« Ile de Gorée : des masques tombent, Mbusa et Mukungubila déballés»

Il convient de faire remarquer que les affirmations selon lesquelles Mbusa Nyamwisi disposerait encore des milices à l’Est du Congo et que Paul Mukungubila fut l’instigateur d’un mouvement insurectionnel armé ne sont pas étayées par des preuves. L’avenir qui est un journal d’obédience kabiliste considère que les services de sécurité doivent étouffer dans l’oeuf tout projet insurrectionnel. Cependant, les congolais n’ont cessé de faire comprendre au pouvoir en place qu’ils feraient usage de l’article 64 de la Constitution qui les autorise à faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui cherchent à prendre ou se maintenir au pouvoir par la force. Ce que tente de faire Joseph Kabila en bloquant délibérément le processus électoral et voulant prolonger son mandat présidentiel au-délà du mois de Decembre 2016.

M. E. Mavungu

Lire la revue de presse plus bas.

mbusa nyamwisi

Revue de presse du mercredi 13 janvier 2016
Forum Des As consacre sa une au « déballage » des propos  tenus par Mbusa Nyamwisi et Paul Mukungubila lors de la réunion tenue à l’ile de Gorée au Senegal sur la démocratie en Afrique subsaharienne. Un mois après le feuilleton ” Ile de Gorée “, le journal révèle que les deux opposants ont fait part de leurs expériences respectives dans la…subversion.

«Mbusa aurait renseigné les participants sur son “expérience ” dans l’Est et plus particulièrement aux confins du Grand nord -pays nande- et de l’ex-Province orientale où opèrent ses milices transformées en LRA ou ADF locaux. Des participants à la rencontre de l’Ile de Gorée confient que Mbusa Nyamwisi aurait soutenu que si l’expérience en cours dans son ” fief ” pouvait être étendue sur tout le territoire national, on arriverait facilement à déstabiliser les institutions et donc le pouvoir en place», révèle le journal.

Paul Mukungubila, ce pasteur dont les hommes armés s’étaient tristement illustrés un matin du 30 décembre par des attaques contre des sites stratégiques à Kinshasa, Lubumbashi et Kindu aurait estimé à Gorée qu’avec une bonne préparation et un conditionnement psychologique et physique des hommes, on peut mener avec succès une insurrection de grande ampleur, rapporte encore le journal.

L’Avenir qui reprend cette information demande aux services de sécurité qui sont au parfum de ce projet macabre de travailler de sorte que la paix et la sécurité des Congolais ne soient jamais perturbées par «ceux qui ont soif du sang humain pour accéder de force au pouvoir.»

La prospérité rend compte des décrets signées depuis le 14 décembre 2015 par le premier ministre Augustin Matata   qui révoque des agents et fonctionnaires de l’Etat. Ces révocations, contresignées par Pascal Isumbisho, concernent certains agents du ministère de la fonction publique, des affaires étrangères détenteurs de faux titres scolaires ou académiques, les agents du Ministère des Finances/Division provinciale des Finances de l’ancienne province du Kasaï  Oriental, ainsi que quelques agents de la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA), indique le journal.

Le journal rappelle que le Conseil de Discipline du Ministère de la Fonction Publique a rendu un avis conforme aux procès-verbaux de clôture d’action disciplinaire exposant ainsi tous ces agents à la révocation.

Le quotidien de Kinshasa évoque aussi la rencontre entre Aubin Minaku et Guy Nzuboua, président de l’assemblée nationale gabonaise sur la 8ème Conférence des présidents des Assemblées parlementaires de la Francophonie (APF), sections africaines, qui se tiendra à Libreville, au Gabon du 3 au 5 mars prochain.

L’Avenir indique que les deux présidents ont discuté de l’Appropriation des décisions de la COP21 par les Chambres législatives de l’Afrique  et la Problématique des médias électroniques.

