RDC: LA DISPARITION DU JUGE PRÉSIDENT RAPHAEL YANYI RISQUE DE CHANGER LE COURS DU PROCÈS KAMERHE ET CONSORTS

ANALYSES ET OPINIONS

Juge-Raphaël-Nyanyi

VOICI POURQUOI LA DISPARITION DU JUGE PRÉSIDENT YANYI RISQUE DE CHANGER LE COURS DU PROCÈS KAMERHE ET CONSORTS !

Le juge président du procès de 100 jours contre Vital Kamerhe,  Yanyi Ovungu, est mort dans la nuit du mardi 26 mai à 2h du matin. Plusieurs versions courent. D’une part, « Il a piqué une crise vers une heure du matin. Le temps de l’acheminer vers le centre hospitalier Nganda, il n’a pas survécu « , rapporte une source judiciaire au journal en ligne politico.cd. D’autres sources proches de la famille rapportent : « Il était bien portant. Il n’était pas du tout malade. Nous avons passé du temps ensemble ce mardi dans la journée où nous abordions plusieurs dossiers. A aucun moment il m’a semblé souffrir. Son décès est plus qu’étrange. Nous n’allons pas laisser passer cela », affirme un juge qui a requis l’anonymat. L’odeur d’un assassinat semble relayer les circonstances mystérieuses de la mort du général Delphin par cette version qui rapporterait l’irruption d’un groupe d’inconnus à son domicile dans la nuit de mardi 26 mai 2020 à 2h du matin.

Quelle lecture faire du décès du juge président dans le dossier contre Kamerhe et consorts dans le cas où la seconde version serait authentique?

C’est indéniable que la justice congolaise doit avoir secoué une ruche d’abeilles. Elle a été très proche de mettre à nu toute la maffia politico-financière opérant derrière Sieur Vital Kamerhe et, au pire de cas, de pousser l’illustre prévenu à révéler son vrai visage d’un simple anneau du système, de la petite partie visible d’un iceberg plus profond et plus grand qu’est la maffia très puissante qui s’est installée au cœur du pouvoir politique et économique à Kinshasa et dont les ramifications remontent jusqu’à des présidents et d’anciens présidents, jusqu’à des multinationales sinon à des groupes terroristes internationaux.

Face à l’audace judiciaire de ce juge héroïque, l’on se serait attendu à une escouade policière le protégeant jour et nuit dans un endroit tenu secret. Fort malheureusement, selon les affirmations de ses proches sur les réseaux sociaux, l’état congolais l’a exposé, le laissant continuer à habiter une commune populaire, en l’occurrence Bandalungwa et tenez-vous bien ! sous la protection d’un SEUL petit policier qui ne pouvait rien faire devant le groupe d’hommes lourdement armés qui a fait irruption à son domicile cette nuit.

PREMIÈRE QUESTION : Qui pourrait bien être l’auteur intentionnel de ce crime?

Le communiqué officiel de Sylvano Kasongo : « Le juge président Yanyi est décédé au centre Nganda vers 2h après avoir fait une crise. Il n’a pas été assassiné. Il était sécurisé par la police » fait dans la précipitation, en dehors de toute autopsie légale, ne serait-il pas une fuite en avant et une volonté manifeste de cacher les vrais auteurs du crime? Et le fait que l’Inspecteur Général de la Police Nationale s’y mêle se substituant au travail du médecin légal, ne prouve-t-il pas, si besoin en était encore, que l’assassin qu’il cherche à couvrir est au-dessus de lui dans l’ordre hiérarchique? Aurait-il donc reçu l’ordre de faire ce communiqué en vue de brouiller les pistes de l’enquête?
Comme dans les crimes passés de L.-D. Kabila, de Floribert Chebeya et de tant d’autres dignitaires de ce pays, toute enquête éventuelle finira par être classée sans suite et l’assassin surfera sur l’amnésie du peuple congolais pour continuer à courir librement…

DEUXIÈME QUESTION : À qui profiterait un tel crime?

