RDC: 33 ONG demandent à la Monusco de retirer son appui à la CENI

monusco-ceni

Le collectif des 33 ONG, une plateforme d’organisations congolaises de défense de droits humains, demande à la Monusco de cesser de soutenir les opérations électorales de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Dans un communiqué de presse publié lundi 8 août, le président de ce collectif, Me Georges Kapiamba, indique que les opérations d’enrôlement des électeurs conduites par la commission électorale dans le Nord-Ubangui ne respectent pas la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

« Etant donné que la Monusco est l’émanation du Conseil de sécurité, et que la résolution 2277 en ses points 9 et 10 ont imposé à la CENI de publier le calendrier électoral devant tenir compte des impératifs de délais constitutionnels. Et que la CENI n’a pas respecté les termes de cette résolution, la Monusco ne peut pas continuer à soutenir les opérations qui vont à l’encontre de l’esprit et de la lettre de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies », a estimé Me Georges Kapiamba.

Pour lui, ce qu’il y a lieu de faire est de mettre la pression sur les responsables de la CENI, sur le gouvernement congolais, « de manière à ramener tout le monde dans l’esprit du respect de la constitution ».

La Monusco dans la ligne droite

Réagissant à cette demande, la Monusco affirme que l’appui qu’elle apporte à la CENI s’inscrit dans la ligne droite de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité.

« Je laisse aux ONG et à la société civile d’interpréter la résolution 2277 comme elles l’entendent. Ce que moi j’en connais est que c’est une demande explicite et une indication claires faites aux systèmes des Nations unies, la Mission et les programmes d’accompagner techniquement et logistiquement la revue du fichier électoral », a expliqué le représentant spécial adjoint du secrétaire général de l’ONU, Mamadou Diallo.

Il dit reconnaitre le rôle d’éveil et d’alerte que jouent les ONG et la société civile de la RDC dans le processus électoral.

Mais s’il y a des doutes ou des hésitations, Mamadou Diallo, invite la société civile congolaise à se rapprocher d’elle afin qu’en travaillant ensemble, ces doutes soient levés.

Suivez les explications de Mamadou Diallo dans cet extrait sonore.

Pour en savoir plus: http://www.radiookapi.net/2016/08/10/actualite/politique/rdc-33-ong-demandent-la-monusco-de-retirer-son-appui-la-ceni

« Moïse Katumbi n’est pas arrêté »

katumbipasarrete

Revue de presse du vendredi 6 mai 2016

Les journaux de Kinshasa commentent largement l’enquête annoncée par le ministre de la Justice sur un éventuel recrutement des mercenaires par Moïse Katumbi. Les tabloïds traitent aussi de l’interpellation du ministre de l’Intérieur au Sénat sur le dédoublement des partis politiques et les déclarations d’un cadre du PPRD sur l’impossibilité d’organiser les élections en 2016.

Accusé formellement le mercredi 4 mai 2016 d’avoir recruté des mercenaires étrangers et de vouloir déstabiliser les institutions de la République, Moïse  Katumbi, l’ex-gouverneur de l’ancienne province du Katanga était donné pour arrêté jeudi dans la matinée, écrit Le Phare.

Le quotidien note que des sources qu’il a contactées ont démenti cette arrestation mais elles ont confirmé la persistance d’une forte présence policière autour de sa résidence, au quartier Golf.

Selon l’intéressé lui-même, précise le journal, c’est grâce à la Monusco qu’il a échappé à une arrestation. C’est à l’arrivée des casques bleus dans sa résidence que la police congolaise a décroché, conclut le tabloïd.

Le G7 qui réagit aux accusations portées contre l’opposant Moïse Katumbi est convaincu que son candidat subit une campagne de dénigrement et des cabales grossières montées aux fins de nuire à sa personne et de l’écarter de la course, rapporte La Prospérité.

Les partis membres du G7, renseigne le journal, réclament une enquête neutre et impartiale avec l’expertise internationale associée à la Monusco pour établir la vérité sur le prétendu recrutement des mercenaires et demandent à la Monusco d’assurer la sécurité de Moïse Katumbi.

« Rien, à ce stade, ne peut justifier une garde à vue, ni une résidence surveillée, ni un quelconque mandat d’arrêt et, encore moins, la détention préventive d’un leader politique d’envergure nationale comme Katumbi », dénonce le président du G7 dont les propos sont repris par La Prospérité.

