Regards sur l’actualité du 17 mars 2016

acces a l eau potable

La moitié de la population n’a pas accès à l’eau potable en RDC

Le représentant du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) en RDC, Pascal Villeneuve, a révélé mercredi 16 mars que seuls 50% des Congolais ont accès à l’eau potable. Dans les zones rurales, le taux d’accès à l’eau est inférieur à la moyenne nationale.

« En RDC, l’accès à l’eau potable est meilleur en milieu urbain qu’en milieu rural. A peu près, 80% des populations urbaines ont accès à l’eau potable. En milieu rural, c’est de l’ordre de 30% », a indiqué Pascal Villeneuve, au cours de la conférence de presse hebdomadaire des Nations unies à Kinshasa.

Le représentant de l’Unicef a affirmé que des efforts devraient être fournis « pour assurer à chaque Congolais un accès à l’eau potable ».

L’agence onusienne appuie le programme « villages et écoles assainis » qui vise à faciliter l’accès des populations à l’eau potable et à l’utilisation des latrines hygiéniques en milieu rural et périurbain.

Plus de 3 600 villages et 1 000 écoles ont bénéficié de la première phase de ce programme entre 2008 et 2012.

La RDC affiche un taux d’accès à l’eau potable inférieur à plusieurs pays de sa sous-région. Selon la Banque mondiale, 77% des habitants du Congo Brazzaville ont accès à des sources d’eau potable améliorées. Ce taux est de 93% au Gabon, 76 % au Cameroun, 76% au Rwanda, 69% en Centrafrique.

Lire la suite: http://www.radiookapi.net/2016/03/17/actualite/societe/rdc-la-moitie-de-la-population-na-pas-acces-leau-potable

Fred et Yves

RDC: pas de liberté provisoire pour deux militants de la Lucha

La Cour suprême de justice de la République démocratique du Congo a refusé la liberté provisoire sollicitée par les deux militants du mouvement pro-démocratie Lutte pour le changement (Lucha), Fred Bauma et Yves Makwambala, détenus depuis un an à Kinshasa, a-t-on appris jeudi 17 mars 2016 auprès de la défense.

"Les juges de la Cour suprême de justice n'ont pas accordé la (...) mise en liberté provisoire à Fred Bauma et Yves Makwambala. Ce qui veut dire qu'ils vont rester en prison", a déclaré à l'AFP Me Venance Kalenga, un des avocats de la défense.

"On est déçu car, à notre avis, cette grande Cour pouvait le faire, vu les moyens développés par la défense", a-t-il ajouté.

MM. Bauma et Makwambala ont été arrêtés à Kinshasa le 15 mars 2015, lors d'une rencontre internationale sur la bonne gouvernance en Afrique organisée par le mouvement Filimbi, qui se présente comme un collectif de mouvements d'éducation à la citoyenneté, non-partisan et non-violent.

Cette réunion avait été présentée par les autorités comme une rencontre "terroriste", un qualificatif réfuté depuis par une commission parlementaire.

Âgés tous deux d'une vingtaine d'années, ils sont poursuivis par la justice congolaise pour complot contre le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001.

MM. Bauma et Makwambala avaient été détenus au secret pendant plus de 40 jours, avant d'être déférés à la justice début juin. Leur procès s'est ouvert il y a plusieurs mois et était suspendu à ce verdict de la Cour suprême de justice.

Avec cet arrêt, "le procès va reprendre et nous n'allons pas baisser les bras, nous allons amorcer d'autres démarches pour obtenir" leur libération, a averti Me Kalenga.

Lire la suite: http://www.radiookapi.net/2016/03/17/actualite/justice/rdc-pas-de-liberte-provisoire-pour-deux-militants-de-la-lucha

christopher et fayulu

L' affaire Christopher Ngoyi: La Cour Suprême rejette la demande de liberté provisoire

Nous avons appris aujourd'hui que la Cour Suprême de Justice de la RDC a décidé de maintenir Mr Christopher Ngoyi en prison. Selon son avocat, sa demande de remise en liberté provisoire a été jugée "recevable mais non fondée" par la Cour suprême.

Hier, les familles, les avocats et les amis des activistes arrêtés et détenus arbitrairement ont attendu jusque tard dans la nuit dans l'enceinte de la Cour Suprême un verdict qui pourtant été annoncé pour 9h30. C'est un policier qui les a fait déguerpir de la salle d'audience en leur disant que tous les juges avaient déjà quitté leur lieu de travail. Un manque de professionalisme criant pour une si haute institution du pays!

Le jugement dans l'affaire de Christopher Ngoyi qui devait être public hier, a finalement été livré à huis clos aujourd'hui. Les juges de la Cour Suprême auraient-ils honte d'assumer la décision qu'ils prennent?

Aimez notre page facebook: https://www.facebook.com/lecongolais.net/