Forum des As aborde l’aspect sécuritaire dans les environs de Beni et rend compte des tirs des ADF qui ont touché un hélicoptère de la Monusco. Selon le journal, les terroristes ougandais des ADF ont eu recours à la DCA (défense anti-aérienne) comme une armée nationale. Au moyen de plusieurs tirs d’obus anti-aériens, ils ont touché un “hélico” d’assaut de la Monusco, une machine de guerre pourvue de munitions de gros calibres et de bombes.
Le quotidien précise que l’appareil était légèrement endommagé et avait réussi à mettre le cap sur Mavivi à Beni, non loin du lieu d’attaque où il a réussi à se poser sans encombre. Cependant cet incident inquiète le journal qui estime que ces terroristes ougandais disposent des canons anti-aériens pour atteindre toute cible volante dans la région.

Source: Radio Okapi

http://www.radiookapi.net/2016/01/13/actualite/revue-de-presse/forum-des-ile-de-goree-des-masques-tombent-mbusa-et-mukungubila

 

Homélie de Mgr Sikuli : les précisions de la Cenco Monsieur le Directeur

abbe-shole

Une lettre addressée au directeur du journal “Le Phare”:

En date du 7 janvier 2016, votre journal « Le Phare », N° 5238, a publié à la page 2 un article intitulé: Mgr SIKULI : « Tous, nous disons non au dialogue », s’inspirant de l’homélie de Son Excellence Mgr Melchisédech SIKULI, Evêque de Butembo-Beni, membre de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO).

Dans un entretien téléphonique, ce jeudi 7 janvier 2016, Mgr Melchisédech a laissé entendre que les paroles rapportées par le quotidien « Le Phare », le 7 janvier 2016, ont été tronquées de leur contexte et ne traduisent pas fidèlement sa pensée.

Qu’a-t-il voulu dire et dans quel contexte? Partageant pleinement le point de vue de la CENCO sur le dialogue national, point de vue repris dans le communiqué de la CENCO du 12 novembre 2015, le Prélat ne s’en démarque pas. Bien au contraire, abondant dans le même sens que la CENCO, il réitère les conditions de ce dialogue, notamment le respect de la Constitution et des Institutions de la République, le respect des échéances électorales constitutionnelles. Aussi n’est-il pas favorable à un dialogue qui serait le lieu de remise en cause des acquis de la Constitution. Par ailleurs, il attire l’attention de l’opinion publique sur l’insécurité grandissante qui perdure dans son diocèse.

Le Secrétariat Général de la CENCO regrette que le message de Mgr Melchisédech SIKULI ait été amputé de son contexte et ‘dément l’hypothèse que ce Pasteur se serait dissocié de la position officielle de l’Eglise catholique sur le dialogue. C’est pourquoi, il vous prie, Monsieur le Directeur, de rectifier l’information publiée dans votre Journal paru ce jeudi 7 janvier 2016 à la page 2, portant le titre : Mgr SIKULI : « Tous, nous disons non au dialogue ».

Vous remerciant de votre attention, je vous prie, Monsieur le Directeur, d’agréer l’expression de mes sentiments dévoués en Notre Seigneur.

Abbé Donatien NSHOLE

1er Secrétaire Général Adjoint de CENCO

Regards sur l’actualité du 12 Janvier 2016 au Congo

RDC: Maman Sidikou encourage la révision du fichier électoral

«Ne perdons pas trop de temps, il faut se pencher sur la révision du fichier électoral. C’est aussi un travail technique au fond. Il ne faut peut-être pas que nous perdions trop de temps à politiser ça. Il faut que nous trouvions une formule assez rapide sur cette question», a indiqué Maman Sambo Sidikou.

http://www.radiookapi.net/2016/01/11/actualite/politique/maman-sidikou-encourage-la-revision-du-fichier-electoral

RDC: une loi pour fixer les rapports entre bailleurs et locataires

Un bailleur qui perçoit une garantie locative de plus de trois mois pour le bail résidentiel encours une peine d’un à trois mois de prison. C’est ce qui stipule la nouvelle loi relative aux baux à loyer non professionnels ou simplement la loi sur le contrat de bail en RDC. Le texte voté au Parlement congolais a été promulgué le 31 décembre dernier par le président Joseph Kabila. L’innovation de ce texte réside dans le régime des sanctions pénales et civiles qu’il impose.

