RDC: La CENCO confirme l’existence de la lettre d’Etienne Tshisekedi

Suite à la polémique sur l’existence ou non de la lettre du feu Etienne Tshisekedi présentant le candidat premier ministre à Joseph Kabila, la CENCO a publié une mise au point. Elle confirme l’existence de la lettre. Son point de presse confirme que Joseph Kabila est bel et bien celui qui bloque la mise en place de l’accord du 31 Décembre 2016. Elle a refusé de recevoir la lettre d’Etienne Tshisekedi et réclame à présent une liste des trois candidats à présenter par le nouveau président du conseil des sages du rassemblement, qui est encore à élire. Une manoeuvre dilatoire et de mauvaise foi pour continuer à diviser l’opposition et retarder le démarrage du processus électoral. Le peuple congolais est invité à rester vigilant et mobilisé pour faire échec aux plans malveillants de Joseph Kabila et de sa clique.

Ci- dessous la mise au point de la CENCO.

lettre-de-la-cenco

RDC: La Dynamique de l’opposition fustige le terrorisme d’Etat et l’insécurité généralisée

dynamique-opposition-2017-01-16 dynamique-opposition-2017-01-16-2

DYNAMIQUE DE L’OPPOSITION POLITIQUE CONGOLAISE

DECLARATION
Les membres de la Dynamique de l’opposition se sont réunis ce jeudi 16 février 2017, date mythique dans l’histoire politique congolaise, pour examiner l’évolution de la situation générale du pays depuis la disparition inopinée, le 1er février 2017 à Bruxelles, du Président Etienne Tshisekedi Wa Mulumba;

S’inclinant devant la mémoire de l’illustre disparu, la Dynamique de l’opposition salue de nouveau son combat politique pour l’avènement d’un Etat de droit dans notre pays, combat pour lequel il s’est distingué par une abnégation et une constance exemplaires, sources d’inspiration pour nous et, à jamais, héritage pour les générations futures;

La Dynamique de l’opposition considère que la disparition du Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba est certes, un coup dur pour le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement, il est également un appel à élever notre sens de responsabilité dans notre perception et notre mode de gestion des défis auxquels notre pays est actuellement confronté.

Dans une société congolaise où l’intérêt privé a pris le pas sur l’intérêt général, honorer la mémoire du Président Etienne Tshisekedi, c’est reprendre à bras le corps la lutte et la continuer sans atermoiement de manière à répondre avec courage et détermination à ces défis dans l’intérêt de la paix, de la démocratie, de la concorde nationale, de la stabilité et du développement de notre pays. C’est cela que le peuple attend de nous et rien d’autre.

Voilà pourquoi, en cette circonstance particulière, la Dynamique réitère son ferme engagement à poursuivre ce combat dans l’intérêt du seul peuple congolais.

En évoquant le combat historique du peuple congolais pour la démocratie, l’on se rappellera qu’il y a exactement 25 ans aujourd’hui, le 16 février 1992, des milliers de Congolais étaient descendus dans les rues, marchant pacifiquement pour revendiquer la réouverture de la Conférence Nationale Souveraine, forum national dont les résolutions étaient destinées à baliser le chemin de la démocratie et du changement dans notre pays; forum à l’issue duquel le regretté Président Etienne TSHISEKEDI avait été élu Premier Ministre de la République. La suite, on la connaît.

Sur ordre du maître du régime dictatorial de la 2ème République, la soldatesque avait tiré à bout portant sur les manifestants, faisant des centaines de victimes dont les morts, les blessés et les fracturés.

Connu sous le vocable «massacre de Kinshasa», ou encore boucherie de Kinshasa, ce carnage avait endeuillé plusieurs familles. Cependant, les auteurs intellectuels et matériels de ces massacres n’en sont pas sortis sans perdre des plumes. Sous le coup de la pression tant interne qu’internationale, le régime sanguinaire s’était progressivement affaibli et ce, jusqu’à sa chute.

