RDC: Les élèves de l’Athénée de la Gombe protestent contre la vente de leur espace aux chinois

Les élèves de l’Athénée de la Gombe sont descendus dans la rue de Kinshasa hier 29 Novembre 2016 pour dénoncer et protester contre la spoliation des biens publics dont leur école est victime. L’Athénée de la Gombe est une école publique de l’Etat congolais. Les élèves dénoncent le fait que l’espace couvrant la piscine, les toilettes, la cuisine (pour la section de l’hotelerie), et le terrain de football a été progressivement vendu aux privés dont des chinois. Les élèves se plaignent du fait que les chinois commencent maintenant à construire dans l’enceinte de leur école sans que rien de leur soit dit officiellement.

La police a réprimé violemment cette protestation pacifique des élèves allant jusqu’à tirer des balles réelles sur des élèves.

Cette spoliation des biens publics de l’Etat congolais par des officiels congolais n’est pas un cas isolé. Le régime de Kabila s’est en effet illustré dans le bradage du patrimoine minier et forestier congolais, dans la signature des contrats léonins et ventes des patrimoines congolais à des prix de loin inférieur à ceux pratiqués dans le marché. Dans le domaine de l’immobilier, beaucoup d’immeubles de l’Etat congolais ont été vendus aux privés au bénéfice individuel des détenteurs de pouvoir public en commencant par Joseph Kabila lui-même jusqu’au bas de l’echellon. Des rapports produits par des agences internationales qui attestent des ces pratiques abondent.

Ce qui fait mal, c’est que les jeunes, espoir de demain, ne sont pas épargnés par ce pillage systématique des ressources de l’Etat. Il faut écouter ces enfants témoigner pour se rendre compte de l’insensé et de la folie destructrice d’une kleptocratie généralisée dans le Congo de Joseph Kabila. Il est urgent que les congolais se lèvent pour mettre fin à ce système mortifère. L’avenir du pays en dépend. Suivez l’élément vidéo ci-dessous:

 

RDC: La VSV soutient la Feuille de route citoyenne pour la RDC

VSV,
VSV,

Après une analyse minutieuse et en profondeur de la situation socio-politique que traverse la République Démocratique du Congo y compris après l’organisation d’un dialogue politique national non inclusif qui s’est terminé, mardi 18 octobre 2016, par la signature d’un Accord politique pour l’organisation d’élections apaisées, crédibles et transparentes, la VSV est vivement préoccupée par la détérioration du climat politique susceptible de déboucher sur un chaos généralisé qui se profile à l’horizon suite à la volonté politique des autorités congolaises et particulièrement le Président de la République d’imposer leur volonté à plus de 70 000 000 des Congolaises et Congolais en privant ces derniers de l’alternance démocratique tant attendue dans le délai constitutionnel. L’Accord signé à l’issue du dialogue organisé à la Cité de l’Union Africaine n’apportera aucune solution à la crise congolaise mais plutôt va l’aggraver en violant la Constitution de la RDCongo avec entre autres la formation éventuelle et anticonstitutionnelle d’un gouvernement d’union nationale dirigé par un Premier ministre issu de l’opposition politique signataire de l’Accord sus évoqué.

La VSV note que cette disposition renferme plus de germes de conflits et pourra permettre au Président de la République de changer de Premier Ministre à tout moment comme sous la deuxième république en miroitant ce poste aux opposants politiques, les uns après les autres en vue de les réduire au silence. L’opposition politique doit donc ouvrir l’œil et le bon et se ressaisir au risque d’être désillusionnée avant d’être vomie par la population congolaise.

Ledit Accord s’avère plus un instrument de fragilisation de la démocratie, de l’Etat de droit et loin de favoriser la paix en RDCongo.

En outre, l’absence, dans l’Accord politique de l’Union Africaine, d’une date précise pour l’élection présidentielle couplée aux législatives nationales et provinciales ainsi que l’absence d’un plan concret et sérieux de mobilisation et de décaissement des fonds en faveur de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ne rassure pas l’opinion publique quant au respect du calendrier électorale repris au chapitre III de l’Accord Politique pour l’organisation d’élections apaisées crédibles et transparentes.

Face à cet état de chose, la VSV croit que la Feuille de Route citoyenne pour la République Démocratique du Congo rendue publique, jeudi 20 octobre 2016, par les principaux mouvements citoyens et organisations de la Société Civile de la RDCongo constitue bel et bien l’alternative la plus juridiquement défendable et la plus politiquement acceptable de sortie de crise en RDCongo.

Par conséquent, la VSV apporte son soutien à la Feuille de route précitée, ceci équivalant donc à une signature officielle car elle est convaincue, comme le souligne la Feuille de Route Citoyenne que « personne ne va sauver tout seul la RDCongo du gouffre dans lequel l’ont plongé la classe politique et un pouvoir judiciaire incapable d’assumer, sans complaisance son noble rôle d’arbitre juste, impartial et de gardien de l’Etat de droit.

En définitive, la VSV joint sa voix aux mouvements citoyens et organisations de la Société Civile congolaise en demandant au Président de la République de démissionner de ses fonctions le 19 décembre 2016 à l’issue de son deuxième et dernier mandat en vue de respecter la Constitution de la RDCongo.