http://www.radiookapi.net/2016/01/12/actualite/societe/rdc-une-loi-pour-fixer-les-rapports-entre-bailleurs-et-locataires

RDC: le gouvernement et les humanitaires appelés à aider les déplacés de Lubero

L’administrateur du territoire de Lubero, Bokele Djoy invite le gouvernement congolais et les humanitaires à aider près de vingt mille ménages des déplacés installés à Luofu, Kirumba, Kayna, Kanyabayonga et Kaseghe, en territoire de Lubero (Nord-Kivu). Il a lancé son appel dans un entretien accordé, lundi 11 janvier, à Radio Okapi.

http://www.radiookapi.net/2016/01/11/actualite/societe/rdc-le-gouvernement-et-les-humanitaires-appeles-aider-les-deplaces-de

Le « Front Citoyen 2016 » se dote d’une Charte

Parmi les signataires de ce document figurent l’ancien gouverneur du Katanga et dissident du PPRD, Moïse Katumbi, le président de l’UNC, Vital Kamerhe, le Coordonateur des FAC, Martin Fayulu, le président de l’Unadef, Charles Mwando Nsimba, le président du MSR, Pierre Lumbi, le président du MSDD, Christophe Lutundula, le président du PDC, José Endundo, le président de l’Envol, Delly Sessanga, le président du Front des Démocrates, Jean-Lucien Bussa, l’ancien Secrétaire général de l’UDPS, Jacquemain Shabani, etc. Il y a lieu de signaler que Floribert Anzuluni a été porté à la tête de la Coordination du « Front Citoyen 2016 ».

http://www.lephareonline.net/le-front-citoyen-2016-se-dote-dune-charte/

RCA: la RDC réagit au retrait de son contingent de la Minusca

L’ONU a décidé de retirer le contingent de casques bleus congolais opérant au sein de sa mission en Centrafrique. Un contingent jugé « pas assez performant » et dont certains membres sont accusés de viols ou d’exactions. Jeanine Mabunda a été nommée il y a 18 mois représentante du président Kabila en matière de violences sexuelles pour tenter de mettre fin à la pratique du viol dans le pays. Si la RDC doit et va prendre toutes ses responsabilités pour lutter contre les violences sexuelles affirme-t-elle, elle souligne que le petit nombre de soldats suspectés ne doit pas ternir l’image de tout un contingent.

http://www.rfi.fr/afrique/20160112-rca-rdc-reagit-retrait-contingent-minusca-centrafrique-

Une sélection de M.E Mavungu

DECLARATION DE LA DYNAMIQUE DE L’OPPOSITION POLITIQUE DU 08 JANVIER 2016

dynamique de l opposition 500w

‘’LA FAIBLESSE DE LA FORCE EST DE NE CROIRE QU’A LA FORCE’’, Paul Valery

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Rendant un vibrant hommage à tous nos compatriotes, victimes de l’intolérance du régime de Monsieur Kabila, de la persistance et de l’accentuation de l’insécurité généralisée au pays caractérisée notamment par les massacres gratuits et récurrents dans le territoire de Béni où, depuis le 15 octobre 2014, plus de mille compatriotes ont été massacrés, en ce compris les 15 concitoyens tués hier à Miriki, au Sud du territoire de Lubero, nous vous prions de bien de vouloir vous
lever pour observer une minute de silence en leur mémoire. Merci.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Tout au long de l’année 2015, puisant dans la force de l’esprit, la bravoure et le courage exceptionnels de nos martyrs, les membres de la Dynamique de l’Opposition, en communion avec le peuple congolais, ont héroïquement combattu le pouvoir en place déterminé à réaliser un coup d’Etat constitutionnel ;

L’Histoire de notre pays renseigne que le mois de janvier porte en lui une lourde charge politique et les esprits alertes relèveront les dates du 04, du 16, du 17 ainsi que la semaine du 19 au 25 janvier, chacune dégageant son adrénaline propre ;