Bien que réprimée dans le sang, la mobilisation populaire lors de cette journée du 16 février avait eu le mérite de démontrer que plus fort que tout un peuple n’existe nulle part au monde et que, dans son attachement et son aspiration à la démocratie, il y a longtemps que le peuple congolais a chassé la peur et vaincu la terreur;

25 ans jour pour jour, en ce jeudi 16 février 2017, jour où nous commémorons la grande marche des chrétiens pour la démocratie, le devoir de mémoire nous place, nous membres de la Dynamique de l’opposition, dans l’obligation de rendre ici, solennellement et de manière particulière, un hommage appuyé aux victimes de cette tragédie particulièrement et, partant, à tous les martyrs de la liberté et de la démocratie, victimes aujourd’hui encore de l’intolérance politique et de la répression aveugle.

La Dynamique de l’opposition tient à rappeler à tous et toutes que les évènements de la semaine du 19 au 25 janvier 2015, des 19 et 20 septembre 2016, les nombreuses manifestations réprimées dans le sang, les meetings populaires étouffés, les tueries, les arrestations et tracasseries diverses de ces dernières années contre les membres de l’opposition, les journalistes et les activistes des droits de l’homme sont la preuve que le combat pour la liberté est encore loin d’être gagné.

En ce moment crucial où notre pays est à un tournant décisif de son histoire et que les discussions sur l’arrangement particulier ont repris autour de la CENCO pour la mise en œuvre effective de l’accord politique du 31 décembre 2016 signé au Centre Interdiocésain, la Dynamique de l’opposition :

1. appelle la population en général et particulièrement tous ses membres à la vigilance et à l’unité pour défendre la République et à travers elle, défendre l’accord de la Saint sylvestre, seule source de légitimité de toutes les institutions et des animateurs de la période pré-électorale et électorale et, œuvre pour laquelle, la Dynamique rappelle et salue l’implication personnelle du très regretté Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba;

2. appelle toutes les parties prenantes à faire preuve de responsabilité afin de créer, comme le veut notre peuple, les conditions de sérénité et de sécurité nécessaires pour l’organisation des obsèques nationales dignes de son rang par la mise en œuvre de l’esprit et la lettre de cet accord qui doit permettre, dans le délai prévu, le retour au fonctionnement régulier des institutions de la République;

3. condamne cependant, avec la dernière énergie, les tueries qui ont tout l’air d’un terrorisme d’Etat et qui s’observent en ce moment sur l’ensemble du territoire national, plus particulièrement dans les dossiers du Chef Kamuena Nsapu au Kasaï central et plus récemment dans celui des adeptes de Ne Muanda Nsemi à Kinshasa et au Kongo central. Il en va de même des affrontements meurtriers qui opposent les pygmées aux bantous dans le Tanganyika. Mis ensemble, ces massacres projetés en image à la télévision traduisent à la fois la désintégration de l’Etat et la désacralisation dangereuse de la vie humaine;

4. fustige l’insécurité généralisée délibérément créée sur l’ensemble du territoire national et qui, en l’absence d’une réaction appropriée du pouvoir pour y mettre fin, est de plus en plus perçue comme la stratégie de la terre brûlée pour plomber l’accord du 31 décembre 2016 et ainsi contourner son objectif prioritaire, à savoir la tenue des élections en vue de favoriser l’alternance pacifique et démocratique dans notre pays;

5. dénonce énergiquement la déclaration irresponsable du Ministre du Budget faite au cours de sa conférence de presse du 15 février courant annonçant «l’ impossibilité de mobiliser 1.8 milliards de dollars cette année pour les élections», montant sans fondement et non audité, correspondant au budget initial réclamé en son temps par la CENI pour la tenue de toutes les élections y compris les locales.

La Dynamique :

6. attire l’attention de tous sur le fait que si les élections ne sont pas organisées comme le prévoit l’accord du 31 décembre 2016, notre pays risque de plonger dans une crise encore plus profonde et aux conséquences incalculables;

7. remercie une fois de plus les Evêques membres de la CENCO et les encourage à poursuivre leur médiation avec la même persévérance pour la mise en œuvre rapide de l’accord de la Saint Sylvestre;

8. demeure engagée dans l’unité des forces de l’opposition au sein du ‘’RASSEMBLEMENT’’ pour faire aboutir la lutte du peuple congolais au service de l’alternance et de l’Etat de droit;

9. annonce dans cette perspective que, conformément à la résolution prise lors de sa toute première convention tenue à Kinshasa du 04 au 06 novembre 2015, elle tiendra sa deuxième convention du 13 au 15 mars prochain à Kinshasa.