Le regroupement des sept partis dissidents de la Majorité insinue « qu’à travers la fausse affaire de recrutement des mercenaires, le pouvoir cherche à justifier l’arrestation et la détention de Moïse Katumbi et tente de dissuader les Congolais de revendiquer le respect de la Constitution et l’alternance politique », commente, pour sa part, Forum des As.

Le Phare donne la parole à l’UNC, parti de l’opposition dirigé par Vital Kamerhe, qui constate « qu’à la proche de la fin irréversible du second  et dernier mandat de l’actuel Président de la République, le pouvoir tend à instaurer un climat de terreur et de brutalité, dans le but d’étouffer les aspirations légitimes du peuple congolais à l’alternance au sommet de l’Etat ».

Dédoublement de partis

Les journaux de Kinshasa commentent aussi dans un autre cadre la réponse du ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab, à la question orale du sénateur Masudi, sur le dédoublement des partis politiques.

L’Avenir fait remarquer qu’Evariste Boshab ne reconnaît pas avoir signé d’arrêté favorisant le dédoublement de partis politiques.

«  Je tiens à préciser auprès des Honorables sénateurs que depuis mon avènement à la tête du ministère de l’Intérieur et Sécurité, je n’ai jamais signé  un arrêté d’enregistrement d’un parti. Toutefois, il y a lieu de constater qu’il y a ressemblance dans les termes de dénomination de certains partis politiques dont les épithètes viennent marquer la nette distinction entre les deux dénominations et cela ne prête jamais à confusion », se justifie Evariste Boshab cité par le quotidien.

Le ministre relève aussi, précise le tabloïd, que la gestion des conflits au sein des partis politiques n’est pas de la compétence de son ministère.

Evariste Boshab met au défi le sénateur, initiateur de la question, de montrer un seul arrêté qu’il aurait signé pour le PDC, l’Unafec et l’Unadef, mais reconnaît toutefois qu’il y a des cas de ressemblance dans les termes de dénomination de certains partis politiques, commente Forum des As.

Non convaincu des réponses du vice premier ministre, le sénateur Masudi a recommandé à Boshab de reporter les arrêtés mis en cause sur le dédoublement des partis politiques et menace d’initier une interpellation d’Evariste Bosha, rapporte La Prospérité.

« Glissement »

« Processus électoral : Shadari confirme le glissement », titre Le Phare.

Le  journal qui reprend les propos du secrétaire général adjoint du PPRD indique qu’il est difficile en l’état actuel des choses d’organiser des élections en novembre prochain sans que certains préalables techniques ne soient réglés.

Parmi ces préalables, la publication par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) d’un calendrier électoral, la fiabilisation du fichier électoral, l’enregistrement de nouveaux majeurs, ainsi que l’impression de la carte d’identité nationale.

L’Avenir trouve normale la position du député du PPRD.

« Nous sommes un vaste pays. La Ceni a donné 16 mois et trois jours. Et ça va aller même au-delà de ça. Parce que, même quand on va faire le test pilote pour l’impression des cartes d’électeur, vous verrez qu’ils ont prévu une semaine ou deux, mais dans une province, ça peut prendre deux à trois mois », note M. Shadari cité par le quotidien.

Source: Radio Okapi

« Présidentielle 2016: la Ceni au pied du mur »

naanga

Revue de presse du vendredi 4 1er avril 2016
Trois sujets sont principalement commentés dans la presse parue vendredi 1er avril : la résolution 2277 du Conseil de sécurité et son incidence sur le processus électoral en RDC, la désignation de Moïse Katumbi comme candidat du G7 à la présidentielle de 2016 et l’acquisition du troisième avion par la compagnie d’aviation Congo Airways.

Le Phare constate que l’un des enseignements à tirer de la résolution 2277 du Conseil de sécurité est qu’elle vient de manifester un intérêt particulier non seulement pour la tenue de l’élection présidentielle cette année 2016 ; mais, en plus, que cette dernière puisse se dérouler dans la transparence et l’apaisement.
Cette résolution est de nature à bloquer sérieusement la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), qui «donne l’impression d’être engagée dans un schéma de la recherche des contraintes techniques, financières et juridiques pour ne pas organiser le scrutin présidentiel dans le délai constitutionnel.» En l’état actuel des choses, note le quotidien, tout ce que l’on peut attendre de la Ceni, c’est de jouer franc jeu dans les opérations préélectorales, électorales et post-électorales.

Pour La Prospérité, le gouvernement congolais est invité, au terme de cette résolution  aux accents  contraignants, à tout mettre en œuvre, avec ses partenaires nationaux, dont la Ceni en tête,  pour  veiller à la transparence et à la crédibilité du processus électoral,  créer des conditions propices à la tenue de prochaines élections  notamment, d’en faire une priorité.

