«Occupation illégale de ses sièges: Le MSR dénonce l’acharnement»

Msr sieges

Revue de presse du jeudi 28 avril 2016

Les journaux kinois parus jeudi 28 avril titrent sur la colère du Mouvement Social du Renouveau (MSR) qui dénonce l’occupation illégale de ses sièges à travers la République, en toute impunité. Le travail de la commission mixte RDC-Ouganda sur la vérification des frontières et le programme officiel des funérailles de l’artiste musicien Papa Wemba sont également a la une des journaux.

Le MSR dénonce, dans un communiqué, l’acharnement à l’endroit de ses membres, l’occupation anarchique et illégale de ses sièges fédéraux du Sud-Kivu, et la prise d’assaut de ses sièges fédéraux basés à Tshikapa, Mbuji-Mayi et Lisala, rapporte Forum des As.

Les hommes présentés comme des «délinquants» ont arraché les emblèmes du parti et proféré des menaces à l’endroit de son secrétaire exécutif de Tshikapa(Kasaï). Le MSR qui dénonce  tous ces actes de barbarie, perpétrés dans une violation flagrante des droits civils et politiques, indique le quotidien, rappelle que ce conflit est né de la création, par les dissidents, d’un autre parti (MSR), resté fidèle à la Majorité présidentielle.

«Se disant traqué : le MSR réclame justice», titre La Prospérité. Dieudonné Bolengetenge, Secrétaire Exécutif National de ce parti de l’opposition, indique que rien ne justifie cet acharnement. Selon lui, le pseudo-conflit né de la duplication du MSR- une affaire qui est devant les Cours et Tribunaux- ne peut pas justifier ces actes, rapporte le tabloïd.  Il demande au pouvoir exécutif avec ses services de ne pas entraver le cours de la justice, conclut le journal.

L’ Avenir, dans un autre cadre, renseigne que dès la semaine prochaine, la Ceni va procéder au test pilote du matériel qu’elle va acquérir pour l’enrôlement. A l’occasion, elle prendra quelques  institutions d’enseignements supérieurs dans le milieu urbain et va identifier aussi certains centres en milieu rural, pour tester pendant deux jours son équipement afin de délivrer de nouvelles cartes d’électeurs qui sont des spécimens, rapporte le journal.

Ceci permettra à la Ceni de signer un contrat avec le seul fournisseur qui sera retenu pour le début de cette opération de révision du fichier électoral, précise le quotidien.

Le Gouvernement s’est engagé à remplir ses obligations de financer la révision du fichier électoral afin de permettre à la Ceni d’évoluer dans ses activités pré-électorales et électorales.

Le Phare consacre ses pages au travail de la commission mixte RDC-Ouganda sur la vérification des frontières entre les deux pays et titre : « RDC-Ouganda : la frontière de Berlin de nouveau remise en cause ».

Selon le journal, Aru, Bunagana, Kasumbalesa, Luozi, Tshela, Kahemba, Zongo et bien d’autres localités congolaises situées près des frontières avec « nos neuf voisins pourraient échapper au contrôle de notre pays par la magie des commissions mixtes des experts chargés de revisiter les frontières héritées de la colonisation, conformément à la Charte de l’Union Africaine ».

Le quotidien relève l’absence des parlementaires congolais dans cette commission. Ces travaux devraient démarrer à l’issue d’un débat au niveau du parlement afin de permettre aux représentants du peuple congolais de vérifier d’abord les identités de ces experts et ensuite de vérifier les données géographiques, scientifiques, socioculturelles traditionnelles tant au pays que dans les archives logées dans les musées des anciennes puissances coloniales.

Ce sont d’ailleurs les députés et sénateurs qui sont les mieux placés et suffisamment avertis sur ces questions des frontières car censés effectuer régulièrement des missions parlementaires durant les vacances parlementaires  dans leurs différentes circonscriptions électorales, conclut Le Phare.

Le même journal apporte les précisions sur les funérailles de l’artiste musicien Papa Wemba. Le ministre de la Culture et Arts, rapporte le quotidien, insiste sur le fait que les dispositions protocolaires sont prises pour permettre aux Kinois de saluer le passage du cortège funèbre de l’aéroport International de N’Djili à travers les principales artères de la ville, jusqu’à la morgue de l’hôpital du Cinquantenaire.

Selon le ministre Banza, cité par le journal, les obsèques officielles de Papa Wemba débuteront le lundi avec la levée du corps à 11 heures suivie de son exposition au Stade de Martyrs. Cette journée sera particulièrement réservée aux hommages des cinéastes, peintres, musiciens et associations diverses auxquelles avait appartenu Papa Wemba… mais aussi de l’ensemble de la population, précise Le Phare. La journée du mardi sera consacrée aux officiels, indique le journal.

