RDC: La Dynamique de l’opposition fustige le terrorisme d’Etat et l’insécurité généralisée

dynamique-opposition-2017-01-16 dynamique-opposition-2017-01-16-2

DYNAMIQUE DE L’OPPOSITION POLITIQUE CONGOLAISE

DECLARATION
Les membres de la Dynamique de l’opposition se sont réunis ce jeudi 16 février 2017, date mythique dans l’histoire politique congolaise, pour examiner l’évolution de la situation générale du pays depuis la disparition inopinée, le 1er février 2017 à Bruxelles, du Président Etienne Tshisekedi Wa Mulumba;

S’inclinant devant la mémoire de l’illustre disparu, la Dynamique de l’opposition salue de nouveau son combat politique pour l’avènement d’un Etat de droit dans notre pays, combat pour lequel il s’est distingué par une abnégation et une constance exemplaires, sources d’inspiration pour nous et, à jamais, héritage pour les générations futures;

La Dynamique de l’opposition considère que la disparition du Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba est certes, un coup dur pour le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement, il est également un appel à élever notre sens de responsabilité dans notre perception et notre mode de gestion des défis auxquels notre pays est actuellement confronté.

Dans une société congolaise où l’intérêt privé a pris le pas sur l’intérêt général, honorer la mémoire du Président Etienne Tshisekedi, c’est reprendre à bras le corps la lutte et la continuer sans atermoiement de manière à répondre avec courage et détermination à ces défis dans l’intérêt de la paix, de la démocratie, de la concorde nationale, de la stabilité et du développement de notre pays. C’est cela que le peuple attend de nous et rien d’autre.

Voilà pourquoi, en cette circonstance particulière, la Dynamique réitère son ferme engagement à poursuivre ce combat dans l’intérêt du seul peuple congolais.

En évoquant le combat historique du peuple congolais pour la démocratie, l’on se rappellera qu’il y a exactement 25 ans aujourd’hui, le 16 février 1992, des milliers de Congolais étaient descendus dans les rues, marchant pacifiquement pour revendiquer la réouverture de la Conférence Nationale Souveraine, forum national dont les résolutions étaient destinées à baliser le chemin de la démocratie et du changement dans notre pays; forum à l’issue duquel le regretté Président Etienne TSHISEKEDI avait été élu Premier Ministre de la République. La suite, on la connaît.

Sur ordre du maître du régime dictatorial de la 2ème République, la soldatesque avait tiré à bout portant sur les manifestants, faisant des centaines de victimes dont les morts, les blessés et les fracturés.

Connu sous le vocable «massacre de Kinshasa», ou encore boucherie de Kinshasa, ce carnage avait endeuillé plusieurs familles. Cependant, les auteurs intellectuels et matériels de ces massacres n’en sont pas sortis sans perdre des plumes. Sous le coup de la pression tant interne qu’internationale, le régime sanguinaire s’était progressivement affaibli et ce, jusqu’à sa chute.

Bien que réprimée dans le sang, la mobilisation populaire lors de cette journée du 16 février avait eu le mérite de démontrer que plus fort que tout un peuple n’existe nulle part au monde et que, dans son attachement et son aspiration à la démocratie, il y a longtemps que le peuple congolais a chassé la peur et vaincu la terreur;

25 ans jour pour jour, en ce jeudi 16 février 2017, jour où nous commémorons la grande marche des chrétiens pour la démocratie, le devoir de mémoire nous place, nous membres de la Dynamique de l’opposition, dans l’obligation de rendre ici, solennellement et de manière particulière, un hommage appuyé aux victimes de cette tragédie particulièrement et, partant, à tous les martyrs de la liberté et de la démocratie, victimes aujourd’hui encore de l’intolérance politique et de la répression aveugle.