Forum des As, qui commente aussi cette résolution, rappelle que l’organe de prise de décision de l’Organisation des Nations unies a demandé au gouvernement de la RDC d’élaborer rapidement un budget et un code de conduite pour les élections et d’actualiser les listes électorales en toute régularité, afin que les élections puissent se tenir dans les temps, en particulier la présidentielle et les législatives de novembre 2016.

Le journal relève que le Conseil de sécurité a par ailleurs demandé à toutes les parties prenantes d’engager un dialogue politique ouvert et sans exclusive. Les échanges, indique le quotidien, devant essentiellement porter sur la tenue de l’élection présidentielle, conformément à la Constitution.
Pour le tabloïd, le dialogue demeure incontournable. La balle se trouve donc dans le camp du président Joseph Kabila, appelé à prendre ses responsabilités pour la tenue effective du dialogue politique, conclut le quotidien.

Les journaux kinois commentent aussi la désignation de Moïse Katumbi comme candidat président de la République pour le G7 et les réactions que ce choix a suscitées.
Pour La Prospérité, qui reprend les propos d’un analyste de la Majorité présidentielle, le conclave du G7 qui a abouti à la désignation de Moïse Katumbi est considéré comme un non-évènement. D’ailleurs, indique-t-il,  en l’absence d’un calendrier électoral  et du fichier électoral actualisé, une telle candidature paraît, à son avis, inopportune.

«Moïse Katumbi, même s’il a  géré  avec succès son équipe de football, aura du mal à diriger un pays, qui doit encore consolider son unité, construire son appareil d’Etat et bâtir une économie prospère », conclut le journal.

Forum des As titre :« Le choix de Katumbi par le G7 fait polémique». Pour le quotidien, cette désignation n’est pas vue de bon œil au niveau de la majorité pour qui les porte-étendards du G7, à qui le président Joseph Kabila avait jadis accordé sa confiance pour l’aider à gérer la nation congolaise, n’ont pas été en mesure de rester loyaux à leur serment.

Dans un autre registre, L’Agence congolaise de presse rapporte que Congo Airways vient d’acquérir un troisième aéronef, un turbopropulseur Bombardier Q400, de 74 places, baptisé « Kimpa Vita », du nom d’une prophétesse de l’ancien Royaume du Kongo brûlée vive en 1706 par les Portugais. Cet avion, renseigne l’ACP, va exploiter les lignes à plus faible densité de trafic.
Selon L’Avenir, qui reprend les propos du directeur technique de Congo Airways, un autre aéronef  est attendu à Kinshasa d’ici trois semaines ou un mois et un autre Airbus prévu d’ici la fin de l’année.

« Présidentielle 2016 : le G7 annonce son candidat ce jour»

G7 flags

Revue de presse du mercredi 30 mars 2016

Le conclave du G7 pour désigner son candidat à l’élection présidentielle de 2016, les révélations sur l’affaire opposant le procureur aux députés nationaux Samy Badibanga, Muhindo et Mutomb, l’attente de la résolution du conseil de sécurité sur la prolongation ou la requalification du mandat de la Monusco et la victoire des Léopards de la RDC sur les Palancas Negras d’Angola sont les principaux sujets exploités par la presse de Kinshasa.

Forum des As consacre sa une au premier conclave du G7. Le journal rapporte qu’à l’issue de ce cette rencontre,  mercredi 30 mars, cette plateforme va présenter son candidat à l’élection présidentielle et se doter d’un programme et d’une feuille de route.

Ces assises qui se clôturent cet après-midi, indique le quotidien, sont une « occasion pour dire au peuple du grand Congo que l’alternance, c’est maintenant et qu’au plus tard le 19 décembre 2016, un nouveau président de la République devra être élu pour succéder à Joseph Kabila. »

C’est pour cette raison que ces assises devront donner un contenu à l’offre politique alternative que le G7 fera dans les prochains jours en termes de programme commun de gouvernement pour consolider l’Etat démocratique en chantier, booster l’économie nationale, construire le Congo social, renforcer l’unité nationale et faire rayonner la RDC à travers le monde, conclut le journal.

Le Phare indique de son côté que conformément à l’article  17 de l’Acte constitutif du G7, le Bureau politique définit non seulement les axes fondamentaux et les priorités du programme commun de gouvernement de la plate-forme, mais aussi désigne le candidat du G7 à l’élection présidentielle.

