#RDC Les Tweets du jour: Mercredi 19 Octobre 2016 #YEBELA_MANDAT_ESILI #19_OCTOBRE_CARTON_JAUNE_A_KABILA

20161019_1 20161019_2 20161019_4 20161019_6 20161019_10 20161019_12 20161019_17 20161019_19

Notes sur notre rubrique “Les tweets du jour”:

Nous vous présentons cette série des tweets que nous avons sélectionné sur le réseau social Twitter. Les Tweets qui retiennent notre attention sont particulièrement ceux qui présentent au moins une des caractéristiques suivantes:

* dénoncent les abus de pouvoir

* dénoncent les violations des droits de l’homme

* donnent la voix aux victimes et personnes marginalisées

* réagissent de manière critique aux questions d’actualité

* attirent l’attention des gouvernants sur des questions négligées ou ignorées

* livrent une information vérifiable

Nous ne sélectionnerons pas les tweets:

* Qui incitent à la haine, à la violence ou à quelque forme de discrimination que ce soit.

* Qui visent en priorité à promouvoir un parti politique, regroupement politique ou un leader d’un parti politique.

Nous vous encourageons à envoyer un tweet sur tout ce qui se passe dans votre environnement immédiat et sur votre lecture des événements socio-politiques. Exprimez-vous avec liberté et creativité. C’est votre droit et votre devoir en tant que citoyen libre. Construisons ensemble un pays plus beau qu’avant, un Etat de droit, Une Démocratie au coeur de l’Afrique, Un Monde Juste qui bénéficie à tous et à chacun.

Il est préférable que votre tweet se compose d’une image expressive et d’un texte clair. Ajouter le hash tag #lecongolais.net ou @LecongolaisNet

Nous archiverons votre tweet sur notre site web et nous le disséminerons largement à travers facebook et les groupes de facebook pour une plus grande visibilité de votre tweet. De cette manière votre message atteint le plus grand nombre de personnes possible et vous contribuez à la sensibilisation de l’opinion nationale et internationale.

Nous sommes toujours très heureux de lire votre tweet et de le relayer à travers nos réseaux. Merci d’avance. N’oubliez pas de suivre sur Twitter en cliquant sur le lien suivant: www.twitter.com/LecongolaisNet

Mazembo Mavungu Eddy

Docteur en Sciences Politiques de l’Université de Witwatersrand, Afrique du Sud

Fondateur de Lecongolais.net (News, Analysis, Research and Publishing) et de Diela Information Systems (Web Solutions)

Co-Fondateur et Ancien Directeur Exécutif du Forum des Organisations Congolaises en Afrique du Sud (FOCAS)

Co-Fondateur et Membre du comité exécutif de Congo Renaissance (ONG)

Auteur des plusieurs publications scientifiques:

Politique et Territoire en République Démocratique du Congo: Une Analyse du processus d’installation des nouvelles provinces , Congo-Afrique, 55ème Année, No 499, pp. 724-745.

Stay in power whatever it takes: fraud and repression in the 2011 elections in the D.R. Congo. Journal of African Elections, 2013, Vol. 12, No 3. Available online at:https://www.academia.edu/6107204/Stay_in_power_whatever_it_takes_fraud_and_repression_during_the_2011_elections_in_the_Democratic_Republic_of_Congo

Difficile autonomie, in Amboise Kom (dir), Fabien Eboussi Boulaga: la philosophie du Muntu, Karthala, Paris, 2009, 61- 77. Available online at: https://www.academia.edu/6107482/Difficile_Autonomie_une_lecture_de_la_Crise_du_Muntu_de_Fabien_Eboussi_Boulaga

Children, families and the conundrum about men: exploring the causes of father absence in South Africa and its implications for social and care policies’ (Co-author with Leila Patel), South African Review of Sociology, Vol 47, No 2, pp. 19-39.

Frontiers of power and prosperity: explaining provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa. African Studies Review, Vol.59, No 2, pp. 183-208.