La Dynamique de l’opposition tient à rappeler à tous et toutes que les évènements de la semaine du 19 au 25 janvier 2015, des 19 et 20 septembre 2016, les nombreuses manifestations réprimées dans le sang, les meetings populaires étouffés, les tueries, les arrestations et tracasseries diverses de ces dernières années contre les membres de l’opposition, les journalistes et les activistes des droits de l’homme sont la preuve que le combat pour la liberté est encore loin d’être gagné.

En ce moment crucial où notre pays est à un tournant décisif de son histoire et que les discussions sur l’arrangement particulier ont repris autour de la CENCO pour la mise en œuvre effective de l’accord politique du 31 décembre 2016 signé au Centre Interdiocésain, la Dynamique de l’opposition :

1. appelle la population en général et particulièrement tous ses membres à la vigilance et à l’unité pour défendre la République et à travers elle, défendre l’accord de la Saint sylvestre, seule source de légitimité de toutes les institutions et des animateurs de la période pré-électorale et électorale et, œuvre pour laquelle, la Dynamique rappelle et salue l’implication personnelle du très regretté Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba;

2. appelle toutes les parties prenantes à faire preuve de responsabilité afin de créer, comme le veut notre peuple, les conditions de sérénité et de sécurité nécessaires pour l’organisation des obsèques nationales dignes de son rang par la mise en œuvre de l’esprit et la lettre de cet accord qui doit permettre, dans le délai prévu, le retour au fonctionnement régulier des institutions de la République;

3. condamne cependant, avec la dernière énergie, les tueries qui ont tout l’air d’un terrorisme d’Etat et qui s’observent en ce moment sur l’ensemble du territoire national, plus particulièrement dans les dossiers du Chef Kamuena Nsapu au Kasaï central et plus récemment dans celui des adeptes de Ne Muanda Nsemi à Kinshasa et au Kongo central. Il en va de même des affrontements meurtriers qui opposent les pygmées aux bantous dans le Tanganyika. Mis ensemble, ces massacres projetés en image à la télévision traduisent à la fois la désintégration de l’Etat et la désacralisation dangereuse de la vie humaine;

4. fustige l’insécurité généralisée délibérément créée sur l’ensemble du territoire national et qui, en l’absence d’une réaction appropriée du pouvoir pour y mettre fin, est de plus en plus perçue comme la stratégie de la terre brûlée pour plomber l’accord du 31 décembre 2016 et ainsi contourner son objectif prioritaire, à savoir la tenue des élections en vue de favoriser l’alternance pacifique et démocratique dans notre pays;

5. dénonce énergiquement la déclaration irresponsable du Ministre du Budget faite au cours de sa conférence de presse du 15 février courant annonçant «l’ impossibilité de mobiliser 1.8 milliards de dollars cette année pour les élections», montant sans fondement et non audité, correspondant au budget initial réclamé en son temps par la CENI pour la tenue de toutes les élections y compris les locales.

La Dynamique :

6. attire l’attention de tous sur le fait que si les élections ne sont pas organisées comme le prévoit l’accord du 31 décembre 2016, notre pays risque de plonger dans une crise encore plus profonde et aux conséquences incalculables;

7. remercie une fois de plus les Evêques membres de la CENCO et les encourage à poursuivre leur médiation avec la même persévérance pour la mise en œuvre rapide de l’accord de la Saint Sylvestre;

8. demeure engagée dans l’unité des forces de l’opposition au sein du ‘’RASSEMBLEMENT’’ pour faire aboutir la lutte du peuple congolais au service de l’alternance et de l’Etat de droit;

9. annonce dans cette perspective que, conformément à la résolution prise lors de sa toute première convention tenue à Kinshasa du 04 au 06 novembre 2015, elle tiendra sa deuxième convention du 13 au 15 mars prochain à Kinshasa.