La Prospérité s’intéresse à l’affaire de « l’imitation de la signature » d’un député par ses pairs.  « Députés de l’opposition poursuivis par le PGR : l’UDPS et Alliés dénoncent la violation des principes de séparation des pouvoirs », titre le quotidien. Pour ce tabloïd, le groupe parlementaire UDPS et Alliés ne cautionne pas la position du Bureau de l’Assemblée nationale autorisant leprocureur général de la République à entamer une instruction judiciaire contre Samy Badibanga, Fabien Mutomb, et Nzangi Muhindo, trois députés de l’opposition accusés d’avoir imité la signature de leur collègue Yala Tulu, apposée au bas d’une motion qui visait le bureau de l’Assemblée nationale. Pour l’UDPS et Alliés, cette affaire relève de la compétence de l’Assemblée nationale et traduit la violation des principes de séparation des pouvoirs.

Jean Claude Vuemba, le vice-président du groupe parlementaire UDPS et Alliés, estime que cette affaire relève d’une manouvre délibérée destinée à déstabiliser l’opposition parlementaire, partant toute l’Assemblée nationale, fait remarquer Le Phare. L’affaire de la signature de Yala et sa gestion par le bureau de l’Assemblée Nationale ne cesse, au fil de rebondissements, par voie de presse notamment, de discréditer la chambre basse du parlement congolais et par là les institutions de la RDC, commente le tabloïd.

La Prospérité consacre sa une à la plénière du conseil de sécurité. Le journal rappelle que c’est aujourd’hui que cette structure  pourrait requalifier le mandat de la Monusco et, en même temps, réserver une suite au rapport de Ban Ki-moon dont les recommandations lui avaient été soumises,  depuis  décembre 2015.

Le journal cite ses sources croisées qui indiquent que cette résolution pourrait ramer presqu’à contre-courant des préoccupations légitimes des autorités congolaises. Ainsi, avance le quotidien, le mandat de la Monusco serait sur le point d’être renforcé sur deux volets : la protection des civils et la création des conditions favorables à la tenue des élections apaisées.

Forum des As estime que l’ONU insiste pour que la poursuite du retrait des Casques bleus tienne compte de la sécurité sur le terrain, qui selon elle reste encore fragile, alors que Kinshasa veut voir le gros des troupes partir assez vite.

Les éliminatoires pour la participation à la coupe d’Afrique des nations Gabon 2017 ont inspiré des titres paraissant à Kinshasa. « Les Léopards écrasent les Palancas Negras à domicile », titre L’Avenir. Cette deuxième victoire des RD congolais sur les Palancas Negras d’Angola permet aux Léopards de retrouver leur 1ere  place avec 9 points, devant la Centrafrique qui en compte 7, l’Angola reste avec 4 points et le Madagascar dernier avec 2 points.

Source: Radio Okapi

Regards sur l’actualité du 15 Janvier 2016

le peuple congolais doit se prendre en charge modified

RDC: le G7 appelle la Ceni à ne pas se soumettre à la majorité présidentielle

La plateforme G7 demande à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de cesser de se mêler des débats politiques et de ne plus se soumettre aux injonctions de la Majorité présidentielle (MP), pour se consacrer exclusivement à son travail technique. Cette demande a été formulée dans une déclaration politique rendue publique jeudi 14 janvier à Kinshasa. Le G7, qui dit croire fermement qu’il est possible d’organiser les élections dans les délais constitutionnels en RDC, demande au bureau de la Ceni de convoquer dans un plus bref délai la tripartite Majorité-Opposition-Ceni afin d’aplanir les divergences sur les aspects du processus électoral qui le requièrent.

Pour lire la suite :

http://www.radiookapi.net/2016/01/14/actualite/politique/rdc-le-g7-appelle-la-ceni-ne-pas-se-soumettre-la-majorite

Plainte contre Etienne Tshisekedi : un «coup d’épée dans l’eau», selon l’UDPS

Le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Bruno Mavungu, a qualifié de «coup d’épée dans l’eau» la plainte des vingt-cinq frondeurs de ce parti contre son président national, Etienne Tshisekedi devant la justice belge à Bruxelles. Etienne Tshisekedi est accusé de «faux et usage de faux en écriture, escroquerie et vol ou extorsion». … «Les vingt-cinq ne sont pas membres du parti, malheureusement. Donc, je crois qu’ils ne peuvent pas, tout en étant dehors, se soucier du fonctionnement du parti. Du point de vue de la qualité, ils n’ont pas cette qualité», a-t-il estimé.