10. appelle le peuple congolais à demeurer plus que jamais vigilant pour qu’ensemble nous puissions consolider la démocratie dans notre pays par la tenue effective des élections cette année et ainsi garantir la paix, la stabilité et le développement de la RDC ;

11. Enfin, est venue pour moi l’occasion de tenir ma parole. Il vous souviendra que le 17 janvier 2017, jour de commémoration de la mort de Patrice Emery LUMUMBA, notre héros de la lutte pour l’indépendance, il m’a été confié la modération de la Dynamique de l’opposition. Conformément au contrat de confiance qui nous lie, j’avais pris l’engagement de respecter le principe de rotation mensuelle cher à notre plateforme.

En ce jeudi 16 février, jour où nous nous rappelons la marche patriotique et héroïque des chrétiens, j’ai le plaisir de vous annoncer solennellement que, attaché aux valeurs démocratiques et engagé dans la lutte pour l’alternance en RDC, je termine ma modération mensuelle de la Dynamique de l’opposition, afin de donner la chance à l’enracinement des valeurs que nous défendons dans notre vécu quotidien. C’est ce que le peuple attend de nous.

Cela étant, je passe chaleureusement et avec fierté la main à l’Honorable Martin FAYULU MADIDI et vous demande, en signe de confiance et d’encouragement, de vous lever pour l’acclamer. (Merci)

Je tiens sincèrement à remercier tous mes collègues membres de la Dynamique ici présents pour la collaboration qu’ils m’ont offerte et pour la confiance placée en ma modeste personne durant l’exercice de mon mandat. Je souhaite à mon ami et éminent successeur plein succès. Comme pour le pouvoir, il y a une vie après le mandat, je suis également convaincu qu’il y a une vie après la modération.
Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo et son vaillant peuple.
Fait à Kinshasa, le 16 février 2017
Honorable Claudel André LUBAYA
Modérateur”

2016-11-16-docker-1

RDC– Les forces de Kabila continuent à massacrer les civils à Kimpese (Kongo Central), plusieurs dizaines des morts.

carnage-kimpese-2017-02-04-3

carnage-kimpese-2017-02-04-5

C’ est un véritable carnage qui se poursuit à Kimpese (Kongo Central) par des tirs à balles réelles et exécutions sommaires perpétrés par les forces de sécurité. On dénombre plusieurs dizaines des morts et des blessés suite à ces affrontements entre les adeptes de Bundu dia Kongo et les forces de Kabila, devenu illégal et illégitime après le 19 Décembre  2016. Ces massacres doivent cesser. Les autorités nationales et provinciales sont appelées à respecter et protéger le droit à la vie, à l’intégrité physique et à une procédure judiciaire équitable. Les exécutions sommaires et l’usage disproportionné de la violence auxquels le peuple congolais assistent avec révolte doivent cesser immédiatement. Les juridictions internationales y compris les Nations Unies, l’Union Européenne et la Cour Pénale Internationnale sont priées d’intervenir en conformité avec le droit international.

Nous reviendrons dans un autre article sur la chronologie et les causes de cette tragédie politique. Mais d’ores et déjà, l’opinion nationale devra retenir que ces violences sont les conséquences des manigances politiques orchestrées par Kabila et sa majorité politique (MP) qui ont vu Samy Badibanga accéder au poste de premier ministre contre d’autres prétendants (dont Ne Mwanda Nsemi, chef spirituel de Bundu dia Kongo). Par la suite, Mr Mantezolo, vice président de Bundu -dia- Kongo, a obtenu un poste de vice-ministre dans le gouvernement de Samy Badibanga contre l’avis de son chef spirituel et politique. D’autres affaires à caractère personnel et interne au BDK se seraient greffées sur le conflit politique. Notamment un projet de mariage entre le chef spirituel Mwanda Nsemi et une des ses prophetesses auquel Mr Mantezolo et d’autres figures de leur mouvement se seraient opposés.