D’abord au(x) commanditaire(s) de l’assassinat eux-mêmes qui ont usé de tous les stratagèmes dont mort du juge devenu gênant pour ne pas voir leurs noms être dénoncés au grand jour. Et lorsque le Ministère Public déclare durant le procès : “ce sont des gros détournements… un assemblage des actes isolés qui va démontrer le processus criminel. Il ne faut donc pas isoler ces détournements… et c’est le rôle du Ministère public d’établir les différentes responsabilités », la direction que commençait à prendre le procès du lundi 25 mai doit avoir tiqué plus d’un criminel tapi dans l’ombre.

Ce crime ne profite-t-il pas donc à celui ou à ceux qui ont voulu faire de cet assassinat du juge président YANYI un message clair pour siffler la fin de la recréation? Ses commanditaires n’ont-ils pas voulu à tout prix stopper la volonté du juge de remonter de fil en aiguille jusqu’à arriver à dévoiler le pot-aux-roses? N’est-ce pas qu’ils aient mis tout en œuvre pour que ne soit jamais ouverte la boite de Pandore? Et dans les jours qui viennent, ils ne reculeront devant aucun obstacle visant le démantèlement de leur système.

Cet acte ignoble se voudrait au final comme un acte d’intimidation vers les autres juges qui prendront la relève de Yanyi. Un peu pour leur dire : « voici exactement le sort qui sera réservé à tout juge qui voudra s’y risquer ». Tout sera mis à contribution pour faire plier la justice et l’empêcher de dire le droit en toute indépendance et impartialité. À ce propos, le nouveau profil du successeur de YANYI et son mode opératoire nous feront comprendre si le procès sera, oui ou non, récupéré au profit des puissants contre la vérité et la force du droit. Pour tout dire, c’est vers cela que la suite du procès pourra alors tendre les jours à venir. Rien n’est impossible qu’il se dessine dans les prochaines semaines, ce scénario de protéger le présumé coupable dans l’objectif de ne pas le voir « allumer le feu » comme il l’a promis lui-même le lundi dernier et de le ménager pour ne trahir ses puissants complices.

Cet assassinat, s’il en est un, serait-il arrivé si le juge YANYI n’avait pas touché à Yuma et à Amida! Je ne le pense pas. Un possible interrogatoire de ces deux personnes pourrait arriver à déballer les nombreuses composantes de la « Kin connexion », il risquerait d’ouvrir une brèche et d’offrir à la justice une filière qui remonterait jusqu’au plus haut sommet dans la sphère politique congolaise… Les loups ne se mangent pas entre eux. Et ne nous étonnons pas que la liberté provisoire de Kamerhe soit enfin envisageable dans les prochains jours. Tout se passera dans le sens de sauver le « soldat » Kamerhe pour que les tortures judiciaires lui infligées par le camp ennemi ne lui fassent pas parler et briser l’omertà…

GERMAIN NZINGA (Source: Facebook)

RDC: des divergences fondamentales persistent entre le Rassemblement et les signataires de l’accord du camp Tshatshi

cenco2016-12-02-3

honorable puela

L’honorable Fabrice Puela nous fait le compte-rendu des divergences qui persistent entre le Rassemblement et les signataires de l’accord du camp Tshatshi.

J’ai passé l’après midi de ce vendredi 23 décembre au centre interdiocesain à Gombe pour échanger avec nos délégués au Dialogue sous la facilitation de la CENCO.

Je vous prie de lire cet article qui résume l’impasse observée et qui risque de tout remettre en cause. Lu pour vous;

“Points d’étranglement et personnalités qui sabordent les négociations menées par la CENCO, bafouant la volonté du peuple Congolais

En ce 23 Décembre 2016 il subsiste quatre points de divergences ci-après :

1. 1er Point de divergence : L’avenir du Président de la République et de la Constitution :

Le Rassemblement soutient que le Président de la République doit clairement faire la déclaration solennelle qu’il ne briguera pas un troisième mandat . Il ne procédera pas au changement de la Constitution et ne convoquera pas un Referendum quant à ce.

Le Président de la république par ses Représentants fait dire qu’il ne fera pas cette déclaration solennelle . Par contre , il suggère que cela soit repris dans l’accord à signer. Le rassemblement soutient que dans cette hypothèse , il accepte que cela soit repris dans cet Accord mais seulement , le Président de la république devra impérativement apposer sa signature sur cet accord ainsi , personnellement sa signature l’engagera .