Source: Radio Okapi

«CENI : Nangaa sous haute surveillance de l’ONU et l’OIF»

 Naanga sous haute surveillance

Revue de presse du mercredi 27 avril 2016

Les journaux kinois publient ce mercredi 27 avril 2016 les informations relatives à l’évaluation du processus électoral par des experts de l’ONU et de l’OIF, au message de John Kerry à Joseph Kabila, le dialogue politique qui traine le pas, et les hommages au premier vice-président de l’Assemblée Nationale.

La Prospérité rapporte que deux missions concertées de l’ONU et de la Francophonie sont en RDC pour évaluer le processus électoral. Le Chef de la mission concertée ONU-OIF, le Général Sangare, indique le quotidien, est venu identifier les domaines qui nécessitent une intervention en perspective des élections 2016. Ce qui fait dire au tabloïd que les tergiversations des politiciens sur la tenue du Dialogue politique national n’auraient aucun effet suspensif sur les délais constitutionnellement contraignants liés notamment, à l’organisation de la présidentielle et des législatives nationales en novembre 2016.

L’Avenir précise que l’objectif pour cette délégation d’experts est d’évaluer, avec les parties prenantes au processus électoral avec la CENI en tête, les différentes exigences logistiques, techniques et autres nécessitant l’appui de la Communauté Internationale.

Dans un autre registre, le même journal cite un communiqué du Département d’Etat américain qui relayait des propos du Secrétaire d’Etat américain John Kerry qui ont suscité une forte polémique dans la classe politique congolaise. Dans ce document publié après la rencontre entre le président Kabila et John Kerry, ce dernier a souligné qu’«une transition pacifique en RDC permettrait au Président Joseph Kabila de cimenter son héritage.»

Pour L’Avenir qui cite certains observateurs, la transition démocratique (qui correspond à une période de passation de pouvoir entre l’actuel président et son successeur) serait de 18 mois.

Le Phare fait une lecture différente des propos de John Kerry. Selon le journal, face à certaines dépêches de presse, qui affirmaient que les Etats-Unis auraient changé de position dans leur lecture de la situation politique en RDC et levé l’option de soutenir une transition d’au moins dix-huit mois, le porte-parole du Département d’Etat, John Kirby, a recadré les propos prêtés au Secrétaire d’Etat John Kerry.

S’agissant précisément de l’élection présidentielle, indique le quotidien, Les Etats Unis d’Amérique recommandent qu’elle soit organisée selon les prescrits de la Constitution et qu’à leur terme, le peuple congolais et le monde entier assistent,  pour la première dans l’histoire du grand Congo, à une passation civilisée du pouvoir.

Le dialogue et ses rebondissements alimentent toujours la presse de Kinshasa. « Dialogue : Kamerhe interpelle Tshisekedi », titre Forum des As. Le Dialogue national inclusif pourrait bien être le plus grand diviseur commun de l’Opposition, estime le journal.

Le leader de l’Union pour la nation congolaise (UNC) prévient son collègue de l’UDPS du ” piège ” que représente, selon lui, le Dialogue convoqué par le Président Kabila, et lui demande de se ressaisir rapporte le tabloïd pour qui cette interpellation n’est pas bien perçue par le président de l’UDPS, qui a confirmé son retour imminent au pays pour prendre part à ce forum auquel il donne onction.

Dans un autre registre, L’Avenir consacre ses pages intérieures aux funérailles du  2ème Vice-président de l’Assemblée nationale Kombo Nkisi et à l’oraison funèbre du Président de cette chambre législative, Aubin Minaku pour qui il était un chef de famille attendrissant et rigoureux, un vrai fils du pays, consciencieux, et un homme d’un très grand cœur et d’une habileté remarquable.

Le Phare reprend un extrait du discours d’Aubin Minaku. «J’ai eu la chance en tant que président de l’Assemblée nationale, de compter parmi les membres du bureau que j’ai l’honneur de diriger un homme d’une aussi grande  valeur morale. Un homme qui était capable, quand il y avait des problèmes de trésorerie, d’utiliser ses propres moyens sans rien réclamer par la suite à la questure. Il ne sollicitait aucune faveur pour son propre compte si ce n’est que pour les autres », témoigne le président de la chambre basse du parlement.

Source: Radio Okapi

Le 22 avril 2016: Les combattants triomphent sur Kabila à Paris

quai d'orsay

Devant le Quai d’Orsay, les activistes de la diaspora congolaise en France disent: Kabila Dégage… Ils sont soulagés de noter que Joseph Kabila a finalement annulé son escale de Paris avant d’aller signer l’accord sur le changement climatique aux Etats-Unis. Ils lui redisent qu’il n’est pas le bienvenu à Paris et en Europe. Ils appellent la France à cesser de soutenir des dictateurs et imposteurs comme Joseph Kabila. Qu’elle soutienne plutôt les mouvements citoyens qui militent pour une alternance démocratique au Congo et la fin des atrocités qui ont fait plusieurs millions des morts notamment à l’Est du Congo.