10. appelle le peuple congolais à demeurer plus que jamais vigilant pour qu’ensemble nous puissions consolider la démocratie dans notre pays par la tenue effective des élections cette année et ainsi garantir la paix, la stabilité et le développement de la RDC ;

11. Enfin, est venue pour moi l’occasion de tenir ma parole. Il vous souviendra que le 17 janvier 2017, jour de commémoration de la mort de Patrice Emery LUMUMBA, notre héros de la lutte pour l’indépendance, il m’a été confié la modération de la Dynamique de l’opposition. Conformément au contrat de confiance qui nous lie, j’avais pris l’engagement de respecter le principe de rotation mensuelle cher à notre plateforme.

En ce jeudi 16 février, jour où nous nous rappelons la marche patriotique et héroïque des chrétiens, j’ai le plaisir de vous annoncer solennellement que, attaché aux valeurs démocratiques et engagé dans la lutte pour l’alternance en RDC, je termine ma modération mensuelle de la Dynamique de l’opposition, afin de donner la chance à l’enracinement des valeurs que nous défendons dans notre vécu quotidien. C’est ce que le peuple attend de nous.

Cela étant, je passe chaleureusement et avec fierté la main à l’Honorable Martin FAYULU MADIDI et vous demande, en signe de confiance et d’encouragement, de vous lever pour l’acclamer. (Merci)

Je tiens sincèrement à remercier tous mes collègues membres de la Dynamique ici présents pour la collaboration qu’ils m’ont offerte et pour la confiance placée en ma modeste personne durant l’exercice de mon mandat. Je souhaite à mon ami et éminent successeur plein succès. Comme pour le pouvoir, il y a une vie après le mandat, je suis également convaincu qu’il y a une vie après la modération.
Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo et son vaillant peuple.
Fait à Kinshasa, le 16 février 2017
Honorable Claudel André LUBAYA
Modérateur”

2016-11-16-docker-1

RDC: La population siffle à minuit pour marquer la fin du mandat de Joseph Kabila le 19 Décembre 2016

Le Lundi 19 Décembre 2016, la population des grandes villes de la RDC a fait entendre des coups de sifflets et autres bruits assourdissants pour marquer la fin du mandat constitutionnel de Joseph Kabila. C’est le fameux carton rouge longtemps promis à Joseph Kabila qui est ainsi sommé de quitter le pouvoir en conformité avec la Constitution de la RDC.

Tout indique que Joseph Kabila ne l’entend pas de cette oreille. Il a déployé des militaires et policiers lourdement armés dans toutes les grandes villes avec mission de réprimer les manifestations pacifiques des citoyens congolais. Depuis 2006, Joseph Kabila s’est toujours imposé par la force, en déployant un fort arsénal militaire et en arrêtant et assassinant les dissidents.

Cette fois-ci, Joseph Kabila, ayant épuisé son mandat constitutionnel, devient illégal et illégitime. Les congolais se mobilisent pour faire usage de l’article 64 de la Constitution qui commande de faire échec contre tout celui qui veut prendre le pouvoir par la force ou l’exercer contre les prescrits de la Constitution.

Quelques photos montrant la militarisation des villes mais aussi le courage des congolais qui bravent la peur pour siffler et brandir le carton rouge:

bye-bye-kabila-carton-rouge

arsenal-militaire-rdc4 arsenal-militaire-rdc3 arsenal-militaire-rdc2 arsenal-militaire-rdc

 

#RDC Tweets du jour: Lundi 19 Décembre 2016 #Kabila_Dégage #Carton_rouge -suite

2016-12-19-8 2016-12-19-9 2016-12-19-10 2016-12-19-11 2016-12-19-12 2016-12-19-13 2016-12-19-14

Notes sur notre rubrique “Les tweets du jour”:

Nous vous présentons cette série des tweets que nous avons sélectionné sur le réseau social Twitter. Les Tweets qui retiennent notre attention sont particulièrement ceux qui présentent au moins une des caractéristiques suivantes:

* dénoncent les abus de pouvoir

* dénoncent les violations des droits de l’homme

* donnent la voix aux victimes et personnes marginalisées

* réagissent de manière critique aux questions d’actualité

* attirent l’attention des gouvernants sur des questions négligées ou ignorées

* livrent une information vérifiable

Nous ne sélectionnerons pas les tweets:

* Qui incitent à la haine, à la violence ou à quelque forme de discrimination que ce soit.

