RDC : Bin Kikaya, She Okitundu et leurs lobbyistes taxés des criminels au Congrès Américain

Depuis quelques mois, Joseph Kabila a engagé les services des cabinets des lobbyistes américains qui ont pour mission de plaider sa cause auprès du Gouvernement Américain. Le but est de s’assurer que les USA ne fassent pas ombrage à son projet de rester au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel. C’est des services qui coûtent des dizaines des millions des dollars. Et c’est l’argent du trésor public congolais qui est dépensé de la sorte, ne vous y trompez pas.

Malheureusement, cette fois-ci, les émissaires de Joseph Kabila notamment Bin Kikaya, She Okitundu ont été violemment pris à partie  par un sujet afro-américain au sortir de l’audience du Congrès Américain. Une audience durant laquelle ils n’ont pas eu droit à la parole, mais ont observé impuissamment des acteurs de la société civile et de la diplomatie présenter un réquisitoire accablant contre leur chef Joseph Kabila.

Le sujet afro-américain les taxe des criminels et dénonce les abus de pouvoir et crimes contre l’humanité auxquels le pouvoir qu’il soutienne se livre au quotidien. Les émissaires de Kabila ne s’attendaient pas à cet affront. Nous espérons que cette interpellation les aide à réfléchir sur leur responsabilité devant l’histoire et la nation. Nous avons traduit pour vous les invectives du sujet afro-américain de l’anglais en français :

« Ici nous sommes aux Etats Unis. Ne venez pas ici jouer à vos sales jeux. Vous venez ici pour tromper le peuple américain. Vous êtes des criminels et votre place se trouve en prison. Vous êtes des criminels et vous le savez. Le fait que vous portez des vestes ne signifie rien. Vos lobbyistes sont aussi des criminels. Ils vous encouragent dans vos bêtises. Nous sommes au vingt-unième siècle, et vous faites la honte de l’Afrique, vous faites la honte du Gabon. Rentrez en Afrique d’où vous venez, où vous continuez à tuer des gens. Vous faites la honte du continent africain. Vous tuez votre peuple, vous violez ou laissez violer vos femmes. Vous faites la honte du continent africain. Vous faites la honte de l’Afrique en ce vingt-unième siècle. Je suis de la Guinée Equatoriale et je sais comment vous opérez chez vous. Votre place, c’est dans une prison. Vous devez être déférés devant la justice. C’est des assassins. Ils tuent froidement. Et ils le savent. C’est des assassins qui sont accueillis dans ce congrès américain… Je suis de la Guinée Equatoriale et je comprends les enjeux. Je conseille le Gouvernement Américain et je sais de quoi je parle… C’est des politiciens véreux. Ils veulent s’enrichir sur le dos de leur peuple. Et ils veulent se faire soutenir par le gouvernement américain ».

Suivez l’élément vidéo de cette vive interpellation:

RDC: A Boma, une bavure policière provoque une seconde vague d’émeutes en une semaine

boma-2016-11-30-18

La situation était tendue le mercredi 30 novembre 2016 à Boma aux environs du Rond-Point. Une bavure policière a provoqué la colère de la population qui s’est attaquée aux installations de la police et a pillé certaines boutiques des chinois et des congolais.  La police a tiré à balles réelles pour tenter de calmer la situation. Une fille de 9 ans blessée par balles est sous hospitalisation.

Selon nos sources, la police s’est mise à la poursuite d’un fumeur de chanvre qui est allé dans sa course se jeter dans une rivière sous le pont Matsoba, communément appelé Kobra. L’infortuné aurait cogné sa tête contre une pierre et se serait noyé. Voilà qui a provoqué l’ire de la population du quartier de Matsoba, et la confrontation avec les forces de l’ordre s’est prolongée jusqu’au Rond-Point. La population tient la police pour responsable de la perte en vie humaine. Elle s’est déchaîné contre la police et les militaires qui eux ont répondu en tirant sur la population des balles réelles et en faisant usage des gaz lacrymogènes.

C’est la deuxième vague d’émeutes en moins d’une semaine. Cet affrontement violent entre la population et les forces de l’ordre advient alors que le gouverneur de la province Jacques Mbadu est présent dans la ville de Boma. Sa  mégestion de la province est fortement dénoncée par la population et les députés nationaux qui ont organisé une marche de protestation à Matadi il y a à peine deux semaines. Le gouvernorat n’a pas formellement répondu aux demandes de démission qui sont lancées à son encontre et aux reproches formulés contre sa manière de gérer la province du Kongo Central. S’il n’y a pas un lien direct apparent entre cette seconde vague d’émeutes et la mise en cause de la gouvernance de la province par Jacques Mbadu, les témoins remarquent un climat général de tension et frustrations au sein de la population qui explique qu’à la moindre étincelle la population manifeste sa colère par des actes violents et subversifs.