Les activistes appellent aussi le peuple congolais à se prendre en charge en activant l’article 64 de la constitution étant donné que Joseph Kabila n’est pas prêt à quitter le pouvoir à la fin de son mandat le 19 Décembre 2016.

Kabila Dégage…

Oui au soulèvement populaire selon l’article 64 de la Constitution de la RDC

Lancent-ils. Ingeta Ingeta Ingeta.

Dr Mazembo Mavungu Eddy

quai d'orsay 2

quai d'orsay 3

Des congolais protestent contre l’arrivée de Joseph Kabila à Paris

IMG_3022

Il était prévu que le Président de la République Démocratique du Congo (RDC) arrive à Paris le 21 avril 2016 en transit vers Washington où devait intervenir la séance de la signature de l’accord de l’ONU sur le changement climatique.

Les congolais se sont alors rassemblés à la place Invalide (entre le ministère des affaires étrangères -Quai d’Orsay) et l’Assemblée Nationale pour dire non à l’arrivée de Joseph Kabila en France. Le Sit in a duré plusieurs heures et fut ponctué des chansons, danses et discours.

Plusieurs organisations et individus d’autres pays africains se sont joints aux congolais par solidarité, mais aussi pour dénoncer les abus de pouvoir, les dictatures et violations des droits de l’homme dans leurs pays respectifs. Les activistes du Congo-Brazzaville et du Gabon étaient particulièrement représentés.

Le message des Congolais de la RDC était clair: Joseph Kabila n’est pas le bienvenu en France. En tant que terre de la démocratie, la France ne devrait pas accueillir des dictateurs qui assassinent la démocratie et les libertés fondamentales à l’instar de Joseph Kabila. En effet, Kabila a privatisé les ressources de l’Etat au bénéfice de sa propre personne et de sa famille biologique comme l’atteste le panama papers. Kabila fait tout pour saper le processus électoral en cours en vue de prolonger son séjour à la tête de l’Etat alors que son mandat présidentiel expire le 19 Décembre 2016. La diaspora congolaise appelle ainsi la France et les citoyens français à cesser de soutenir les dictateurs africains, mais à venir en aide aux initiatives citoyennes visant à faire respecter les prescrits de la constitution notamment la nécessité de l’alternance démocratique.

Dr Mazembo Mavungu Eddy

IMG_3061

IMG_3096

IMG_3084

IMG_3082

IMG_3069

IMG_3052

IMG_3032

IMG_3028

IMG_3038

Pourquoi Joseph Kabila a payé 650.000$ à Bill Clinton juste pour un discours et deux photos?

bill-clinton-joseph-kabila

Dans un article paru sur le site américain www.forbes.com , le journaliste d’investigation Richard Miniter révèle que le Président Joseph Kabila a payé à l’ancien président américain Bill Clinton la somme de 650.000 $ pour un discours et deux photos. Cette somme équivaut au revenu annuel de 2813 congolais, un coût trés élevé pour des honoraires habituels, payés par un des pays les plus pauvres de la planète.

Le paiement récu en 2012 a été camouflé comme un don à la fondation Clinton qui est gérée par Bill Clinton, son épouse et leur fille et qui prétent s’adonner à des oeuvres caritatives.

Pour le journaliste Richard Miniter, il ne fait l’ombre d’aucun doute que le paiement d’une si grosse somme d’argent soit révélateur d’une relation de corruption. Pour Richard Miniter, la question que l’on devrait poser est celle de savoir ce que Joseph Kabila attendait en échange du paiement de cet honoraire exhorbitant.

Le paiement fut fait pendant que l’épouse de Bill Clinton, Hilary Clinton, était le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères. Pour le journaliste d’investigation de Forbes, il ne fait aucun doute que Joseph Kabila cherchait à obtenir par ce paiement l’aval de la diplomatie américaine pour son projet d’un troisième mandat à la tête de la RDC et la protection des ses avoirs contre investigateurs internationaux.

Bill et Hillay, surtout quand cette dernière fut secrétaire d’Etat, pouvaient être utiles à Joseph Kabila. Donner 650.000 $ pour rester au pouvoir et protéger des milliards valait bien le coût, si tel fut le dessein de Kabila en faisant un tel paiement.

Le Journaliste en appelle à ce que les Clinton et leur fondation divulguent leurs communications avec Kabila et son régime. Il est particulièrement important que ces derniers répondent aux questions suivantes: comment en est-on arrivé à la facture de 650.000 $ pour les prestations de Bill Clinton? Qu’est-ce que le Congo attendait en retour? Est-ce que les Clintons ont proposé une aide quelconque auprès des Etats-Unis, de l’ONU, de l’UE et autres officiels internationaux?

Source: http://www.forbes.com/sites/richardminiter/2016/04/17/why-did-congo-offer-clinton-650000-for-two-pics-and-a-speech/#1e686bb73f11

Dr Mazembo Mavungu Eddy