Dans une des parutions de son bulletin d’informations, Muanda Nsemi accuse le vice ministre Mantezolo d’être devenu un pion de Kabila et d’ourdir un projet d’assassinat de sa personne. Il lui reproche d’avoir accepté le poste “insignifiant” de vice-ministre alors que le BDK aurait le droit de prétendre à un meilleur traitement.

Les discours de Muanda Nsemi contre celui qui est ou fut son vice président ont été à la base de la mobilisation d’une frange d’adeptes de BDK qui se sont attaqués aux biens de Mr Mantezolo à Kimpese notamment. Les forces de Kabila ont été déployés et ont fait usage d’une violence disproportionnée, tirant à balles réelles sur les civils.

Le carnage continue. Le Député Fabrice Puela a sur sa page facebook et sur les antennes de la radio okapi tiré la sonnette d’alarme pour mettre les autorités nationales, provinciales et internationales devant leur responsabilité, notamment leur responsabilité de protéger les civils et de maintenir l’ordre public par des moyens légaux, et non par le recours à la violence disproportionnée.

mwezolo-et-mwanda-nsemi

RDC: des divergences fondamentales persistent entre le Rassemblement et les signataires de l’accord du camp Tshatshi

cenco2016-12-02-3

honorable puela

L’honorable Fabrice Puela nous fait le compte-rendu des divergences qui persistent entre le Rassemblement et les signataires de l’accord du camp Tshatshi.

J’ai passé l’après midi de ce vendredi 23 décembre au centre interdiocesain à Gombe pour échanger avec nos délégués au Dialogue sous la facilitation de la CENCO.

Je vous prie de lire cet article qui résume l’impasse observée et qui risque de tout remettre en cause. Lu pour vous;

“Points d’étranglement et personnalités qui sabordent les négociations menées par la CENCO, bafouant la volonté du peuple Congolais

En ce 23 Décembre 2016 il subsiste quatre points de divergences ci-après :

1. 1er Point de divergence : L’avenir du Président de la République et de la Constitution :

Le Rassemblement soutient que le Président de la République doit clairement faire la déclaration solennelle qu’il ne briguera pas un troisième mandat . Il ne procédera pas au changement de la Constitution et ne convoquera pas un Referendum quant à ce.

Le Président de la république par ses Représentants fait dire qu’il ne fera pas cette déclaration solennelle . Par contre , il suggère que cela soit repris dans l’accord à signer. Le rassemblement soutient que dans cette hypothèse , il accepte que cela soit repris dans cet Accord mais seulement , le Président de la république devra impérativement apposer sa signature sur cet accord ainsi , personnellement sa signature l’engagera .

Le Point de blocage:

La Majorité Présidentielle refuse que le Président de la République soit signataire de cet accord reprenant ses engagements ;

2. La Majorité Présidentielle soutien qu’il doit simplement être repris dans cet Accord que le Premier Ministre proviendra de l’Opposition .

Le Rassemblement exige qu’il soit clairement repris que le Premier Ministre proviendra du Rassemblement car Joseph Kabila pourra profiter de cette incise pour confirmer Badibanga au motif qu’il serait de l’Opposition , la Petite Frange de l’Opposition signataire des Accords de la Cité de l’Unité Africaine , le 18 octobre 2016 .

3. La CENI

La Majorité Présidentielle soutient que chaque composante puisse remplacer ses Membres au sein de cette instance .

Le Rassemblement demande qu’il y’ait une refonte totale des Membres de cette Instance car Le Président Nangaa et le Vice Président Kantitima sont complètement déjà acquis à la cause du Régime de Joseph Kabila donc n’offrent aucune garantie de neutralité de cette institution tel que le recommande la Constitution .

4. Mesures de décrispation politiques

La Majorité Présidentielle demande que les noms des 7 Personnes leur présentées par le Rassemblement soient soumis à l’examen d’une Commission des Magistrats qui pourra y statuer au cas par cas pour décider de leur libération .

Quant au sort de l’Ancien Gouverneur MoÏse Katumbi Tchapwe , La Majorité s’oppose à l’abandon des poursuites judiciaires à caractères Politique dont il est l’objet de la part du Pouvoir de Joseph Kabila . Elle veut que ce cas soit aussi soumis à cette commission .