Il faut aussi rappeler que la ville de Boma fait face à l’effondrement de son tissu économique récemment aggravé par la mesure de l’interdiction d’importation des véhicules mis en circulation au-delà de 10 ans et la cessation d’activités de la Bralima Boma. Ces événements condamnent la population de la ville de Boma à l’aggravation du chômage et au désespoir. Les autorités de la ville et de la province n’ont pas suffisamment travaillé pour protéger le tissu économique de la ville et insuffler l’espoir d’une relance économique. Au contraire, la population a assisté avec consternation à la lutte de positionnement entre le gouverneur de la province et la maire de la ville,  lutte qui avait pris des proportions inquiétantes jusqu’à l’intervention du ministre de l’intérieur.

Pour finir, il faut relever que cette manifestation populaire de colère est aussi interprétée par plusieurs observateurs comme un signe avant-coureur des manifestations que la population se prépare à déclencher à partir du 19 Décembre 2016 pour exiger le départ de Joseph Kabila dont le mandat touchera à sa fin. Pour prévenir le pire, les gouvernants au niveau de la ville, de la province et du pays sont invités à lire les signes du temps, à écouter la voix de la population et à se conformer à la Constitution.

Lecongolais.net

Les photos ci-dessous en disent long sur les tensions et la violence qui ont émaillé cet événement.

boma-2016-11-30-19 boma-2016-11-30-2 boma-2016-11-30-12 boma-2016-11-30-20 boma-2016-11-30-5

RDC: Des nouveaux témoignages au Congrès Américain insistent sur l’importance des sanctions individuelles contre Kabila

Des personnalités qui ont été invitées à exposer sur la situation de la démocratie et des droits de l’homme à l’approche de la fin du mandat de Mr Joseph Kabila ont insisté sur les entraves aux libertés fondamentales dont sont victimes les membres de l’opposition politique et de la société civile. Elles ont appellé à ce que les USA exerce une pression sur la personne du Kabila pour que celui-ci respecte la Constitution de son pays et quitte le pouvoir à la fin de son mandat le 19 Décembre 2016. Les témoignages devant le congrès américain ont aussi insisté sur la nécessité des nouvelles sanctions individuelles contre Kabila et ses proches pour assurer une alternance démocratique.

us-hearing-on-drc3 us-hearing-on-drc us-hearing-on-rdc

congres-americain-29-11-2016

RDC: Les élèves de l’Athénée de la Gombe protestent contre la vente de leur espace aux chinois

Les élèves de l’Athénée de la Gombe sont descendus dans la rue de Kinshasa hier 29 Novembre 2016 pour dénoncer et protester contre la spoliation des biens publics dont leur école est victime. L’Athénée de la Gombe est une école publique de l’Etat congolais. Les élèves dénoncent le fait que l’espace couvrant la piscine, les toilettes, la cuisine (pour la section de l’hotelerie), et le terrain de football a été progressivement vendu aux privés dont des chinois. Les élèves se plaignent du fait que les chinois commencent maintenant à construire dans l’enceinte de leur école sans que rien de leur soit dit officiellement.

La police a réprimé violemment cette protestation pacifique des élèves allant jusqu’à tirer des balles réelles sur des élèves.

Cette spoliation des biens publics de l’Etat congolais par des officiels congolais n’est pas un cas isolé. Le régime de Kabila s’est en effet illustré dans le bradage du patrimoine minier et forestier congolais, dans la signature des contrats léonins et ventes des patrimoines congolais à des prix de loin inférieur à ceux pratiqués dans le marché. Dans le domaine de l’immobilier, beaucoup d’immeubles de l’Etat congolais ont été vendus aux privés au bénéfice individuel des détenteurs de pouvoir public en commencant par Joseph Kabila lui-même jusqu’au bas de l’echellon. Des rapports produits par des agences internationales qui attestent des ces pratiques abondent.

