RDC: Plusieurs membres du Front Citoyen 2016 arrêtés à Bunia par l’ANR

L’ANR VIENT UNE FOIS DE PLUS D’ENLEVER DES CITOYENS, MEMBRES DE LA COORDINATION DU FC2016 À BUNIA. IL S’AGIT DE: LUC MALEMBE, GODHI NAGUY, DAVID NGABU; BYARUFU YUYU, EUGENE BAMINDAY, IRAGI NKURI, JOSEPH UBEGIU.

lucha-bunia

Jean Claude Katende, porte-parole du FC2016, a écrit:

Chers collègues et partenaires,
En République Démocratique du Congo, à Bunia, plusieurs membres du Front citoyen 2016, dont Me Naguy GODHI, qui participaient à la marche de soutien au dialogue organisée par le Maire de la ville de Bunia, ce 27 juillet 2016, sont arrêtés et en train d’être entendus au bureau de l’Agence Nationale des Renseignements de Bunia.
Les motifs de leur arrestation ne sont pas encore connus. Ils seraient relatifs au calicot qu’ils avaient et dont le message était le suivant : « Nous voulons les élections dans le délai constitutionnel. Oui au dialogue, Oui à l’alternance en 2016 ».
Le Front Citoyen 2016 dénonce cet acharnement de l’ANR contre ses membres et demande à ce qu’ils soient relâches, car ils n’ont pas posé aucun acte contraire aux lois de la République.

Source: Facebook

Les Congolais appelés à manifester pour réclamer le respect de la Constitution

Tous les congolais sont appelés à répondre à l’appel de l’opposition et du Front citoyen 2016 en descendant dans la rue demain Jeudi 26 Mai 2016. Ces marches s’organisent sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo et dans la diaspora congolaise à l’étranger.

marche du 25 mai 2016

Tous les congolais sont appelés à répondre à l’appel de l’opposition et du Front citoyen 2016 en descendant dans la rue demain Jeudi 26 Mai 2016. Ces marches s’organisent sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo et dans la diaspora congolaise à l’étranger.

Cette marche devra marquer le début d’une série d’actions d’envergure pour exiger la tenue des élections selon les prescrits de la Constitution et la sécurité durable à l’Est du Congo, notamment dans la région de Beni qui est fait face à un cycle infernal de violence sauvage par des agents non clairement identifiés, le tout dans un climat de passivité et d’indifférence des institutions de la République et la mission des nations unies.

Les congolais se rappeleront que la liberté s’arrache et que c’est à la suite de la pression persistante et massive de la rue qu’ils seront à mesure de forcer Joseph Kabila et sa clique à libérer la CENI pour la tenue des élections dans le délai constitutionnel.

Cette marche sera aussi un signal fort à l’endroit de Joseph Kabila qui a instrumentalisé la Cour Constitutionnelle dont un des derniers arrêts fortement contesté par les congolais visent à ouvrir la voie à une présidence à vie pour Joseph Kabila. Cette marche devra signifier à Joseph Kabila que son plan de glissement ne sera pas accepté, que les Congolais se lèveront comme un seul homme en conformité avec l’article 64 de la Constitution pour faire échec à sa volonté de prendre le pouvoir par la force et de l’exercer contre les prescrits de la Constitution.

Alors qu’à Kinshasa, les autorités n’ont jusqu’ici manifesté aucune obstruction contre la marche du Jeudi 25 Mai 2016, dans les villes de Matadi, Lubumbashi et Goma se manifestent une volonté illégale d’empêcher l’organisation de cette marche pacifique. Des membres des partis politiques de l’opposition sont arrêtés par l’ANR de façon tout à fait illégale pour étouffer dans l’oeuf l’organisation de la marche du Jeudi 26 mai 2016.

Malgré ces intimidations et mesures ouvertement illégales et anti-constitutionnelles, les congolais sont déterminés à exercer leurs droits constitutionnels de marcher et manifester. L’exercise de ces droits n’est soumis à aucune autorisation préalable.

Lecongolais.net