S’agissant particulièrement de la semaine du 19 au 25 janvier 2015, le rappel est que la réaction du peuple congolais est l’expression de son refus sans équivoque de laisser la majorité au pouvoir contourner les dispositions intangibles de la Constitution au travers d’une révision inique de la loi électorale ;

Cependant, poursuivant sa logique de défi, de témérité frisant l’entêtement, le pouvoir en place tente depuis près de huit mois maintenant de piéger le peuple congolais en lui proposant le dialogue, nouvelle trouvaille de velléités de conservation de pouvoir à tout prix , c’est-à-dire par la force, et en violation de la Constitution ;

Ainsi, tous ceux qui s’opposent au dialogue extraconstitutionnel de Monsieur Kabila sont traités comme des parias : Ce sont tantôt des traitres à la nation, tantôt des comploteurs contre la République, des réfractaires à la loi, des extrémistes, des subversifs ou carrément des assoiffés de sang ! Pire, ils sont vilipendés dans les médias publics ou proches du pouvoir, ils sont intimidés, violentés, menacés, enlevés, arrêtés et présentés comme les agents, les instigateurs et les vecteurs du chaos, de la balkanisation de notre pays ;

Sans nous laisser impressionner par ce chantage éhonté et cette distraction de mauvais goût venant de ceux qui veulent prendre toute la République en otage, nous, membres de la Dynamique de l’Opposition politique congolaise, déclarons ce qui suit :

  1. Nous dénonçons avec véhémence cette agitation statique du régime enplace, expression à la fois de la peur, de la stratégie de contenance et de diversion visant à détourner l’attention du peuple congolais de l’essentiel, à savoir : la tenue effective des élections
    présidentielle et législatives le 27 novembre 2016 ;
  2. Nous constatons qu’au moment où dans les pays d’Afrique, comme le Sénégal et l’Algérie, la tendance est de réformer la Constitution en
    vue de consolider la démocratie, notamment par la réduction de la durée et la limitation à deux du nombre de mandats du Président de la République, la majorité au pouvoir vogue dangereusement à contre-courant dans sa détermination aveugle de vider l’orthodoxie démocratique contenue dans la Constitution pour rétablir la dictature dans notre pays ;
  3. Nous condamnons avec la dernière énergie toutes les initiatives menées par le régime en place pour tenter de changer la Constitution ou de la contourner dans ses dispositions verrouillées. C’est un recul dangereux et inacceptable ;
  4. Nous fustigeons la pauvreté extrême dans laquelle croupît le peuple congolais, la mal gouvernance, le règne de la violence, de la prédation, de l’impunité, de la corruption, du mensonge, de la débauche et de l’intoxication systématique de la population comme mode de gestion de l’Etat par le pouvoir en place;
  5. Nous déplorons la surveillance policière abusive des services de renseignements, les tracasseries et harcèlements divers dirigés contre les opposants, les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme ainsi que l’instauration progressive d’un régime policier dans notre pays ;
  6. Nous dénonçons l’instrumentalisation des instances judiciaires à des fins politiques, pour déstabiliser les opposants, en les menaçant d’arrestation au travers des montages sans scrupules de dossiers bidons ;
  7. Nous saluons la proposition du Secrétaire général des Nations-Unies de ‘’réorienter davantage la MONUSCO vers des tâches de police et de protection dans la perspective des élections de novembre prochain’’ ;
  8. Nous encourageons les Evêques à poursuivre leur mission de bons offices auprès des différentes parties afin de trouver, dans le cadre des institutions, le consensus nécessaire à la libération du processus
    électoral des embuches inutilement dressées sur le chemin des élections libres, démocratiques, transparentes et crédibles dans notre pays ;
  9. Nous redisons alors haut et fort :
    – Non à un quelconque 3ème mandat !
    – Non au glissement !
    – Non à la violation de la Constitution !
    – Non à la révision ou au changement de la Constitution!
    – Non au référendum constitutionnel !
    – Oui à la libération de tous les détenus politiques et d’opinions !
    – Oui aux élections présidentielle et législatives dans le délai constitutionnel !
    – Oui à l’alternance démocratique.
  10. Nous maintenons à cet effet la mise en œuvre, contre vents et marées, de toutes les actions prévues dans notre feuille de route trimestrielle de cette année 2016 :

