Regards sur l’actualité du 24 février 2016

activistes arretés lors de la ville morte goma

LUCHA en procès: Le martyre d'une jeunesse

"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice". Montesquieu.

Ils sont membres du mouvement citoyen la Lucha (Lutte pour le changement). Ils s'appellent Rebecca Kabugho, Serge Sivya, Justin Kambale, John Anipenda, Ghislain Muhiwa et Melka Kamindu.

Ils sont actuellement arrêtés illégalement et détenus arbitrairement par le pouvoir et croupissent en prison à Goma. Ils font l'objet d'une parodie de justice dont personne ne doute du verdict. Les griefs mis à leur charge c'est d'avoir rappelé, sur des bouts de carton, la fin prochaine du dernier mandat constitutionnel du Président en exercice; mais également d'avoir manifesté leur détermination de gagner la démocratie en 2016 comme ils ont remporté la coupe cette année!

D'autres s'appellent Fred Bauma et Yves Makwambala bientôt un an à la prison de Makala où Bienvenu Matumo et Héritier Kapitene viennent de les rejoindre.

Pendant ce temps, des bandits de grand chemin et d'autres criminels circulent en toute quiétude et se la coulent douce à l'Est du pays.

Ils ont besoin du soutien de toute personne éprise de démocratie et de liberté. Ces visages dignes doivent être connus.

Source: Sam Bokolombe, Facebook.

Aimez notre page facebook: https://www.facebook.com/lecongolais.net/

Franck-DIONGO

Le pavé de Franck Diongo : 20 décembre 2016, Kabila n’est plus Président 

Au cours d’un point de presse qu’il a animé hier mardi 23 février 2016 au siège de son parti, sur l’avenue de l’Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu, Franck Diongo a martelé que l’élection présidentielle soit organisée dans le délai constitutionnel ou pas, Joseph Kabila cesse d’être Président de la RDC à la date du 20 décembre 2016.

« A cette date fatidique du 20 décembre 2016,  si le scrutin présidentiel n’est pas organisé, les forces du changement qui militent pour l’alternance au sein du Front Citoyen, constateront la vacance au sommet de l’Etat », a-t-il indiqué, avant de souligner que conformément à l’esprit de cet article 70, l’actuel Chef de l’Etat ne pourra rester à son poste jusqu’à l’installation effective de son successeur que si l’élection présidentielle se tient à la date fixée par la même Constitution et reprise dans le calendrier global et inclusif publié par la CENI en février 2015.

Pour Franck Diongo, la Majorité Présidentielle devait tirer toutes les conséquences constitutionnelles de l’hypothèse où l’élection présidentielle n’aurait pas lieu le 27 novembre 2016.

Aimez notre page facebook: https://www.facebook.com/lecongolais.net/

lire plus: http://www.lephareonline.net/le-pave-de-franck-diongo-20-decembre-2016-kabila-nest-plus-president/