Provider Expectations and father involvement: learning from experiences of poor “absent fathers” in Gauteng, South Africa, African Sociological Review, 2013, Vol. 17, No 1, pp. 65 – 78. Available online at: https://www.academia.edu/6107229/Provider_expectations_and_father_involvement_learning_from_experiences_of_poor_absent_fathers_in_Gauteng_South_Africa

Ideological clashes behind provincial boundary disputes in post-apartheid South Africa, South African Journal of Geography, Vol. 94, No 1, pp. 60-74, 2012. Available online at: https://www.academia.edu/6107439/Ideological_clashes_behind_provincial_boundary_disputes_in_post_apartheid_South_Africa

The colonial legacy of international voluntary service, Community Development Journal, 2012, 48 (2), pp. 179-196.  (co-author). Available online at:https://www.academia.edu/6107493/Colonial_legacy_of_international_volunteering

 

Contacts: mazemb_eddy@yahoo.fr  @mazembo (twitter) @lecongolaisNet

 

Le Potentiel: «Le dialogue accouche d’une souris : pas un mot sur le départ de Kabila»

dialogue-kodjo

Revue de presse du lundi 26 septembre

Les journaux parus lundi 26 septembre traitent du projet d’accord politique qui doit en principe être signé à la fin du dialogue entre la Majorité présidentielle, une frange de l’opposition et de la société civile. Le texte a été distribué le vendredi 23 septembre 2016 aux participants à ce forum par le facilitateur Edem Kodjo.

Le Potentiel qui a analysé le projet d’accord révèle que de bout en bout, ce projet fait la part belle au chef de l’Etat, Joseph Kabila. Pour sauver ce dernier, indique le journal, la MP a cédé à l’opposition le poste de Premier ministre, passant outre les dispositions prévues en la matière par la Constitution.

Joseph Kabila est ainsi tiré des griffes de l’article 220 de la Constitution qui le disqualifiait de toute course à la prochaine présidentielle. Grâce au dialogue, poursuit le tabloïd,  le chef de l’Etat reste en fonction et conserve toutes ses prérogatives jusqu’à l’investiture d’un « nouveau président élu ».

Le Potentiel fait aussi remarquer que le projet d’accord reste totalement muet sur la date exacte de convocation de la prochaine présidentielle. Ce qui fait dire au journal que la violation de la Constitution est en marche à la cité de l’UA, car révèle le quotidien, les deux grandes questions censées être au centre de ce dialogue n’ont pas trouvé de réponse précise.

Sur le même sujet, Le Phare titre : «Dialogue : ce que personne n’ose dire». Le tabloïd renseigne que le projet d’accord ne précise pas la durée de la «période intérimaire» ou «Transition» entre l’expiration du second et dernier mandat de l’actuel Chef de l’Etat et l’organisation effective des élections.

Le journal indique aussi que pour mettre en œuvre une nouvelle période de transition en RDC, laquelle n’est pas prévue dans la Constitution actuellement en vigueur, il faut absolument un nouveau soubassement juridique. Cela devrait impliquer fatalement l’élaboration d’un acte, d’une loi fondamentale ou simplement d’une Constitution provisoire devant régir la «Période intérimaire»  ou la «Transition», explique le quotidien.

Dès lors que les «dialogueurs» auront adopté un nouveau texte constitutionnel  pour la «Transition», l’actuelle Constitution promulguée le 18 février 2006 devrait automatiquement cesser d’exister et être versée dans le lot des archives nationales, conclut le tabloïd.

Les journaux kinois reviennent aussi, dans un autre registre, sur les manifestations du 19 et 20 septembre, avec la plainte déposée par Franck Diongo contre le gouvernement congolais.

Forum des As rapporte que Franck Diongo Shamba a déposé, au bureau du Procureur Général de la République, une plainte contre l’Etat congolais pour crime contre l’humanité par acte de destruction méchante, incendie volontaire, tentative d’assassinat et meurtre, atteinte aux droits garantis aux particuliers, violation de domicile, vols et pillage.

Pour tirer au clair les incidents dont il est victime, et établir les responsabilités, le président du MLP exige deux enquêtes : l’une internationale indépendante et l’autre, parlementaire, indique le journal.

