Regards sur l’actualité du 18 février 2016

arrestation

Ville-morte: au moins 35 arrestations dans le pays, selon l’ONU

José Maria Aranaz du Bureau conjoint de l'ONU aux droits de l'homme souligne également que « 6 militants de la Lucha [Lutte pour le changement, mouvement congolais prodémocratie] ont été arrêtés à Goma et seront jugés jeudi en procédure de flagrance, un porte-parole de l’UNC [Union pour la nation congolaise, parti de l’opposant Vital Kamerhe, ndrl] a été arrêté puis libéré à Uvira et un cas d’arrestation à Matadi », dans l’ouest du pays.

Le BCNUDH est aussi « en train de vérifier les cas d’intimidation dont auraient été victimes des commerçants à Lubumbashi et à Kolwezi », dans le sud du pays. Ces derniers auraient été sommés d’ouvrir leurs boutiques le 16 février sous peine de poursuites ou d’arrestations.

Aimez notre page facebook: https://www.facebook.com/lecongolais.net/

Lire la suite: http://www.jeuneafrique.com/303319/politique/rd-congo-ce-que-lon-sait-des-disparitions-et-arrestations-liees-a-la-journee-ville-morte/

sessanga-592x296-1455729939

Et si Kabila ne se représentait pas…

« Je ne suis pas de ceux qui pensent que la candidature commune de l’opposition doit être renvoyée aux calendes grecques...

 L’idée de devoir préparer les conditions pour désigner le candidat commun de l’opposition ne doit pas être dissociée du combat pour l’obtention des élections dans les délais constitutionnels ». Une démarche qui se pose à contre-courant de la position de plusieurs leaders de l’opposition. Ces derniers voudraient en effet d’abord obtenir des autorités le respect des échéances électorales avant de se choisir un candidat commun pour la présidentielle. « Erreur ! » clame Delly Sessanga. 

« L’opposition a tort de sous-estimer Joseph Kabila, poursuit-il. Le président sortant a un camp politique et dispose encore de cartes à jouer. Et s’il annonçait demain qu’il a choisi un dauphin et qu’il ne sera pas lui-même candidat à la présidentielle, l’opposition aura-t-elle le temps suffisant pour s’organiser ? »

Aimez notre page facebook: https://www.facebook.com/lecongolais.net/

Lire la suite: http://www.jeuneafrique.com/302811/politique/presidentielle-rdc-delly-sessanga-lopposition-a-tort-de-estimer-kabila/

christopher ngoy2

Kinshasa : La santé de Christopher Ngoyi inquiète

"Mon père est hospitalisé depuis lundi 8 février dernier au Centre hospitalier Nganda. Il souffre d’une anémie dont la cause reste indéterminée. Depuis son hospitalisation, il a été transfusé au moins cinq fois. Il n’y a aucun changement. Bien au contraire. Il devient de plus en plus asthénique". L’homme qui parle n’est autre que le fils aîné de Ngoyi Mutamba, prénommé "Patrick".

Christopher Ngoyi Mutamba souffre d’une forte anémie. Les médecins assurent ne pas parvenir à diagnostiquer la cause de la maladie. Pour ses proches, le patient doit être évacué à l’étranger afin de subir une batterie d’examens approfondis. La Présidence de la République opposerait son "veto". Défenseur des droits humains, président de l’ONG «Synergie Congo culture et développement», «Christopher», comme l’appellent ses camarades et proches, a été arrêté, sans mandat, le 21 janvier 2015, par des agents de l’ANR (Agence nationale de renseignements). C’était au lendemain des manifestations des 19, 20 et 21 janvier qui avaient secoué la capitale. Il a été "gardé à vue", en toute illégalité, durant une vingtaine de jours au lieu de 48 heures (article 18- 4 de la Constitution) dans un cachot secret de cette police politique de «Joseph Kabila» avant d’être transféré à la prison centrale de Kinshasa. Ce n’est que le 10 février 2015 qu’il lui a été signifié les « faits » mis à sa charge.

Aimez notre page facebook: https://www.facebook.com/lecongolais.net/

Lire la suite: http://congoindependant.com/article.php?articleid=10601

mbata

RDC: un colloque international sur les 10 ans de la constitution

La constitution en vigueur en RDC totalise dix ans ce jeudi 18 février depuis sa promulgation par le Chef de l’Etat Joseph Kabila. A cette occasion, il s' organise à Kinshasa un colloque international, axé sur le thème: «La Constitution du 18 février 2006: bilan, défis et perspectives de consolidation démocratique».

A la question de savoir pourquoi les officiels invités ont boycotté ce forum, le Prof. André Mbata a réagi :

«Mais je suis gêné, même les participants internationaux sont gênés. Comment est-ce que quand on réfléchit sur la Constitution du pays, la faculté de droit (de l’Unikin) se désengage? Ça signifie que la recherche dans nos universités n’est pas prise au sérieux.» 

Cette journée devrait être fêtée par tout le monde, a estimé un des invités du colloque, Valentin Mubake de l’UDPS. Il a regretté de constater le contraire :

«Cette journée devait traduire une joie nationale. Malheureusement, nous sommes ici, nous constatons l’absence de toutes les autorités publiques de la République. Alors, c’est l’inanition de la République ou la tristesse qui s’est transformée dans leur camp par rapport à la Constitution?»

Aimez notre page facebook: https://www.facebook.com/lecongolais.net/

Lire la suite: http://www.radiookapi.net/2016/02/18/actualite/politique/rdc-un-colloque-international-sur-les-10-ans-de-la-constitution