Ce qui fait mal, c’est que les jeunes, espoir de demain, ne sont pas épargnés par ce pillage systématique des ressources de l’Etat. Il faut écouter ces enfants témoigner pour se rendre compte de l’insensé et de la folie destructrice d’une kleptocratie généralisée dans le Congo de Joseph Kabila. Il est urgent que les congolais se lèvent pour mettre fin à ce système mortifère. L’avenir du pays en dépend. Suivez l’élément vidéo ci-dessous:

 

#RDC Les Tweets du jour: Dimanche 27 Novembre 2016

2016-11-26-1 2016-11-26-2 2016-11-26-4 2016-11-26-6 2016-11-26-7 2016-11-26-8

2016-11-16-docker-1

Notes sur notre rubrique “Les tweets du jour”:

Nous vous présentons cette série des tweets que nous avons sélectionné sur le réseau social Twitter. Les Tweets qui retiennent notre attention sont particulièrement ceux qui présentent au moins une des caractéristiques suivantes:

* dénoncent les abus de pouvoir

* dénoncent les violations des droits de l’homme

* donnent la voix aux victimes et personnes marginalisées

* réagissent de manière critique aux questions d’actualité

* attirent l’attention des gouvernants sur des questions négligées ou ignorées

* livrent une information vérifiable

Nous ne sélectionnerons pas les tweets:

* Qui incitent à la haine, à la violence ou à quelque forme de discrimination que ce soit.

* Qui visent en priorité à promouvoir un parti politique, regroupement politique ou un leader d’un parti politique.

Nous vous encourageons à envoyer un tweet sur tout ce qui se passe dans votre environnement immédiat et sur votre lecture des événements socio-politiques. Exprimez-vous avec liberté et creativité. C’est votre droit et votre devoir en tant que citoyen libre. Construisons ensemble un pays plus beau qu’avant, un Etat de droit, Une Démocratie au coeur de l’Afrique, Un Monde Juste qui bénéficie à tous et à chacun.

Il est préférable que votre tweet se compose d’une image expressive et d’un texte clair. Ajouter le hash tag #lecongolais.net ou @LecongolaisNet

Nous archiverons votre tweet sur notre site web et nous le disséminerons largement à travers facebook et les groupes de facebook pour une plus grande visibilité de votre tweet. De cette manière votre message atteint le plus grand nombre de personnes possible et vous contribuez à la sensibilisation de l’opinion nationale et internationale.

Nous sommes toujours très heureux de lire votre tweet et de le relayer à travers nos réseaux. Merci d’avance. N’oubliez pas de suivre sur Twitter en cliquant sur le lien suivant: www.twitter.com/LecongolaisNet

Mazembo Mavungu Eddy

Docteur en Sciences Politiques de l’Université de Witwatersrand, Afrique du Sud

Fondateur de Lecongolais.net (News, Analysis, Research and Publishing) et de Diela Information Systems (Web Solutions)

Co-Fondateur et Ancien Directeur Exécutif du Forum des Organisations Congolaises en Afrique du Sud (FOCAS)

Co-Fondateur et Membre du comité exécutif de Congo Renaissance (ONG)

Auteur des plusieurs publications scientifiques:

Politique et Territoire en République Démocratique du Congo: Une Analyse du processus d’installation des nouvelles provinces , Congo-Afrique, 55ème Année, No 499, pp. 724-745.

Stay in power whatever it takes: fraud and repression in the 2011 elections in the D.R. Congo. Journal of African Elections, 2013, Vol. 12, No 3. Available online at:

https://www.academia.edu/6107204/Stay_in_power_whatever_it_takes_fraud_and_repression_during_the_2011_elections_in_the_Democratic_Republic_of_Congo

Difficile autonomie, in Amboise Kom (dir), Fabien Eboussi Boulaga: la philosophie du Muntu, Karthala, Paris, 2009, 61- 77. Available online at: https://www.academia.edu/6107482/Difficile_Autonomie_une_lecture_de_la_Crise_du_Muntu_de_Fabien_Eboussi_Boulaga

Children, families and the conundrum about men: exploring the causes of father absence in South Africa and its implications for social and care policies’ (Co-author with Leila Patel), South African Review of Sociology, Vol 47, No 2, pp. 19-39.

Frontiers of power and prosperity: explaining provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa. African Studies Review, Vol.59, No 2, pp. 183-208.

Provider Expectations and father involvement: learning from experiences of poor “absent fathers” in Gauteng, South Africa, African Sociological Review, 2013, Vol. 17, No 1, pp. 65 – 78. Available online at:

https://www.academia.edu/6107229/Provider_expectations_and_father_involvement_learning_from_experiences_of_poor_absent_fathers_in_Gauteng_South_Africa

Ideological clashes behind provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa, South African Journal of Geography, Vol. 94, No 1, pp. 60-74, 2012. Available online at:

https://www.academia.edu/6107439/Ideological_clashes_behind_provincial_boundary_disputes_in_post_apartheid_South_Africa

The colonial legacy of international voluntary service, Community Development Journal, 2012, 48 (2), pp. 179-196.  (co-author). Available online at:

https://www.academia.edu/6107493/Colonial_legacy_of_international_volunteering

 

Contacts: mazemb_eddy@yahoo.fr  @mazembo (twitter) @lecongolaisNet