* Qui visent en priorité à promouvoir un parti politique, regroupement politique ou un leader d’un parti politique.

Nous vous encourageons à envoyer un tweet sur tout ce qui se passe dans votre environnement immédiat et sur votre lecture des événements socio-politiques. Exprimez-vous avec liberté et creativité. C’est votre droit et votre devoir en tant que citoyen libre. Construisons ensemble un pays plus beau qu’avant, un Etat de droit, Une Démocratie au coeur de l’Afrique, Un Monde Juste qui bénéficie à tous et à chacun.

Il est préférable que votre tweet se compose d’une image expressive et d’un texte clair. Ajouter le hash tag #lecongolais.net ou @LecongolaisNet

Nous archiverons votre tweet sur notre site web et nous le disséminerons largement à travers facebook et les groupes de facebook pour une plus grande visibilité de votre tweet. De cette manière votre message atteint le plus grand nombre de personnes possible et vous contribuez à la sensibilisation de l’opinion nationale et internationale.

Nous sommes toujours très heureux de lire votre tweet et de le relayer à travers nos réseaux. Merci d’avance. N’oubliez pas de suivre sur Twitter en cliquant sur le lien suivant: www.twitter.com/LecongolaisNet

Mazembo Mavungu Eddy

Docteur en Sciences Politiques de l’Université de Witwatersrand, Afrique du Sud

Fondateur de Lecongolais.net (News, Analysis, Research and Publishing) et de Diela Information Systems (Web Solutions)

Co-Fondateur et Ancien Directeur Exécutif du Forum des Organisations Congolaises en Afrique du Sud (FOCAS)

Co-Fondateur et Membre du comité exécutif de Congo Renaissance (ONG)

Auteur des plusieurs publications scientifiques:

Politique et Territoire en République Démocratique du Congo: Une Analyse du processus d’installation des nouvelles provinces , Congo-Afrique, 55ème Année, No 499, pp. 724-745.

Stay in power whatever it takes: fraud and repression in the 2011 elections in the D.R. Congo. Journal of African Elections, 2013, Vol. 12, No 3. Available online at:

https://www.academia.edu/6107204/Stay_in_power_whatever_it_takes_fraud_and_repression_during_the_2011_elections_in_the_Democratic_Republic_of_Congo

Difficile autonomie, in Amboise Kom (dir), Fabien Eboussi Boulaga: la philosophie du Muntu, Karthala, Paris, 2009, 61- 77. Available online at: https://www.academia.edu/6107482/Difficile_Autonomie_une_lecture_de_la_Crise_du_Muntu_de_Fabien_Eboussi_Boulaga

Children, families and the conundrum about men: exploring the causes of father absence in South Africa and its implications for social and care policies’ (Co-author with Leila Patel), South African Review of Sociology, Vol 47, No 2, pp. 19-39.

Frontiers of power and prosperity: explaining provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa. African Studies Review, Vol.59, No 2, pp. 183-208.

Provider Expectations and father involvement: learning from experiences of poor “absent fathers” in Gauteng, South Africa, African Sociological Review, 2013, Vol. 17, No 1, pp. 65 – 78. Available online at:

https://www.academia.edu/6107229/Provider_expectations_and_father_involvement_learning_from_experiences_of_poor_absent_fathers_in_Gauteng_South_Africa

Ideological clashes behind provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa, South African Journal of Geography, Vol. 94, No 1, pp. 60-74, 2012. Available online at:

https://www.academia.edu/6107439/Ideological_clashes_behind_provincial_boundary_disputes_in_post_apartheid_South_Africa