Le Point de blocage:

La Majorité Présidentielle refuse que le Président de la République soit signataire de cet accord reprenant ses engagements ;

2. La Majorité Présidentielle soutien qu’il doit simplement être repris dans cet Accord que le Premier Ministre proviendra de l’Opposition .

Le Rassemblement exige qu’il soit clairement repris que le Premier Ministre proviendra du Rassemblement car Joseph Kabila pourra profiter de cette incise pour confirmer Badibanga au motif qu’il serait de l’Opposition , la Petite Frange de l’Opposition signataire des Accords de la Cité de l’Unité Africaine , le 18 octobre 2016 .

3. La CENI

La Majorité Présidentielle soutient que chaque composante puisse remplacer ses Membres au sein de cette instance .

Le Rassemblement demande qu’il y’ait une refonte totale des Membres de cette Instance car Le Président Nangaa et le Vice Président Kantitima sont complètement déjà acquis à la cause du Régime de Joseph Kabila donc n’offrent aucune garantie de neutralité de cette institution tel que le recommande la Constitution .

4. Mesures de décrispation politiques

La Majorité Présidentielle demande que les noms des 7 Personnes leur présentées par le Rassemblement soient soumis à l’examen d’une Commission des Magistrats qui pourra y statuer au cas par cas pour décider de leur libération .

Quant au sort de l’Ancien Gouverneur MoÏse Katumbi Tchapwe , La Majorité s’oppose à l’abandon des poursuites judiciaires à caractères Politique dont il est l’objet de la part du Pouvoir de Joseph Kabila . Elle veut que ce cas soit aussi soumis à cette commission .

Le Rassemblement s’oppose à cette hypothèse arguant, que cette commission des Magistrats sera complètement inféodée au Ministre de la Justice dont tout le monde connaît les affinités avec Joseph Kabila et les animosités développées contre l’Opposition .

Par ailleurs les dernières décisions judiciaires contre divers Membres de l’Opposition ont démontré l’inféodation et la manipulation de la Justice par le Pouvoir de Joseph Kabila .

Le rassemblement évoque des cas de jurisprudence pour balayer la thèse soutenue par la Majorité Présidentielle . Il s’ agit de cas suivants :

Le Mouvement M23 : le pouvoir de Joseph Kabila n’avait jamais passé ces cas par une Commission des Magistrats et s’était limité à signer les accords et les appliquer quoique les faits leur reprochés étaient extrêmement graves .

Le Cas de Gédéon : Ce dernier était condamné à mort pour des crimes contre l’humanité et entre’ autre cannibalisme . Il a été gracié sans que son cas soit soumis à une quelconque commission des Magistrats . Pire que ça, un tapis rouge lui a été déroulé lors de sa réédition .

Les acteurs du rassemblement constatent que les Evêques sont entrain de fléchir sur ce quatrième point de désaccord poussés par TAMBWE MWAMBA et VITAL KAMERHE qui se révèlent pendant ces négociation comme des défenseurs acharnés de Joseph Kabila .

Quelques Observations :

1. Joseph Kabila fait agir les Membres de sa Majorité en ne prenant nullement un engagement personnel. Ne soyons pas surpris au regard de sa versatilité qu’il déclare ” je n’ai jamais dit que je ne serai pas candidat “. Son refus obstiné de signer ces accords qui l’engageraient personnellement laisse subsister des doutes quant à son engagement ferme et sincère . Disposant des instruments du Pouvoir , il pourra à tout moment remettre en cause ces Accords au regard de la conjoncture politique internationale .

2. L’obstination du Pouvoir de maintenir la CENI dans sa configuration actuelle présage de ses intentions de manipuler les élections à sa guise . La neutralité de la CENI doit impérativement être préservée .

3. De part le refus de la Majorité Présidentielle de faire adopter les mesures de décrispation sans les faire passer par une commission démontre à suffisance, que toute la mécanique ne vise qu’à écarter Moïse Katumbi Tchapwe du Processus électoral. Par conséquent une réaction vigoureuse du rassemblement et de la Communauté Internationale s’avèrent urgente .