Le Rassemblement s’oppose à cette hypothèse arguant, que cette commission des Magistrats sera complètement inféodée au Ministre de la Justice dont tout le monde connaît les affinités avec Joseph Kabila et les animosités développées contre l’Opposition .

Par ailleurs les dernières décisions judiciaires contre divers Membres de l’Opposition ont démontré l’inféodation et la manipulation de la Justice par le Pouvoir de Joseph Kabila .

Le rassemblement évoque des cas de jurisprudence pour balayer la thèse soutenue par la Majorité Présidentielle . Il s’ agit de cas suivants :

Le Mouvement M23 : le pouvoir de Joseph Kabila n’avait jamais passé ces cas par une Commission des Magistrats et s’était limité à signer les accords et les appliquer quoique les faits leur reprochés étaient extrêmement graves .

Le Cas de Gédéon : Ce dernier était condamné à mort pour des crimes contre l’humanité et entre’ autre cannibalisme . Il a été gracié sans que son cas soit soumis à une quelconque commission des Magistrats . Pire que ça, un tapis rouge lui a été déroulé lors de sa réédition .

Les acteurs du rassemblement constatent que les Evêques sont entrain de fléchir sur ce quatrième point de désaccord poussés par TAMBWE MWAMBA et VITAL KAMERHE qui se révèlent pendant ces négociation comme des défenseurs acharnés de Joseph Kabila .

Quelques Observations :

1. Joseph Kabila fait agir les Membres de sa Majorité en ne prenant nullement un engagement personnel. Ne soyons pas surpris au regard de sa versatilité qu’il déclare ” je n’ai jamais dit que je ne serai pas candidat “. Son refus obstiné de signer ces accords qui l’engageraient personnellement laisse subsister des doutes quant à son engagement ferme et sincère . Disposant des instruments du Pouvoir , il pourra à tout moment remettre en cause ces Accords au regard de la conjoncture politique internationale .

2. L’obstination du Pouvoir de maintenir la CENI dans sa configuration actuelle présage de ses intentions de manipuler les élections à sa guise . La neutralité de la CENI doit impérativement être préservée .

3. De part le refus de la Majorité Présidentielle de faire adopter les mesures de décrispation sans les faire passer par une commission démontre à suffisance, que toute la mécanique ne vise qu’à écarter Moïse Katumbi Tchapwe du Processus électoral. Par conséquent une réaction vigoureuse du rassemblement et de la Communauté Internationale s’avèrent urgente .

4. Il apparaît clairement que les trois Personnes qui s’érigent en blocage des négociations de la CENI et par conséquent qui s’opposent à la volonté de la Population et de la Communauté Internationale et par voie de conséquence méritent des sanctions coercitives et imminentes de la part de la Communauté Internationale sont :

1. Joseph Kabila : Chef de l’Etat , chef d’orchestre qui agit en dessous de la table et qui tire toutes les ficelles ;

2. Tambwe Mwamba : Ministre de la Justice et cheville ouvrière au sein de la délégation de la Majorité Présidentielle ;

3. Kimbuta Yango André : Gouverneur de la Ville Province de Kinshasa . Il est chargé des basses besognes pendant ces négociations .

4. Néhémie Mwilanie : Directeur de Cabinet de Joseph Kabila et Membre de la délégation en négociation . C’est la voix de Kabila

5. Kalev Mutond : Directeur de l’ANR et Membres de la délégation. Cheville ouvrière de toutes les stratégies répressives et des menaces de l’Opposition pendant le dialogue. Ce le bras armé de Kabila

6. Vital Kamerhe : Président de l’UNC qui fait corps avec les Délégués de la Majorité pour s’opposer aux points de vue du rassemblement. Au nom de l’Opposition signataire des accords du 18 Octobre, il s’obstine d’ adopter les points de vue du Rassemblement. Il s’acharne pour faire écarter Moïse Katumbi du processus électoral espérant créer un vide pour son élection en 2017 .

Devant ce constant , il est impérieux d’intérioriser que le rassemblement ne peut signer un Accord qui ne tienne pas compte de ses Thèses qui du reste, sont en phase avec les aspirations de la Population Congolaise et les souhaits de la Communauté Internationale.”

Source: Facebook