The colonial legacy of international voluntary service, Community Development Journal, 2012, 48 (2), pp. 179-196.  (co-author). Available online at:

https://www.academia.edu/6107493/Colonial_legacy_of_international_volunteering

 

Contacts: mazemb_eddy@yahoo.fr  @mazembo (twitter) @lecongolaisNet

RDC: l’UE adopte des sanctions à l’encontre de 7 personnes responsables des violences

Le Conseil a adopté des mesures restrictives en matière de déplacements et un gel des avoirs à l’égard de sept personnes occupant des positions de responsabilité dans la chaîne de commandement des auteurs de violences, avec effet immédiat. Les ministres des affaires étrangères, réunis au sein du Conseil de l’Union européenne, ont discuté des derniers développements dans le pays. Les Etats membres se sont accordés sur une déclaration sur la situation en RDC.

Déclaration de l’UE sur la situation en République Démocratique du Congo

” L’Union européenne et ses Etats membres sont gravement préoccupés par la situation politique en République Démocratique du Congo (RDC). Le 19 décembre, date qui marque l’échéance constitutionnelle du mandat du Président Kabila, reste lourd d’incertitudes et de risques, après les récents épisodes de répression et de violations des droits fondamentaux. Un nouveau gouvernement allant au-delà de cette date doit fonder sa légitimité sur un cadre politique défini de manière claire et inclusive, faute de quoi les relations avec l’Union européenne en seraient affectées.

Des efforts ont été déployés afin de rapprocher les positions et parvenir à un accord inclusif sur une transition menant le pays vers des élections pacifiques et crédibles dans les plus brefs délais, conformément à la Constitution de la RDC et la résolution 2277 (2016) du Conseil de Sécurité de l’ONU.

L’Union européenne a soutenu ces initiatives et notamment la médiation en cours des évêques catholiques de la RDC. Elle invite tous les acteurs politiques tant du côté du gouvernement que de l’opposition à entendre leur appel à la responsabilité et à la bonne volonté, et à se saisir pleinement de leurs bons offices. Elle salue le rôle constructif joué par les organisations régionales et les pays de la région afin de trouver une solution pacifique, notamment l’Angola et la République du Congo.

En vue de l’échéance du 19 décembre, l’Union européenne appelle donc les congolais à faire preuve de retenue et à privilégier la voie du dialogue en récusant toute violence.

Les violences qui ont causé la mort d’au moins cinquante personnes le 19 et 20 septembre à Kinshasa constituent de graves violations des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, attestées par plusieurs observateurs y compris le Bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l’Homme. L’Union européenne s’est engagée dans les Conclusions du Conseil du 23 mai, puis du 17 octobre, à adopter des mesures restrictives à l’encontre des responsables de telles exactions et de ceux qui feraient obstacle à une solution pacifique et consensuelle de la crise en RDC.

Par conséquent, le Conseil des ministres des affaires étrangères de l’Union européenne a pris la décision aujourd’hui d’imposer des mesures restrictives à l’égard de sept individus qui occupent des positions de responsabilité dans la chaine de commandement des forces de sécurité congolaises qui ont fait un usage disproportionné de la force.

L’Union européenne appelle le gouvernement de la RDC à coopérer à une enquête transparente et indépendante ayant pour objectif de traduire en justice les responsables des violences. Elle appelle en outre à respecter pleinement les droits fondamentaux dont la liberté d’expression, de réunion et de la presse.