– du 08 au 17 janvier, lancement de ‘’l’Echos de la Dynamique’’, programmation et préparatifs des actions pacifiques ;

– du 19 au 25 janvier, commémoration des martyrs de la liberté et de la démocratie ;

– le 31 janvier, date butoir pour l’élaboration d’un calendrier électoral consensuel ;

– le 10 février, notre LIGNE ROUGE pour le démarrage effectif de la mise à jour du fichier électoral ;

– le 16 février, commémoration de la marche des chrétiens et des hommes de bonne volonté tombés en février 1992 ;

– le 18 février, date commémorative de la promulgation de la Constitution de la République intervenue en février 2006 ;

– le 19 mars, journée du souvenir en mémoire des victimes de l’intolérance enterrées au charnier de Maluku en mars 2015 ;

– du 24 au 26 mars, tenue de la 2ème Convention de la Dynamique de l’opposition qui sera placée sous le thème de l’ALTERNANCE
DEMOCRATIQUE ;

  1. Nous lançons ainsi un vibrant appel patriotique au peuple congolais à redoubler de vigilance, à s’approprier ces différentes dates et à intérioriser le fait qu’un groupe d’individus veut exercer
    le pouvoir en violation de la Constitution. Par conséquent, le peuple congolais doit se tenir prêt à se prendre en charge conformément à l’article 64 de la Constitution ;
  2. Nous invitons tout congolais, respectueux des valeurs
    républicaines, à adhérer au FRONT CITOYEN 2016 pour défendre la République, menacée dans son existence et son fonctionnement, afin d’arracher l’alternance démocratique, l’un des principes fondateurs de notre Constitution et oxygène de la démocratie ;
  3. Nous remercions la Communauté internationale pour son soutien à la République Démocratique du Congo et lui demandons de continuer à être aux côtés du peuple congolais, à l’accompagner dans son combat
    légitime pour la consolidation de la démocratie et l’instauration d’un Etat de droit dans notre pays ;
  4. Plus que jamais, nous sommes convaincus que notre aspiration à l’alternance démocratique, le 20 décembre 2016 est gage de paix, de stabilité et de développement de la République Démocratique du Congo et de la Région ;
  5. C’est encore possible et ce sont aussi les vœux d’amour, de prospérité et de bonheur partagé que la Dynamique de l’opposition souhaite à l’ensemble du peuple congolais pour 2016.

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo et son vaillant peuple.

Je vous remercie.

Fait à Kinshasa, le 08 janvier 2016

Honorable Eve BAZAIBA MASUDI
MODERATRICE

Télécharger la déclaration en PDF.

Le Phare: «Election présidentielle: le grand défi de Kabila»

Nous reproduisons ici la revue de la presse du mardi 5 janvier 2016 élaborée par la Radio Okapi. Elle souligne trois thèmes majeurs: le silence que maintient Joseph Kabila sur son avenir politique, l’adhésion ouverte de Moise Katumbi au “front citoyen”, et l’invitation du secrétaire du PPRD Henri Mova au “dialogue à la Kabila”. Les leçons qui se dégagent de cette actualité sont claires. Premièrement, l’histoire retiendra que Joseph Kabila entretient volontairement un climat d’incertitude sur l’avenir politique du pays. En effet, le flou qu’il laisse planer sur l’organisation dans le délai constitutionnel des élections présidentielles et sa non-participation à ces scrutins constitue une attaque contre la stabilité des institutions du pays. Ce qui est tout le contraire du serment qu’il avait prêté et de la rhétorique contenue dans ses derniers discours lorsqu’il se présente comme le garant de la paix et de la stabilité de la nation.  Deuxièmement, l’émergence du “front citoyen”  est un signe que les positions se polarisent davantage et que la confrontation pourrait devenir inévitable. Il incombe à présent à tous les acteurs de privilégier l’intérêt supérieur de la nation qui est l’observance stricte des prescrits de la Constitution.