4. Il apparaît clairement que les trois Personnes qui s’érigent en blocage des négociations de la CENI et par conséquent qui s’opposent à la volonté de la Population et de la Communauté Internationale et par voie de conséquence méritent des sanctions coercitives et imminentes de la part de la Communauté Internationale sont :

1. Joseph Kabila : Chef de l’Etat , chef d’orchestre qui agit en dessous de la table et qui tire toutes les ficelles ;

2. Tambwe Mwamba : Ministre de la Justice et cheville ouvrière au sein de la délégation de la Majorité Présidentielle ;

3. Kimbuta Yango André : Gouverneur de la Ville Province de Kinshasa . Il est chargé des basses besognes pendant ces négociations .

4. Néhémie Mwilanie : Directeur de Cabinet de Joseph Kabila et Membre de la délégation en négociation . C’est la voix de Kabila

5. Kalev Mutond : Directeur de l’ANR et Membres de la délégation. Cheville ouvrière de toutes les stratégies répressives et des menaces de l’Opposition pendant le dialogue. Ce le bras armé de Kabila

6. Vital Kamerhe : Président de l’UNC qui fait corps avec les Délégués de la Majorité pour s’opposer aux points de vue du rassemblement. Au nom de l’Opposition signataire des accords du 18 Octobre, il s’obstine d’ adopter les points de vue du Rassemblement. Il s’acharne pour faire écarter Moïse Katumbi du processus électoral espérant créer un vide pour son élection en 2017 .

Devant ce constant , il est impérieux d’intérioriser que le rassemblement ne peut signer un Accord qui ne tienne pas compte de ses Thèses qui du reste, sont en phase avec les aspirations de la Population Congolaise et les souhaits de la Communauté Internationale.”

Source: Facebook

RDC: Vital Kamerhe explique pourquoi le peuple congolais doit se lever contre le glissement

Vital Kamerhe, celui que les congolais ont maintenant surnommé kamerhéon, défendait autrefois le départ de Joseph Kabila au 19 Décembre 2016, insistait sur la convocation de l’élection présidentielle selon les délais constitutionnels et appelait le peuple congolais à manifester et (même affronter les forces de l’ordre) pour défendre la Constitution. Même s’il a aujourd’hui renié ses positions raisonnables d’antan pour des intérêts égoistes, les congolais continuent à s’approprier ce message. Les congolais ne suivent pas aveuglement un quelconque leader, parti politique ou rassemblement politique. Ils sont attachés aux principes. Les hommes passeront. Mais les institutions justes doivent survivre. Et le peuple se battra contre toutes les forces qui veulent violer la Constitution conformément aux prescrits de l’article 64.

#RDC Les Tweets du jour: Vendredi 14 Octobre 2016 #accord_primature_contre_glissement #kamerheon

20161014_1 20161014_5 20161014_6 20161014_7 20161014_9 20161014_10 20161014_12 20161014_14

Notes sur notre rubrique “Les tweets du jour”:

Nous vous présentons cette série des tweets que nous avons sélectionné sur le réseau social Twitter. Les Tweets qui retiennent notre attention sont particulièrement ceux qui présentent au moins une des caractéristiques suivantes:

* dénoncent les abus de pouvoir

* dénoncent les violations des droits de l’homme

* donnent la voix aux victimes et personnes marginalisées

* réagissent de manière critique aux questions d’actualité

* attirent l’attention des gouvernants sur des questions négligées ou ignorées

* livrent une information vérifiable

Nous ne sélectionnerons pas les tweets:

* Qui incitent à la haine, à la violence ou à quelque forme de discrimination que ce soit.

* Qui visent en priorité à promouvoir un parti politique, regroupement politique ou un leader d’un parti politique.

Nous vous encourageons à envoyer un tweet sur tout ce qui se passe dans votre environnement immédiat et sur votre lecture des événements socio-politiques. Exprimez-vous avec liberté et creativité. C’est votre droit et votre devoir en tant que citoyen libre. Construisons ensemble un pays plus beau qu’avant, un Etat de droit, Une Démocratie au coeur de l’Afrique, Un Monde Juste qui bénéficie à tous et à chacun.

