utilisation, indique le quotidien.

Ce journal revient aussi sur le satisfecit des organisateurs de la Conférence sur l’investissement du secteur privé dans les pays de la CIRGL. D’après eux, sur les 25 projets intégrateurs, sept secteurs prioritaires ont été retenus à savoir l’Agro-industrie, l’Infrastructure, l’Exploitation minière, l’Energie, la Télécommunication de l’Information et Communication, le tourisme et les Finances.

La Conférence est apparue, conclut le quotidien,  comme un instrument pour pérenniser la paix, la stabilité et la prospérité dans les pays de la région. Cela contribuera, sans conteste, au renforcement de la coopération économique, à l’expansion des échanges commerciaux ainsi qu’à la création d’emplois, prédit le journal.

« Eliminatoires Can/Dames 2017: Pas de déplacement pour les Léopards Dames au Kenya », titre L’Avenir. Prévu pour le week-end du 4, 5 mars 2016 à Nairobi, le match-aller du premier tour des éliminatoires de la coupe d’Afrique des Nations-féminine prévue en octobre 2016 au Cameroun qui devrait opposer les Léopards dames de la RDC face aux Harambee stars du Kenya tombe dans l’incertitude.

D’après une source officielle contactée par le quotidien, le gouvernement de la RDC n’aurait pas des moyens pour permettre aux Congolaises de se déplacer pour le Kenya afin de livrer au peuple congolais ce beau spectacle. En cas de ce non déplacement, le pays risquerait de perdre ce match pas forfait et la machine pourrait se compliquer pour les fauves de la RDC, s’alarme le journal.

Source: Radio Okapi

« RDC : Ban Ki-moon insiste sur le dialogue »

ban kimoon

Revue de presse kinoise de jeudi 25 février 2016.

Le dialogue politique et inclusif continue de défrayer la chronique. Les journaux parus jeudi 25 février à Kinshasa reviennent sur cette question qui divise la classe politique depuis plusieurs mois. La plupart des quoitidiens donnent la position des Nations unies livrée par le secrétaire général, Ban Ki-moon en visite à Kinshasa.

« RDC : Ban Ki-moon insiste sur le dialogue », écrit La Prospérité.

«Le dialogue doit unir. Ce dialogue doit être consensuel et inclusif. Le dialogue est une priorité pour une bonne gouvernance en RDC. Tout le monde est prêt pour le dialogue », a déclaré le secrétaire général de l’Onu en conférence de presse hier à Kinshasa. Ban Ki-moon séjourne en RDC depuis mardi 23 février. Il a participé hier à la conférence internationale sur l’investissement privé dans les Grands Lacs.

Ban Ki-moon a aussi rappelé ses propos tenus lorsqu’il s’était adressé aux présidents africains, lors du dernier  Sommet de l’Union Africaine : le respect des mandats.

«J’ai demandé aux présidents africains de ne pas s’accrocher au pouvoir. Ils doivent se mettre à la place de la population, lutter contre la corruption et l’impunité, qu’ils œuvrent pour l’Etat des droits», a affirmé le secrétaire général des Nations unies cité par La Prospérité.

« Ban Ki-moon pour un dialogue inclusif », titre L’Avenir à la une.

Le patron de l’Onu exhorte tous les acteurs politiques congolais à s’engager dans un dialogue politique constructif, et à mettre les intérêts du peuple congolais devant des intérêts personnels. Il encourage toutes les parties prenantes à convenir pour un calendrier électoral consensuel, fait remarquer L’Avenir.

Le quotidien reprend intégralement les propos de Ban Ki-moon : «Il faut qu’il y ait un dialogue consensuel entre toutes les parties prenantes. Et j’ai encouragé le président [Joseph Kabila] à entreprendre un dialogue inclusif. Toutes les parties que j’ai rencontrées ont indiqué qu’elles souhaitaient participer à un dialogue inclusif. De toutes les façons, il n’y a pas d’autre solution».

« Dialogue inclusif : seule solution », renchérit Le Phare qui reprend : « Le message de Ban Ki-moon aux Congolais ».

Interrogé sur le principal message adressé au peuple congolais qui observe un processus électoral grippé, Ban Ki- moon a affirmé être préoccupé par le retard intervenu dans le calendrier électoral, écrit le quotidien. «De plus, en plus il y a des tensions concernant le 3ème mandat du président Joseph Kabila. J’appelle toutes les parties à convenir sur le dialogue. Si le dialogue est conforme à la Constitution, il y a de l’apaisement (…) Les droits humains doivent être respectés à tout moment ; les libertés fondamentales notamment celles de la presse, doivent être respectées… » a-t-il souligné.

Dans un autre chapitre, Forum des As renseigne que «la BCC vend 50 millions d’USD par adjudication à partir de ce matin».

La vente de ces devises est destinée aux importateurs de première qualité, précise le numéro 1 de la BCC. D’après l’autorité monétaire, c’est pour accroitre l’offre sur le marché de change. L’autre mesure, est le relèvement du coefficient de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises. Ces derniers passent de 8% à 10% pour les dépôts à vue et de 7% à 9% pour ceux à terme, indique-t-il. La monnaie nationale, quant à elle, garde son statu quo, soutient-il.

En outre, la suppression de la TVA à l’exportation fait partie des mesures prises par la BCC. A ce sujet, le patron de l’Institut d’émission interpelle tous les services qui œuvrent aux frontières. Car, il y a beaucoup de fraudes.

Source: Radio Okapi