joseph kabila

 

 

Revue de presse du mardi 5 janvier 2016

Les quotidiens de Kinshasa reviennent sur les défis  auxquels doit faire face la RDC en 2016, l’adhésion de Moïse Katumbi à l’opposition  et les manifestations organisées à l’occasion de la commémoration de la journée consacrée aux  martyrs de l’indépendance.
Le Phare fait de l’élection présidentielle en 2016 le principal défi que doit relever le président de la RDC. Le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, a adressé à ses compatriotes trois messages successifs avant la fin de l’année 2015 : le 28 novembre, le 14 et le 31 décembre. A chacune de ces occasions, il a parlé de tout, sauf de ce qui préoccupe la majorité d’entre eux : l’élection présidentielle, qui devrait marquer l’expiration de son second mandat à la tête du pays, fait remarquer le quotidien.
Même si  le dialogue s’affiche comme un défi politique majeur mais l’équivoque que les forces politiques et sociales acquises à l’alternance au sommet de l’Etat voudraient le voir levée, poursuit le quotidien kinois, c’est celle relative à son avenir politique, qui passe par les élections.
«Moïse Katumbi s’affiche désormais opposant », titre La prospérité. « Je n’ai rejoint aucun parti politique d’opposition, je n’ai pas créé un parti politique d’opposition », a-t-il fait savoir, en précisant toutefois être membre du «Front citoyen2016 », une plateforme politique qui regroupe beaucoup de partis politiques de l’opposition et qui milite, cette plateforme, pour le respect strict de la Constitution, renseigne le journal.
Par ailleurs, face aux enjeux électoraux qui se profilent à l’horizon, Moïse Katumbi, acteur politique, soutient qu’il appartient à l’opposition de se préparer et d’envisager une candidature unique à la présidentielle de cette année 2016.
Le phare, qui commente aussi cette actualité, indique que  Moïse Katumbi, a franchi le Rubicon en clamant tout haut ce que tout le monde chuchotait tout bas depuis quelque temps, à savoir : sa rupture définitive avec le régime au pouvoir et son entrée dans l’opposition.  Pour ce quotidien kinois, les signes avant-coureurs de ce revirement étaient visibles depuis ses déplacements en Europe où il a eu à s’entretenir à deux reprises avec Etienne Tshisekedi, et la présence de ses délégués aux différentes manifestations organisées le tour à tour par le G7 et du Front Citoyen2016 contre le dialogue, le glissement et la révision constitutionnelle.
Congo Nouveau consacre certaines pages à la création, par l’opposition congolaise, d’une nouvelle plate-forme dénommée : «Front des démocrates».  Ce regroupement  des sept partis et personnalités de l’opposition a pour objectif de mettre en commun des forces en vue de prochaines élections, se rassembler autour des valeurs prônées par l’opposition politique et forces vives  pro-alternance politique et adopter des positions communes  face aux enjeux de l’heure, renseigne le trihebdomadaire.
La prospérité revient sur la commémoration de la journée des Martyrs de l’indépendance et l’appel pro-dialogue d’Henri Mova, secrétaire général du PPRD, au peuple congolais. Il  trouve beaucoup de similitudes entre la situation de 1959 et les enjeux auxquels doit faire face la RDC, 57 ans plus tard. Il note que le combat de la pleine autodétermination bat encore son plein.
Le souvenir du martyre enduré par les héros du 4 janvier 1959 devrait, de l’avis de Mova,  appeler à plus de sens de responsabilité.  Surtout en ce moment où la jeune démocratie congolaise négocie un tournant historique de grande envergure avec des échéances électorales prochaines. D’où la nécessité d’aller au dialogue, rapporte le quotidien kinois.

Source: Radio Okapi

http://www.radiookapi.net/2016/01/05/actualite/revue-de-presse/le-phare-election-presidentielle-le-grand-defi-de-kabila