Il est préférable que votre tweet se compose d’une image expressive et d’un texte clair. Ajouter le hash tag #lecongolais.net ou @LecongolaisNet

Nous archiverons votre tweet sur notre site web et nous le disséminerons largement à travers facebook et les groupes de facebook pour une plus grande visibilité de votre tweet. De cette manière votre message atteint le plus grand nombre de personnes possible et vous contribuez à la sensibilisation de l’opinion nationale et internationale.

Nous sommes toujours très heureux de lire votre tweet et de le relayer à travers nos réseaux. Merci d’avance. N’oubliez pas de suivre sur Twitter en cliquant sur le lien suivant: www.twitter.com/LecongolaisNet

Mazembo Mavungu Eddy

Docteur en Sciences Politiques de l’Université de Witwatersrand, Afrique du Sud

Fondateur de Lecongolais.net (News, Analysis, Research and Publishing) et de Diela Information Systems (Web Solutions)

Co-Fondateur et Ancien Directeur Exécutif du Forum des Organisations Congolaises en Afrique du Sud (FOCAS)

Co-Fondateur et Membre du comité exécutif de Congo Renaissance (ONG)

Auteur des plusieurs publications scientifiques:

Politique et Territoire en République Démocratique du Congo: Une Analyse du processus d’installation des nouvelles provinces , Congo-Afrique, 55ème Année, No 499, pp. 724-745.

Stay in power whatever it takes: fraud and repression in the 2011 elections in the D.R. Congo. Journal of African Elections, 2013, Vol. 12, No 3. Available online at:

https://www.academia.edu/6107204/Stay_in_power_whatever_it_takes_fraud_and_repression_during_the_2011_elections_in_the_Democratic_Republic_of_Congo

Difficile autonomie, in Amboise Kom (dir), Fabien Eboussi Boulaga: la philosophie du Muntu, Karthala, Paris, 2009, 61- 77. Available online at: https://www.academia.edu/6107482/Difficile_Autonomie_une_lecture_de_la_Crise_du_Muntu_de_Fabien_Eboussi_Boulaga

Children, families and the conundrum about men: exploring the causes of father absence in South Africa and its implications for social and care policies’ (Co-author with Leila Patel), South African Review of Sociology, Vol 47, No 2, pp. 19-39.

Frontiers of power and prosperity: explaining provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa. African Studies Review, Vol.59, No 2, pp. 183-208.

Provider Expectations and father involvement: learning from experiences of poor “absent fathers” in Gauteng, South Africa, African Sociological Review, 2013, Vol. 17, No 1, pp. 65 – 78. Available online at: https://www.academia.edu/6107229/Provider_expectations_and_father_involvement_learning_from_experiences_of_poor_absent_fathers_in_Gauteng_South_Africa

Ideological clashes behind provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa, South African Journal of Geography, Vol. 94, No 1, pp. 60-74, 2012. Available online at: https://www.academia.edu/6107439/Ideological_clashes_behind_provincial_boundary_disputes_in_post_apartheid_South_Africa

The colonial legacy of international voluntary service, Community Development Journal, 2012, 48 (2), pp. 179-196.  (co-author). Available online at: https://www.academia.edu/6107493/Colonial_legacy_of_international_volunteering

Contacts: mazemb_eddy@yahoo.fr  @mazembo (twitter) @lecongolaisNet

#RDC Les Tweets du jour: Vendredi 14 Octobre 2016 #YEBELA_MANDAT_ESILI #19_OCTOBRE_CARTON_JAUNE_A_KABILA

20161014_2 20161014_4 20161014_8 20161014_15 20161014_16 20161014_17 20161014_18

Notes sur notre rubrique “Les tweets du jour”:

Nous vous présentons cette série des tweets que nous avons sélectionné sur le réseau social Twitter. Les Tweets qui retiennent notre attention sont particulièrement ceux qui présentent au moins une des caractéristiques suivantes:

* dénoncent les abus de pouvoir

* dénoncent les violations des droits de l’homme

* donnent la voix aux victimes et personnes marginalisées

* réagissent de manière critique aux questions d’actualité

* attirent l’attention des gouvernants sur des questions négligées ou ignorées

* livrent une information vérifiable

Nous ne sélectionnerons pas les tweets:

* Qui incitent à la haine, à la violence ou à quelque forme de discrimination que ce soit.