A propos  de la destruction des sièges des partis politiques de l’opposition la nuit du 20 septembre, Le Potentiel évoque des clichés pris à l’hôpital Ngaliema à Kinshasa qui montrent les auteurs de l’incendie du siège du parti UDPS, ayant fait au moins deux morts.

Selon les personnes, proches de l’opposition, ayant recueillies ces photos,  ces hommes armés auraient avoué aux médecins de l’hôpital avoir été envoyés par leurs supérieurs hiérarchiques pour brûler le siège de l’UDPS. Mais après avoir incendié le bâtiment, «ils ont pris un retour de flamme, qui pour certains a causé des blessures graves», renseigne le journal.

L’Avenir s’intéresse pour sa part au discours du ministre congolais des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda à l’Assemblée générale des Nations Unies. Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale a réaffirmé qu’en dépit du retard enregistré dans leur préparation, les élections générales initialement prévues pour la fin de cette année seront organisées, aussitôt que les conditions techniquement le permettront. Et ce, même si plusieurs défis doivent en effet être préalablement relevés pour permettre l’organisation des élections qui soient libres, transparentes, crédibles et apaisées, par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), qui constitutionnellement en détient la compétence exclusive, indique le quotidien.

Source: Radio Okapi

RDC: pour la Dynamique de l’opposition, Joseph Kabila est «le vrai problème du pays»

dynamique

La Dynamique de l’opposition estime que le président de la RDC, Joseph Kabila, est « le vrai problème » du pays à la suite de son annonce de l’organisation des élections après l’enrôlement des électeurs. Au cours d’une conférence de presse tenue samedi 7 août à Kinshasa, le modérateur de cette plateforme, Freddy Matungulu l’accuse de haute trahison et d’instrumentaliser les institutions de la République.

« La Dynamique s’étonne que M. Joseph Kabila se soit prononcé sur cette question cruciale dans un pays étranger, devant la presse étrangère et en anglais. Elle note en plus qu’il se substitue à la CENI [Commission électorale nationale indépendante], en violant intentionnellement l’article 211 de la Constitution. Ce faisant, M. Joseph Kabila confirme une fois de plus que c’est lui qui instrumentalise toutes les institutions de la République. C’est donc lui le vrai problème dans notre pays », affirme Freddy Matungulu.

Au cours d’une conférence de presse conjointe avec le président Yoweri Museveni dans le district ougandais de Kasese jeudi 4 août dernier, le chef de l’Etat a indiqué que le calendrier électoral sera publié par la CENI pour la tenue effective des élections dès que le fichier électoral est disponible après l’organisation de l’enrôlement.

La Dynamique de l’opposition pense qu’avec cette annonce le président Joseph Kabila bloque le fonctionnement régulier des institutions de la République et « se rend coupable de l’infraction politique de haute trahison ».

Ce regroupement politique estime que « rien, ni personne ne pourra empêcher le peuple congolais de vivre cette année l’alternance démocratique conformément à la constitution de la République ».

« Le prévis constitutionnel de M. Kabila court à partir du 19 septembre prochain, conformément à l’article 73 de la constitution et se termine le 19 décembre 2016, date de la fin de son second et dernier mandat », précise Freddy Matungulu.

Dans une déclaration faite samedi 7 août à Radio Okapi, Jean-Claude Vuemba, président du Mouvement du peuple congolais pour la République (MPCR), parti membre du Rassemblement de l’opposition, accusait Joseph Kabila de vouloir se muer en porte-parole de la CENI.

Un point de vue rejeté par le secrétaire général adjoint de la Majorité présidentielle (MP), Joseph Kokonyangi. Il pense que par cette annonce, Joseph Kabila a affirmé les prérogatives dévolues à sa fonction de garant de bon fonctionnement des institutions du pays.

La CENI a lancé l’opération d’enrôlement des électeurs le 31 juillet dernier au Nord-Ubangi. Celle-ci, à en croire la commission électorale pourra durer seize à dix-sept mois.