L’Union européenne suivra avec une attention accrue l’évolution politique cruciale que connaitra la RDC dans les prochaines semaines. Dans ce contexte, des mesures restrictives supplémentaires pourront être envisagées en cas d’obstruction du processus politique ou de nouvelles violences. ”

*   *   *

Les personnes soumises à une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et un gel des avoirs incluent:

  • 4 membres de la garde républicaine, de l’armée ou de la police congolaise, ayant contribué en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC;
  • 3 hauts responsables et personnes d’influence faisant obstacle à une sortie de crise consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections en RDC, notamment par des actes de violence, de répression ou d’incitation à la violence, ou des actions portant atteinte à l’état de droit;

Les noms de personnes concernées et les raisons qui amènent le conseil à les lister figurent au Journal Officiel du 12 décembre 2016. Les mesures restrictives entrent en vigueur immédiatement.

personnes-sanctionnees-2016-12-12 personnes-sanctionnees-2016-12-12-2

Pour en savoir plus: http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2016/12/12-drc-sanctions/

RDC: A Boma, une bavure policière provoque une seconde vague d’émeutes en une semaine

boma-2016-11-30-18

La situation était tendue le mercredi 30 novembre 2016 à Boma aux environs du Rond-Point. Une bavure policière a provoqué la colère de la population qui s’est attaquée aux installations de la police et a pillé certaines boutiques des chinois et des congolais.  La police a tiré à balles réelles pour tenter de calmer la situation. Une fille de 9 ans blessée par balles est sous hospitalisation.

Selon nos sources, la police s’est mise à la poursuite d’un fumeur de chanvre qui est allé dans sa course se jeter dans une rivière sous le pont Matsoba, communément appelé Kobra. L’infortuné aurait cogné sa tête contre une pierre et se serait noyé. Voilà qui a provoqué l’ire de la population du quartier de Matsoba, et la confrontation avec les forces de l’ordre s’est prolongée jusqu’au Rond-Point. La population tient la police pour responsable de la perte en vie humaine. Elle s’est déchaîné contre la police et les militaires qui eux ont répondu en tirant sur la population des balles réelles et en faisant usage des gaz lacrymogènes.

C’est la deuxième vague d’émeutes en moins d’une semaine. Cet affrontement violent entre la population et les forces de l’ordre advient alors que le gouverneur de la province Jacques Mbadu est présent dans la ville de Boma. Sa  mégestion de la province est fortement dénoncée par la population et les députés nationaux qui ont organisé une marche de protestation à Matadi il y a à peine deux semaines. Le gouvernorat n’a pas formellement répondu aux demandes de démission qui sont lancées à son encontre et aux reproches formulés contre sa manière de gérer la province du Kongo Central. S’il n’y a pas un lien direct apparent entre cette seconde vague d’émeutes et la mise en cause de la gouvernance de la province par Jacques Mbadu, les témoins remarquent un climat général de tension et frustrations au sein de la population qui explique qu’à la moindre étincelle la population manifeste sa colère par des actes violents et subversifs.

Il faut aussi rappeler que la ville de Boma fait face à l’effondrement de son tissu économique récemment aggravé par la mesure de l’interdiction d’importation des véhicules mis en circulation au-delà de 10 ans et la cessation d’activités de la Bralima Boma. Ces événements condamnent la population de la ville de Boma à l’aggravation du chômage et au désespoir. Les autorités de la ville et de la province n’ont pas suffisamment travaillé pour protéger le tissu économique de la ville et insuffler l’espoir d’une relance économique. Au contraire, la population a assisté avec consternation à la lutte de positionnement entre le gouverneur de la province et la maire de la ville,  lutte qui avait pris des proportions inquiétantes jusqu’à l’intervention du ministre de l’intérieur.

Pour finir, il faut relever que cette manifestation populaire de colère est aussi interprétée par plusieurs observateurs comme un signe avant-coureur des manifestations que la population se prépare à déclencher à partir du 19 Décembre 2016 pour exiger le départ de Joseph Kabila dont le mandat touchera à sa fin. Pour prévenir le pire, les gouvernants au niveau de la ville, de la province et du pays sont invités à lire les signes du temps, à écouter la voix de la population et à se conformer à la Constitution.

Lecongolais.net

Les photos ci-dessous en disent long sur les tensions et la violence qui ont émaillé cet événement.

boma-2016-11-30-19 boma-2016-11-30-2 boma-2016-11-30-12 boma-2016-11-30-20 boma-2016-11-30-5