* Qui visent en priorité à promouvoir un parti politique, regroupement politique ou un leader d’un parti politique.

Nous vous encourageons à envoyer un tweet sur tout ce qui se passe dans votre environnement immédiat et sur votre lecture des événements socio-politiques. Exprimez-vous avec liberté et creativité. C’est votre droit et votre devoir en tant que citoyen libre. Construisons ensemble un pays plus beau qu’avant, un Etat de droit, Une Démocratie au coeur de l’Afrique, Un Monde Juste qui bénéficie à tous et à chacun.

Il est préférable que votre tweet se compose d’une image expressive et d’un texte clair. Ajouter le hash tag #lecongolais.net ou @LecongolaisNet

Nous archiverons votre tweet sur notre site web et nous le disséminerons largement à travers facebook et les groupes de facebook pour une plus grande visibilité de votre tweet. De cette manière votre message atteint le plus grand nombre de personnes possible et vous contribuez à la sensibilisation de l’opinion nationale et internationale.

Nous sommes toujours très heureux de lire votre tweet et de le relayer à travers nos réseaux. Merci d’avance. N’oubliez pas de nous suivre sur Twitter en cliquant sur le lien suivant: www.twitter.com/LecongolaisNet

Mazembo Mavungu Eddy

Docteur en Sciences Politiques de l’Université de Witwatersrand, Afrique du Sud

Fondateur de Lecongolais.net (News, Analysis, Research and Publishing) et de Diela Information Systems (Web Solutions)

Co-Fondateur et Ancien Directeur Exécutif du Forum des Organisations Congolaises en Afrique du Sud (FOCAS)

Co-Fondateur et Membre du comité exécutif de Congo Renaissance (ONG)

Auteur des plusieurs publications scientifiques:

Politique et Territoire en République Démocratique du Congo: Une Analyse du processus d’installation des nouvelles provinces , Congo-Afrique, 55ème Année, No 499, pp. 724-745.

Stay in power whatever it takes: fraud and repression in the 2011 elections in the D.R. Congo. Journal of African Elections, 2013, Vol. 12, No 3. Available online at: https://www.academia.edu/6107204/Stay_in_power_whatever_it_takes_fraud_and_repression_during_the_2011_elections_in_the_Democratic_Republic_of_Congo

Difficile autonomie, in Amboise Kom (dir), Fabien Eboussi Boulaga: la philosophie du Muntu, Karthala, Paris, 2009, 61- 77. Available online at: https://www.academia.edu/6107482/Difficile_Autonomie_une_lecture_de_la_Crise_du_Muntu_de_Fabien_Eboussi_Boulaga

Children, families and the conundrum about men: exploring the causes of father absence in South Africa and its implications for social and care policies’ (Co-author with Leila Patel), South African Review of Sociology, Vol 47, No 2, pp. 19-39.

Frontiers of power and prosperity: explaining provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa. African Studies Review, Vol.59, No 2, pp. 183-208.

Provider Expectations and father involvement: learning from experiences of poor “absent fathers” in Gauteng, South Africa, African Sociological Review, 2013, Vol. 17, No 1, pp. 65 – 78. Available online at:https://www.academia.edu/6107229/Provider_expectations_and_father_involvement_learning_from_experiences_of_poor_absent_fathers_in_Gauteng_South_Africa

Ideological clashes behind provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa, South African Journal of Geography, Vol. 94, No 1, pp. 60-74, 2012. Available online at: https://www.academia.edu/6107439/Ideological_clashes_behind_provincial_boundary_disputes_in_post_apartheid_South_Africa

The colonial legacy of international voluntary service, Community Development Journal, 2012, 48 (2), pp. 179-196.  (co-author). Available online at: https://www.academia.edu/6107493/Colonial_legacy_of_international_volunteering

contacts: mazemb_eddy@yahoo.fr  @mazembo (twitter) @lecongolaisNet