Regards sur l’actualité du 25 Mai 2016

tshisekedi wa mulumba

RD Congo : l’opposant Étienne Tshisekedi tacle le facilitateur Edem Kodjo

Pour Étienne Tshisekedi, le blocage du processus de dialogue politique en RD Congo incombe au facilitateur qui n’a pas toujours répondu aux préalables posés par l’UDPS.

L’opposant historique congolais, convalescent à Bruxelles, rappelle que sa formation politique et lui-même veulent avant tout « s’assurer de la concordance des vues entre la perception du dialogue politique par le facilitateur et la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations unies » qui souligne, entre autres, la nécessité d’organiser les élections dans les délais.

Étienne Tshisekedi attend également une réponse claire d’Edem Kodjo sur sa requête relative à « l’implication des autres membres de la communauté internationale », notamment l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Concrètement, l’UDPS sollicite la mise en place d’un panel de facilitateurs, Edem Kodjo ayant été « désigné sans avis préalable de différentes parties congolaises ».

Autre grief : le leader de l’UDPS dit n’avoir toujours pas réuni les garanties quant à « l’inclusivité du dialogue et la libération des détenus politiques ».

Dans son communiqué, Tshisekedi s’attaque enfin au président Joseph Kabila qui « étale, selon lui, le vrai visage de son paradigme politique, en multipliant des actes de provocation, d’intimidation et de terrorisme d’État alors que le peuple congolais attendait [de lui] des signaux forts de détente et de décrispation ».

Et de dénoncer « le procédé anti-démocratique et le traitement ignoble dont Moïse Katumbi, Christopher Ngoyi, Eugène Diomi Ndongala et d’autres acteurs politiques ou de la société civile sont victimes de la part d’un pouvoir qui, dans le même temps, se complaît à claironner sans convaincre qu’il veut aller à un dialogue politique inclusif ».

Lire la suite: http://www.jeuneafrique.com/328171/politique/rdc-lopposant-etienne-tshisekedi-tacle-facilitateur-edem-kodjo/

valentin mubake2

«L’arrêt de la Cour constitutionnelle a touché des matières verrouillées», selon Valentin Mubake

Valentin Mubake, conseiller politique du président de l’Union pour la démocratie et le progrès social(UDPS) Etienne Tshisekedi, estime que l’arrêt rendu par la Cour constitutionnelle en interprétation de l’article 70 touche des matières verrouillées de la constitution.

«Cet arrêt a touché les matières verrouillées qui concerne deux aspects. D’une part, la durée du mandat du  chef de l’Etat. Ils ont octroyé à M. Kabila un  troisième mandat et ils lui demandent de rester au pouvoir même s’il n’y a pas organisation de l’élection présidentielle », dénonce Valentin Mubake.

Selon lui, l’arrêt de la Cour « ne peut pas arriver à une interprétation qui contredit un autre article de la constitution».  
L’UDPS va participer à la marche, prévue jeudi 26 mai par l’opposition et la société civile, pour rejeter l’arrêt de la Cour constitutionnelle rendue en réponse à la requête des députés de la Majorité parlementaire en interprétation de l’article 70 de la constitution sur le mandat du chef de l’Etat.

Lire la suite: http://www.radiookapi.net/2016/05/25/actualite/politique/larret-de-la-cour-constitutionnelle-touche-des-matieres-verrouillees

kamerhe chez matata

"Les bombes, les grenades, les lacrymogènes, les chars de combat et toutes les armes lourdes doivent aller à Beni", a vociféré Kamerhe

Le président de l'UNC, Vital Kamerhe a déclaré lors de la conférence de presse de la Dynamique, le lundi 23 mai, que les bombes, les grenades, les lacrymogènes, les chars de combat et toutes les armes lourdes doivent aller à Beni, pour être utilisés contre ceux qui tuent le peuple.

Pas à Kinshasa, disait-il, pour affirmer le caractère pacifique de la marche du jeudi 26 mai. Il en a profité pour lancer un appel à la nation en quatre langues nationales, pour que celle-ci prenne part massivement à la dite marche, dont l'objectif, c'est de barrer la route au coup d'État constitutionnel, favorisé par l'arrêt de la cour constitutionnelle. Puis, de manifester une solidarité avec les compatriotes meurtris de Beni.

Lire la suite: http://www.rdc-news.com/#!Les-bombes-les-grenades-les-lacrymog%C3%A8nes-les-chars-de-combat-et-toutes-les-armes-lourdes-doivent-aller-%C3%A0-Beni-a-vocif%C3%A9r%C3%A9-Kamerhe/cjds/5744004b0cf27ecc8093a23d