Le 22 avril 2016: Les combattants triomphent sur Kabila à Paris

quai d'orsay

Devant le Quai d’Orsay, les activistes de la diaspora congolaise en France disent: Kabila Dégage… Ils sont soulagés de noter que Joseph Kabila a finalement annulé son escale de Paris avant d’aller signer l’accord sur le changement climatique aux Etats-Unis. Ils lui redisent qu’il n’est pas le bienvenu à Paris et en Europe. Ils appellent la France à cesser de soutenir des dictateurs et imposteurs comme Joseph Kabila. Qu’elle soutienne plutôt les mouvements citoyens qui militent pour une alternance démocratique au Congo et la fin des atrocités qui ont fait plusieurs millions des morts notamment à l’Est du Congo.

Les activistes appellent aussi le peuple congolais à se prendre en charge en activant l’article 64 de la constitution étant donné que Joseph Kabila n’est pas prêt à quitter le pouvoir à la fin de son mandat le 19 Décembre 2016.

Kabila Dégage…

Oui au soulèvement populaire selon l’article 64 de la Constitution de la RDC

Lancent-ils. Ingeta Ingeta Ingeta.

Dr Mazembo Mavungu Eddy

quai d'orsay 2

quai d'orsay 3

Des congolais protestent contre l’arrivée de Joseph Kabila à Paris

IMG_3022

Il était prévu que le Président de la République Démocratique du Congo (RDC) arrive à Paris le 21 avril 2016 en transit vers Washington où devait intervenir la séance de la signature de l’accord de l’ONU sur le changement climatique.

Les congolais se sont alors rassemblés à la place Invalide (entre le ministère des affaires étrangères -Quai d’Orsay) et l’Assemblée Nationale pour dire non à l’arrivée de Joseph Kabila en France. Le Sit in a duré plusieurs heures et fut ponctué des chansons, danses et discours.

Plusieurs organisations et individus d’autres pays africains se sont joints aux congolais par solidarité, mais aussi pour dénoncer les abus de pouvoir, les dictatures et violations des droits de l’homme dans leurs pays respectifs. Les activistes du Congo-Brazzaville et du Gabon étaient particulièrement représentés.

Le message des Congolais de la RDC était clair: Joseph Kabila n’est pas le bienvenu en France. En tant que terre de la démocratie, la France ne devrait pas accueillir des dictateurs qui assassinent la démocratie et les libertés fondamentales à l’instar de Joseph Kabila. En effet, Kabila a privatisé les ressources de l’Etat au bénéfice de sa propre personne et de sa famille biologique comme l’atteste le panama papers. Kabila fait tout pour saper le processus électoral en cours en vue de prolonger son séjour à la tête de l’Etat alors que son mandat présidentiel expire le 19 Décembre 2016. La diaspora congolaise appelle ainsi la France et les citoyens français à cesser de soutenir les dictateurs africains, mais à venir en aide aux initiatives citoyennes visant à faire respecter les prescrits de la constitution notamment la nécessité de l’alternance démocratique.

Dr Mazembo Mavungu Eddy

IMG_3061

IMG_3096

IMG_3084

IMG_3082

IMG_3069

IMG_3052

IMG_3032

IMG_3028

IMG_3038

Les Africains marchent à Paris pour dénoncer les dictateurs africains, la France-Afrique et le néo-colonialisme

IMG_3003

Samedi, 9 Avril 2016 a eu lieu à Paris la grande marche des Africains, membres des plusieurs organisations de la diaspora africaine vivant en France contre les dictateurs africains, la France-Afrique et le néo-colonialisme. Le rassemblement a eu lieu à la place de la Bourse au coup de 14.00, devant l’immeuble de la Agence France Presse (AFP) d’où est partie la procession jusqu’à la place de la République, sous l’encadrement de la Police.

Plusieurs pays africains étaient représentés notamment la République Démocratique du Congo, la République du Congo, le Gabon, l’Angola, et la Côte d’ivoire.  Mais la situation politique dans les deux Républiques du Congo a dominé dans les messages et slogans qui accompagnaient la marche.

Les citoyens de la RDC ont appelé à une alternance démocratique conformément aux prescrits de la Constitution en scandant « Kabila dégage ». Les manifestants de la RDC s’opposent à l’arrivée de Joseph Kabila en France annoncée pour le 22 avril 2016.  Il n’est pas acceptable que la France accueille sur son sol un dirigeant qui est décidé à enfoncer son pays dans une crise institutionnelle sans précédent en sabotant l’organisation des élections dans le délai prescrit par la Constitution. La communauté congolaise en France est décidée à faire obstruction à cette visite de Joseph Kabila. A cet effet, d’autres manifestations sont prévues dans un futur proche.

Les manifestants de Congo-Brazza ont dénoncé la mascarade électorale et la tricherie organisée par Denis Sassou Nguesso qui se maintient au pouvoir par la force. « Sassoufit », pouvait-on lire sur leurs banderoles. L’hypocrisie de la France ainsi que son soutien aux dictateurs africains notamment au Congo-Brazza ont été aussi vivement dénoncés et condamnés par les manifestants. « Abat France-Afrique, Non aux dictateurs », lançaient les manifestants tout au long de la longue marche. La mainmise néocoloniale de la France sur l’Afrique ainsi que sa complicité dans le maintien des régimes autocratiques et pilleurs ont été vivement décriées et expliquées aux spectateurs qui observaient avec autant d’étonnement que de curiosité. « Hollande, corrompu », ont lancé les manifestants pour souligner notamment la complicité de la France qui a permis à Denis Sassou Nguesso de procéder au changement de la Constitution pour se maintenir au pouvoir indéfiniment.

Les manifestants ont aussi dénoncé  le comportement anti-démocratique d’autres dictateurs africains comme Paul Kagame du Rwanda, Yuweri Museveni d’Ouganda, Paul Biya du Cameroun, Idriss Deby du Tchad, Eyadema du Togo, Bongo du Gabon. Ils en ont appelé à l’émergence d’une Afrique libérée des dictatures et du néo-colonialisme,  une Afrique souveraine, qui prend pleinement en charge le projet d’émancipation socio-économique de ses populations.

Les crimes des différents ordres qui continuent à faire saigner ces deux pays ont aussi figuré en première place dans les messages, chansons et banderoles. Il s’agit notamment des viols à l’Est de la RDC, du génocide au Brazza-sud et répressions violentes post-électorales au Congo-Brazza, des arrestations arbitraires, du pillage des ressources naturelles par les multinationales.

Pour une plus profonde appréhension des messages et du parcours de la marche, les photos ci-dessous vous sont fournies pour une inspection libre.

Dr Mazembo Mavungu Eddy

20160409_152527

IMG_2975

IMG_2791

 

IMG_2985

 

IMG_3018

IMG_2950