Fait à Kinshasa, le 31 octobre 2016

LA VOIX DES SANS VOIX POUR LES DROITS DE L’HOMME (VSV)

#RDC Les Tweets du jour: samedi 03 Septembre 2016 #Libérer_prisonniers_pol #dialogue_kabila_Moise_Tshisekedi

20160903_1 20160903_8 20160903_12 20160903_13 20160903_15 20160903_17 20160903_18 20160903_19 20160903_22

Notes sur notre rubrique “Les tweets du jour”:

Nous vous présentons cette série des tweets que nous avons sélectionné sur le réseau social Twitter. Les Tweets qui retiennent notre attention sont particulièrement ceux qui présentent au moins une des caractéristiques suivantes:

* dénoncent les abus de pouvoir

* dénoncent les violations des droits de l’homme

* donnent la voix aux victimes et personnes marginalisées

* réagissent de manière critique aux questions d’actualité

* attirent l’attention des gouvernants sur des questions négligées ou ignorées

* livrent une information vérifiable

Nous ne sélectionnerons pas les tweets:

* Qui incitent à la haine, à la violence ou à quelque forme de discrimination que ce soit.

* Qui visent en priorité à promouvoir un parti politique, regroupement politique ou un leader d’un parti politique.

Nous vous encourageons à envoyer un tweet sur tout ce qui se passe dans votre environnement immédiat et sur votre lecture des événements socio-politiques. Exprimez-vous avec liberté et creativité. C’est votre droit et votre devoir en tant que citoyen libre. Construisons ensemble un pays plus beau qu’avant, un Etat de droit, Une Démocratie au coeur de l’Afrique, Un Monde Juste qui bénéficie à tous et à chacun.

Il est préférable que votre tweet se compose d’une image expressive et d’un texte clair. Ajouter le hash tag #lecongolais.net ou @LecongolaisNet

Nous archiverons votre tweet sur notre site web et nous le disséminerons largement à travers facebook et les groupes de facebook pour une plus grande visibilité de votre tweet. De cette manière votre message atteint le plus grand nombre de personnes possible et vous contribuez à la sensibilisation de l’opinion nationale et internationale.

Nous sommes toujours très heureux de lire votre tweet et de le relayer à travers nos réseaux. Merci d’avance. N’oubliez pas de suivre sur Twitter en cliquant sur le lien suivant: www.twitter.com/LecongolaisNet

«Beni : Les autorités indésirables »

gouv-beni

Revue de presse du mercredi 17 août 2016

Le journal Tempête des tropiques commente la réaction de la population de Beni, vis-vis des autorités gouvernementales dépêchées dans cette ville après les tueries du week-end dernier.

Quatre jours après les massacres de la population civile à Rwangoma par les ADF, les autorités gouvernementales sont indésirables dans cette partie du Nord-Kivu, rapporte La Tempête des Tropiques.

La population a exigé, du premier ministre Augustin Matata, la révocation du vice premier ministre et ministre de l’intérieur  et sécurité ainsi que celui de la défense nationale pour n’avoir pas accompli leurs missions, indique le tabloïd.

Le journal, qui cite le magazine Jeune Afrique, rapporte que la plupart des familles des victimes de Beni ont enterré leurs morts sans attendre les obsèques officielles. Elles reprochent au pouvoir de n’avoir pas empêché cette tuerie qui a fait 51 morts, selon la société civile. Pourtant, les autorités avaient été alertées par la population de ce village, conclut La Tempête des tropiques.
Les journaux de Kinshasa commentent aussi la réaction de Charles Mwando Nsimba, l’un des leaders de la plate-forme de l’opposition G7, accusé de détenir la nationalité belge en concurrence illégale avec celle de la RDC.

Membre fondateur du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), député national, ex-ministre de la  défense, ancien premier vice-président de l’Assemblée Nationale, Charles Mwando confirme détenir une seule et unique nationalité  congolaise, conformément à la Constitution, rapporte La Prospérité.

Cela, depuis 2007, année au cours de laquelle, il avait  renoncé à sa nationalité belge, indique le journal. Il a brandi l’acte de renonciation à la presse mardi 16 août, au cours d’une séance de mise au point  tenue au siège du G7, précise le quotidien.

« Une fois devenu Président de la Commission Politique Administrative et Juridique (PAJ) de la Chambre Basse du Parlement, le débat autour de la notion de nationalité l’en détermina autrement. Car, à l’unanimité, il avait  été  levé l’option pour  tous ceux qui sont aux fonctions importantes ou ceux qui y aspirent, d’avoir une et unique nationalité congolaise. C’est sur base de cette disposition qu’il se  décida  de se rendre à l’Ambassade de  Belgique en RDC pour renoncer à la nationalité de ce pays », conclut le tabloïd.

Forum des As, fait remarquer que depuis donc 2007, Charles Mwando porte une seule nationalité : congolaise. « La preuve, je viens d’avoir un visa britannique de six mois. Si j’étais belge, je n’aurais pas besoin d’un visa britannique », s’est justifié le président du G7.

Charles Mwando Nsimba estime que la recherche des personnalités ayant une double nationalité doit continuer afin que tout le monde exhibe sa nationalité jusqu’au plus haut niveau de l’Etat.

« Consultations avant dialogue : la Cenco note des avancées prometteuses », titre Forum des As dans un autre chapitre.

Selon Mgr Marcel Utembi, dont les propos sont relayés par le journal, tout le monde estime que ce dialogue peut être porteur d’un avenir meilleur pour la nation et qu’il  il faut continuer.

Les acteurs politiques et ceux de la société civile ont pris  la ferme résolution, l’engagement d’aller de l’avant, rapporte le journal.

Pour en savoir plus: http://www.radiookapi.net/2016/08/17/actualite/revue-de-presse/la-tempete-des-tropiques-beni-les-autorites-indesirables