Pour en savoir plus: http://www.radiookapi.net/2016/08/08/actualite/politique/rdc-pour-la-dynamique-de-lopposition-joseph-kabila-est-le-vrai

Elections en RDC: Impasse totale selon Le Phare

elections-kabila

Revue de presse kinoise du lundi 8 août 2016

Plusieurs journaux parus ce lundi reviennent sur les propos tenus par le président Kabila lors de sa dernière visite en Ouganda.

Le chef de l’Etat congolais a déclaré au cours d’une conférence de presse conjointe avec son homologue ougandais que les élections auront lieu en RDC après la révision du fichier électoral.

Rappelant que la commission électorale avait annoncé que la révision du fichier électoral ne durera pas moins de 16 mois, Le Phare estime que la conséquence à tirer de la déclaration de Joseph Kabila est que l’élection présidentielle ne peut pas être organisée avant 2018.

Et si le cycle électoral doit obéir, comme ne cesse de l’exiger la Majorité présidentielle, au schéma du calendrier global publié en février 2015, avec les élections locales comme «tête de liste», poursuit le journal, le scrutin présidentiel ne pourrait intervenir, au mieux, qu’en 2019.

Autrement dit, analyse le quotidien, le « glissement » que le Chef de l’Etat et sa famille politique n’ont pu obtenir ni par le référendum constitutionnel, ni par la révision de la loi électorale, ni par la révision de la Constitution et encore moins par une nouvelle transition, serait dans le sac, à moindre frais.

La Prospérité reprend dans ses colonnes les propos de Joseph Kabila :

«Pour le moment, nous avons débuté l’enrôlement des électeurs depuis le 31 juillet. C’est un processus qui prendra du temps jusqu’à ce que nous ayons un fichier électoral et dès que ce fichier est disponible alors un calendrier électoral sera publié. C’est comme ça que les élections sont organisées. Donc, soyez attentifs, car lorsque la date sera fixée par la CENI, je serai le premier à l’annoncer et vous en serez informés. »

Le journal indique que cette annonce a du mal à passer à travers la gorge de plusieurs politiques de l’opposition et acteurs de la société civile.

De Joseph Kabila, il en est encore question dans les colonnes de Forum des As qui annonce l’arrivée du président congolais à Ndjamena au Tchad où il doit prendre part à l’investiture du président Idriss Deby.

C’est en fin d’après-midi que le chef de l’Etat congolais est arrivé dimanche 7 août 2016 dans la capitale du Tchad, par l’aéroport international Hassan Djamous, rapporte le journal.

Aux côtés d’autres chefs d’Etat, Joseph Kabila participera à l’investiture d’Idriss Deby, réélu le 10 avril dernier au premier tour de la présidentielle avec 61,56 % des voix devant 12 autres candidats.

« C’est Kodjo »

Les journaux parus ce lundi reviennent aussi sur les consultations menées ces derniers jours par le groupe de soutien à la facilitation auprès de la classe politique.

Les émissaires internationaux ont publié un communiqué à la fin de leurs consultations.

« Il en ressort qu’Edem Kodjo reste en place comme Facilitateur, mais la convocation du Dialogue est conditionnée à la fin des consultations que mène le Groupe de soutien auprès de l’ensemble des parties prenantes congolaises et des acteurs internationaux préoccupés par  le risque d’instabilité en RDC », résume La Prospérité.

Récusé par une coalition de l’opposition, le facilitateur du dialogue Edem Kodjo est soutenu par le groupe de soutien.

« Facilitation du dialogue : C’est Kodjo, tranche le groupe de soutien », titre Forum des As.

Le groupe de soutien a adopté une position contraire au Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, qui ne veut plus des services d’Edem Kodjo, le facilitateur désigné par l’Union africaine, écrit le journal.

Dans son communiqué, le groupe de soutien a renouvelé sa confiance à Edem Kodjo et « le félicite pour les efforts qu’il ne cesse de déployer en vue d’emmener les parties congolaises à demeurer résolument engagées dans la voie du dialogue ».

Pour en savoir plus: http://www.radiookapi.net/2016/08/08/actualite/revue-de-presse/le-phare-elections-en-rdc-impasse-totale