Pour lire la suite :

http://www.radiookapi.net/2016/01/15/actualite/politique/plainte-contre-etienne-tshisekedi-un-coup-depee-dans-leau-selon-ludps

Le «Front citoyen 2016» maintient ses manifestations du 16 février

Le «Front citoyen 2016» maintient son programme de manifestation du 16 février, malgré le désistement de l’Eglise catholique qui a annulé ses marches prévues à cette date. Le porte-parole de  cette plateforme politique, Jean-Claude Katende, l’a déclaré jeudi 14 janvier à Radio Okapi. Selon lui, le «Front citoyen 2016» va se concerter pour monter des stratégies afin d’honorer la mémoire de ces  citoyens morts au nom de la démocratie en 1992 à Kinshasa.

Pour lire la suite :

http://www.radiookapi.net/2016/01/14/actualite/politique/kinshasa-le-front-citoyen-2016-maintient-ses-manifestations-du-16

CHAN-2016: le Rwanda « prêt » pour accueillir la compétition

« Tout est prêt » au Rwanda pour accueillir à partir de ce samedi 16 janvier la quatrième édition du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN-2016), a assuré mercredi le président de la Fédération rwandaise de football (Ferwafa) et du comité local d’organisation, Vincent Nzamwita. « Nous sommes tout à fait prêts pour accueillir cette compétition de haut niveau », qui se déroulera au Rwanda du 16 janvier au 7 février, a déclaré à l’AFP M. Nzamwita. Accueillir cette compétition est « un grand honneur » pour le Rwanda, a-t-il déclaré.

Pour lire la suite :

http://www.radiookapi.net/2016/01/15/actualite/sport/chan-2016-le-rwanda-pret-pour-accueillir-la-competition

Ban Ki -moon : « L’ONU est prête à favoriser un dialogue national ouvert à tous et respectueux de la Constitution »

« Un consensus sur un calendrier électoral réaliste, assorti de délais pour la mise à jour de listes électorales considérées comme crédibles par toutes les parties prenantes, permettrait de renforcer la confiance envers le processus électoral dans son ensemble », affirme Ban Ki-moon dans son récent rapport sur la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).

Pour lire la suite :

http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=13877:rdc-ban-ki-moon-l-onu-est-prete-a-favoriser-un-dialogue-national-ouvert-a-tous-et-respectueux-de-la-constitution&catid=90:online-depeches

10 mois de détention pour les militants de Filimbi

En République démocratique du Congo (RDC), cela fait dix mois maintenant qu’Yves Makwambala et Fred Bauma sont emprisonnés. Ces deux militants, poursuivis par la justice congolaise pour atteinte à la sûreté intérieure de l’État, avaient pris part à une conférence commune avec les mouvements citoyens sénégalais et burkinabè, Y’en a marre et le Balai citoyen. Il y a quelques semaines, les Nations unies avaient demandé leur libération, faute de preuves, sachant que les autres participants arrêtés lors de cette rencontre du mois de mars ont déjà été relâchés.

http://www.rfi.fr/afrique/20160115-rdc-10-mois-detention-militants-filimbi

Le président de la CENI sensibilise les Congolais de l’étranger à s’approprier le processus d’enrôlement

Le Président de la Commission électorale nationale Indépendante, M. Corneille Nangaa Yobeluo, a échangé le mardi 12 janvier 2016 au siège de la CENI à Kinshasa, avec les membres de la Diaspora congolaise autour du processus électoral en République Démocratique du Congo (RDC). Ils ont passé en revue l’ensemble des considérations majeures pour la faisabilité des élections dans notre pays ainsi que sur les différents apports attendus des autres parties prenantes au processus électoral notamment les Congolais de l’étranger concernés par le processus d’enrôlement, conformément à la loi électorale actuelle.

Pour lire la suite :

http://lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=13879:rdc-le-president-de-la-ceni-sensibilise-les-congolais-de-l-etranger-a-s-approprier-le-processus-d-enrolement&catid=90:online-depeches

Burundi: l’ONU dénonce l’existence de massacres ethniques et de charniers

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a averti que «tous les signaux d’alarme, y compris celui d’une dimension de plus en plus ethnique de la crise, sont en train de virer au rouge», ajoutant qu’un «effondrement complet de l’ordre public est imminent».

Pour lire la suite :

http://www.rfi.fr/contenu/ticker/burundi-onu-denonce-existence-massacres-ethniques-charniers

Une sélection de M.E Mavungu